Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Interview d'Edouard Ballureau, avis d'un professionnel sur le monde du livre !

22 Octobre 2013 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #interview

Qui est Edouard Ballureau et pour quelles raisons lui ai-je demandé de répondre à quelques questions ? Vous allez voir, ses réponses et son approche du monde du livre nous intéresse TOUS ! Quelques idées reçues à mettre à la poubelle et des points sur les i à souligner...

 

Edouard, pourriez-vous vous présenter pour nos lecteurs, svp ?

 

Edouard Ballureau 48 ans actuellement représentant pour les éditions De Borée depuis 8 ans. J'ai été précédemment libraire à Sarcelles, à la librairie Le Temps de Lire, puis au sein de l'espace culturel E.Leclerc. J'ai appris le métier sur le tas, si je puis m'exprimer ainsi, auprès de Madame et Monsieur Champsavoir avec qui j'ai oeuvré durant une quinzaine d'années, puis lors du rachat de la librairie par le groupe E.Leclerc (j'ai poursuivi l'activité pendant 5ans).

Quel est le rôle d'un diffuseur dans la chaîne du livre ? Vous avez été libraire. Un métier passion. Aujourd'hui, vous promouvez les auteurs auprès des libraires justement, et des grandes surfaces également. Le métier de libraire a-t-il changé ? Si oui, pour quelles raisons ? Les grandes surfaces prennent-elles le pas sur les librairies de quartiers ?

 

Le métier de libraire, depuis mon départ, n'a pas changé en soi,mais il doit faire face à une concurrence accrue de la part des grandes surfaces et plus récemment de la vente sur le Net voire du téléchargement ce qui oblige le libraire indépendant à mettre ses moyens en oeuvre pour conserver et fidéliser une clientèle; cela passe par l'accueil, le conseil, le choix, les délais de commande et la rencontre avec les auteurs.


La distribution et la diffusion d'un livre est un avantage sans doute décisif, aujourd'hui, pour un auteur : cela dispense-t-il un auteur (de petite ou moyenne édition) de toute démarche vers ses lecteurs ?

 

L'auteur, quant à lui, ne doit pas se réjouir trop vite une fois édité par une maison d'éditions, et ce quelle que soit son importance.

Effectivement, même s'il sera visible sur les tables grâce au travail des commerciaux et de la distribution, le flot de parutions est surabondant. S'il veut tirer, en quelque sorte, son épingle du jeu (même d'une façon modeste), il devra s'investir en effectuant des séances de dédicaces pour aller à la rencontre du public. Il peut aussi utiliser le réseau internet pour faire sa propre promotion.Toutes les pistes intéressantes peuvent et doivent être mises en oeuvre.

 

Question plus compliquée, sans doute : vous baignez dans le monde du livre. Selon vous, que recherche un libraire en invitant un auteur en dédicaces ?

Comment doit (dans l'absolu) se comporter un auteur en dédicaces et ce qu'il ne doit pas faire ?


Le libraire a tout intérêt, à son tour, à organiser des rencontres avec les auteurs, ceci dans un souci de créer une dynamique pour fidéliser sa clientèle, faire partager ses coups de coeur et initier un échange entre ses clients et les auteurs, et également... augmenter ses ventes (point non négligeable).

L'auteur qui décide de participer à ces séances de dédicaces-rencontres, s'il en accepte le principe, se doit d'être enthousiaste, ne pas hésiter à se lever pour aller à la rencontre des clients pour faire une promotion sans forcing de son ouvrage. Il suffit parfois de peu pour accrocher un client.

Il peut y prendre beaucoup de plaisir et avoir la satisfaction, lorsque qu'il reviendra pour son prochain ouvrage, de retrouver des lecteurs qui lui seront fidèles par la suite.

J'imagine que, pour un écrivain, le premier plaisir est l'écriture. Puis c'est le plaisir de voir son manuscrit édité et enfin de pouvoir échanger avec ses lecteurs et les rencontrer de visu ?

Il doit vraiment prendre cet "exercice" comme un plaisir et non comme une corvée car les gens le ressentiront forcément à son attitude... L'auteur peut alors trouver le temps long ! L'exercice peut être intimidant au départ, mais j'ai accompagné assez souvent des auteurs débutants qui, maintenant, se sentent très à l'aise et ont trouvé des trucs pour accrocher le public.

 

Les métiers du livre souffrent (disparition de Virgin, FNac sur la scellette) : effets de la crise (l'avez-vous ressentie ? Encore maintenant ?) ou de l'apparition du livre numérique ?

 

On parle de crise depuis quelques temps déjà, mais en interrogeant régulièrement les divers intervenants de la chaîne du livre, les ventes du livre sont toujours stables.

Le support papier continue à se vendre malgré la concurrence de son cousin numérique. L'un n'empêche pas l'autre. Dans un domaine culturel proche, pour exemple celui du disque ne voit-on pas revenir en force le vinyl ? Les lecteurs fidèles aiment aussi "l'objet"... je pense au plaisir d'une belle bibliothèque remplie de toutes sortes de livres...difficile à réaliser avec du numérique !


Dernière question et pas la moindre... Lorsque vous présentez un livre aux libraires, qu'est-ce qui fait qu'il va accrocher? l'éditeur ? le prix ? la cover ? le thème ? la 4e de couverture ? le nom de l'auteur (sans doute vrai pour les auteurs très connus qui font vendre, mais pour les autres ?).

Le tout en même temps, je présume. Mais dans quel ordre de priorité ?


Pour terminer, les facteurs prépondérants pour la vente d'un livre sont dans l'ordre, et ceci n'engage que moi :

- La couverture et le sujet

- L'auteur

- L'éditeur... bien que ce dernier point intéresse plus le libraire, à mon avis, que le lecteur.

 

Voilà quelques mots qui ont l'avantage de remettre les choses à leur place ! Un grand merci à Edouard Ballureau pour cette participation à notre blog et ce partage de sa vision du livre et son devenir !

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

christine 25/10/2013 12:03


Quant à la queue devant les stars, ben ce sont des stars... Dans les salons, ils attirent les lecteurs. Et ça ne veut pas dire que tu ne vendras pas ! Normalement, c'est le contraire... bien que, cela me soit arrivé une fois... petit salon, petite ville: le maire est venu dédicacer
son livre=> Ses électeurs sont venus pour lui, uniquement (une queue de plus de 100 personnes à un moment donné), les électeurs de l'autre camp ont boïcotté le salon... ventes quasi nulles
parce que personne pour les autres auteurs ! Mais le cas est unique... et le salon est grillé sur la région...

christine 25/10/2013 11:49


A sans accent à la 6e ligne... 

christine 25/10/2013 11:35


Là où tu fais erreur, Marie-Claire, c'est que le libraire ne commandera pas un livre, même diffusé, s'il ne connaît pas l'auteur ! Et le lecteur n'achètera pas le livre d'un auteur inconnu même
si, par le plus grand des hasards, le libraire a été convaincu par le diffuseur d'en acheter un ou deux. Le libraire ACHETE les livres au distributeur, ce n'est pas du dépôt vente ! et il paie
les retours (=> il a intérêt de ne pas se tromper dans ses choix pour ne pas y laisser sa chemise !).


Etre diffusé à un coût aussi pour l'éditeur et ne certifie en rien que le livre va se vendre... Lorsque le libraire retourne les invendus, souvent ils passent au pilon => perte sèche pour
l'éditeur qui a payé, lui, le livre ! 


Ne crois pas qu'une fois convaincu par le diffuseur, le libraire placera tes romans bien en vue en tête de gondole ! Que neni ! Lorsque j'arrive en dédicace chez un libraire ou une grande surface
qui me voit pour la première fois, les livres sont EN RESERVE, pas un seul en magasin : à moi de prouver que le livre PEUT intéresser, qu'il a un PUBLIC. Pas au libraire !


L'auteur doit avancer des sommes... bon, tu peux investir dans une dizaine de bouquins pour commencer, je présume. Puis, si tu vois que la fois suivante, ce n'est pas suffisant, l'argent gagné te
permettra t'investir un peu plus et le libraire te réinvitera avec plaisir !


Maintenant un truc à savoir... Sauf si tu es un auteur local, un auteur à compte d'auteur n'est pas bien accepté... 


Etre diffusé, c'est un plus, c'est vrai, je te le concède, un plus également auprès des lecteurs. Mais il s'agit d'un avantage qu'il s'agit de faire fructifier...

Marie-Claire 25/10/2013 11:04


Bien sûr qu'on peut vendre sans distributeur, Christine, mais il faut reconnaître qu'une aide extérieure est indispensable du moment qu'on veut toucher un public plus large que celui de la
famille, des amis, de la région. Dans les salons, c'est devant les grosses pointures qu'on fait la file, pas devant des auteurs comme moi qui ne fume pourtant pas la pipe et qui offre toujours
mon plus beau sourire avec ma conversation, si si ! Un distributeur ne fera pas tout mais au moins les livres se trouveront chez davantage de libraires sans que l'auteur doive avancer les sommes.
Evidemment, le lecteur reste libre de ses choix, ce n'est pas non plus une garantie de vente, juste de publicité et de visibilité.

Pâques 23/10/2013 20:58


Très intéressant, merci pour le partage !!!

martine d-sn 23/10/2013 20:01


Très très intéressant et cela confirme tout à fait ce que nous disons régulièrement. Ah que j'en suis heureuse!

christine 23/10/2013 18:43


Mais on peut vendre SANS distributeur/diffuseur Marie-Claire ! Il faut prendre des contacts, être persuasif auprès du libraire et, après l'obtension d'une
date, se présenter à l'heure dite, ne pas faire la tête ou lire le journal, aller vers les gens, leur démontrer que notre bouquin est génial, partir à l'heure prévue, pas deux heures avant, etc.


Si l'auteur démontre au libraire son implication, il sera réinvité ! Un auteur qui tourne le dos aux lecteurs, qui se plonge dans la lecture des bouquins à sa portée, qui va fumer une clope
toutes les deux minutes, il sera invité une fois, sûrement pas deux ! 

claude danze 23/10/2013 17:33


Merci pour cette contribution avisée. Bref, faut qu'on s'magne.

Marie-Claire 23/10/2013 17:05


Analyse lucide de la situation : un éditeur sérieux, un distributeur et un diffuseur et l'implication totale de l'auteur, un trio incontournable du moment que l'on tient à être lu.

silvana 23/10/2013 07:53


Merci Christine.  Personnellement j'adore les rencontres avec les lecteurs. 

Carine-Laure Desguin 23/10/2013 07:52


Nous voilà fixés, presque tout passe par le dynmisme de l'auteur. Tagada tagada! 

christine 23/10/2013 07:33


Un regard sur le monde du livre, des libraires et des auteurs que certains devraient méditer !

Philippe D 23/10/2013 05:45


Merci pour ce regard vers le monde du livre.


Bonne journée à tous.