Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Il... Une nouvelle de Philippe Desterbecq

21 Novembre 2010 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Nouvelle

Phil D

 

 

Il...


Un jour, il faudra que je vous explique comment j'écris. En deux mots, je vous dirais qu'un personnage s'impose à moi, il me secoue et me dit : "Ecris mon histoire".


Voilà plusieurs jours, qu'il frappe à ma porte. J'essaie de l'ignorer mais il revient toujours. Je lui dis qu'il va encore me raconter une histoire triste, qui finit mal, que les gens veulent du rêve, des histoires qui finissent bien et je le repousse.


Finalement, je l'ai écouté et j'ai retranscrit ici ce qu'il m'a dit.  J'ai hésité avant de vous faire part de son histoire. J'ai lu vos commentaires précédents. Vous êtes formidables mais vous le saviez déjà. Vos commentaires ont beaucoup d'importance pour moi, je vous lis avec attention. Vous m'avez incité à écrire et j'ai écrit. Si vous avez envie de rêver, passez votre chemin, revenez un autre jour, je ne vous en voudrai pas.


Mon personnage ne m'a pas donné son nom. Je l'ai donc appelé "il". Ca me semblait couler de source après l'histoire que je vous ai racontée au sujet d'"elle".


Il regarde par la fenêtre. La neige tombe à gros flocons. C'est devenu son occupation favorite de regarder par la fenêtre. Depuis que ses pas ne le portent plus jusqu'au bout du jardin. Depuis que ses jambes le font souffrir. Depuis qu'il attend dans son fauteuil que les heures passent, que le temps s'écoule, que la vie s'arrête...


Pourtant, il en était fier de son potager. Il avait les plus beaux légumes de tout le quartier. Ses voisins l'enviaient mais il refusait de livrer ses secrets de jardinage. C'est son grand-père qui lui a donné le goût du jardinage. C'était quelqu'un son grand-père!


Maintenant, c'est tout juste s'il arrive à se relever pour arroser le pot de thym qu'il a placé sur le rebord de la fenêtre. Il aime l'odeur du thym, elle lui rappelle ses vacances en Provence avec Adeline.


Dix ans qu'elle est partie Adeline, dix ans qu'elle l'a laissé seul ! Il lui en veut encore aujourd'hui! Qu'est-ce qu'ils ont pu se disputer tous les deux. Il n'a pas très bon caractère, il le sait mais Adeline, elle, elle avait DU caractère et il ne s'agissait pas qu'il lui marche sur les pieds.


Lors des grosses disputes, il se réfugiait dans le jardin. Il y passait des heures pourchassant le moindre brin d'herbe indésirable. C'est pour ça qu'il avait un si beau potager.


L'hiver, c'était plus difficile. Il était bien obligé de rester à l'intérieur et d'essuyer les reproches incessants d'Adeline. Il n'aime pas l'hiver sauf la neige. Il regarde tourbillonner les flocons dans le ciel sombre. Il regarde sa pelouse se couvrir d'un manteau blanc . Seul le chat du voisin se permet de salir le tapis immaculé. Son potager s'est transformé en pelouse, un jardinier vient la tondre une fois par semaine, en été. Ca lui fait une visite. En hiver, il ne voit personne...à part le médecin, de temps en temps.


Il n'a pas eu d'enfants. Adeline en voulait, lui pas. Il le regrette bien maintenant. Il aurait peut-être été moins seul...quoique...les enfants ne viennent pas toujours voir leurs parents. Ils ont leur vie, leur travail, leurs occupations,... Ca a été leur sujet de dispute le plus important à Adeline et à lui. Mais il a tenu bon! Adeline a fini par y renoncer. Il croit qu'elle lui en a toujours voulu...


Alors, pour passer le temps, il regarde par la fenêtre. Les saisons passent, il s'ennuie. Il voudrait bien rejoindre Adeline. Leurs disputes lui manquent. En fait, ce ne sont pas les disputes qui lui manquent mais la présence de celle qu'il a épousée à 18 ans, malgré les réticences de son père. C'est qu'elle était belle Adeline à cette époque. Après, les choses ont changé...elle a pris du poids, lui aussi d'ailleurs.


Il se retourne vers la photo jaunie dans le cadre sur la cheminée.


C'est vrai qu'elle était belle Adeline!


"J'arrive, murmure-t-il, j'arrive Adeline, sois patiente, je ne vais plus tarder...".

 

 

Philippe Desterbecq


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Lascavia 22/11/2010 08:42



L'histoire de certains ou de tous, à l'heure de "faire les comptes"...construite avec talent, déroulée sur un mode émouvant, et j'aime beaucoup cette écriture ! Félicitations, Philippe.


 



serge 22/11/2010 08:11



Je connais ce petit regard pensif, ces regrets, cette envie de partir... Je les rencontre tous les jours chez mes patients... Cette atmosphère quotidienne est décrite avec sensibilité et
précision... elle en devient palpable... Un beau texte, c'est vrai.



Pâques 21/11/2010 19:25



C'est une histoire touchante, j'aime beaucoup ton style!


Bravo!


Marcelle


 



claude danze 21/11/2010 15:13



Economie de moyens, sobriété... et voilà suggérée une vie de malentendu. J'aime.



Edmée 21/11/2010 14:57



Emotion certaine. Il n'a pas vraiment cultivé sa relation avec Adeline comme il l'aurait dû, mais pourtant on sent de l'affection pour lui qui fait les comptes maintenant, qui attend de la
retrouver. Qui revisite sa vie en boucle sans doute là à la fenêtre, un peu perdu dans cette solitude qu'il n'attendait pas.


 


Ton style accroche tout de suite, et ton approche est très humaine!



Kate 21/11/2010 13:40



Très touchant ce "Il"... Histoire toute toute simple mais tellement vraie, "Il" est notre voisin, nous serons peut-être un jour "Il"... C'est bien
songeuse que  je pars à la recherche de "elle"... A bientôt !



carine-LAure Desguin 21/11/2010 13:17



Bravo à Philippe D car cet auteur s'impose chez Chloé des lys, doucement mais tissant sa toile, se faisant lire et apprécier; j'aime ce texte car c'est mon quotidien ...Visiter  des
personnes seules qui regardent par la fenêtre, regrettent l'autre et caressent les photos jaunissantes ...


Amis des bloggeurs et photographe talentueux, Philippe D et moi échangeons des commentaires; c'est gai de pouvoir vivre à notre époque, nous profitons des joies du net ...


 



Steph 21/11/2010 11:22



Un style percutant, très agréable... Vous n'avez jamais pensé écrire des policiers ?



Micheline 21/11/2010 08:57



Je viens de terminer la lecture de ton texte. Je dirai tout simplement que j'ai bien aimé. J'ai aimé l'entrée en matière assez particulière du personnage et de la nouvelle. J'ai aimé les
répétitions (depuis que..., dix ans...) qui donnent de la force au texte. J'ai aimé cette histoire simple qui me touche et qui évoque si bien la vie de couple.


Bravo Philippe ! 



Philippe D 21/11/2010 06:51



Ah Christine! Je l'attends ce livre qui m'a fait entrer dans votre grande famille et avec beaucoup d'impatience! (comme le tien d'ailleurs)


Le titre : "L'étoile magique". Il s'agit d'un roman pour enfants, un conte mais pas de fées. Les enfants se marrent pendant les 3/4 du récit à cause de tout ce qui arrive aux adultes qui les
entourent puis le texte se termine par une note sensible. Mais chut ... je ne dévoilerai pas tout.



Philippe D 21/11/2010 06:47



Quand un personnage s'impose à moi, il faut absolument que j'écrive son histoire. Une fois les mots couchés sur le papier, il me laisse tranquille et j'arrive à l'oublier.


Bon dimanche  à tous.


PS Petit scoop : Un jour, "elle" et "il" se rencontreront et pourront finir leurs jours ensemble.



christine 21/11/2010 06:14



J'aime beaucoup ta façon d'écrire, Philippe... De petites phrases concises qui font mouche, qui interpellent
et donnent envie de lire plus, encore plus...


Je le vois, ce petit vieux derrière sa vitre, son pot de thym à portée d'arrosoir... je vois la photo jaunie, je ressens ses regrets et son ennui...


Dis, Philippe... rappelle-moi le titre du livre que tu vas publier chez CDL ? Quel genre ?