Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

François Delhaye : Lucifériennes

14 Novembre 2010 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #Poésie

 

 

 

 

Lucifériennes

 

Je pense au Diable et aux Je pense aux diableries

Je pense à Lucifer qui nous emporte tôt

Je pense à Bélial à la forge à l’étau

Je pense au Diable et aux enfants de sa patrie

 

Puissant Satan domaine aux cinq étoilements

Ton nom se répercute au prisme de ta haine

Je sais compassion aux victimes des chaînes

Et toi en premier Toi premièrement

 

Je sais ton amertume en l’enfant Jésus-Christ

Je sais que tu pensas lorsqu’il poussa un cri

Ma haine pour son père est immortelle Et vaine

 

En cela même Ô que je puisse dégager

Des hommes dédaigneux du paraclet figé

En croix La sourde volonté vespérienne

 

Quand l’Humain régurgite un violent mépris

 

 

François Delhaye

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

christine 14/12/2010 10:03



J'ai bien eu votre message mais je n'ai aucun mail où vous adresser ma réponse ainsi qu'une adresse mail perso... Je suis tout à fait d'accord pour échanger à ce sujet, bien entendu...



david lonzana 14/12/2010 09:52



J'aime bien les poesies des longeurs hallucinées. On pourrait peut-etre en parler par e-mail,


david



carine-LAure Desguin 14/11/2010 21:27



Un véritable talent, cet auteur ! Il fait bien de nous offrir un texte de temps en temps !



Edmée 14/11/2010 14:26



Moi aussi je vois défiler les illustrations de Gustave Doré en lisant ce poème! Très bien écrit !



Steph 14/11/2010 09:01



Il est des poésies qu'il faudrait écouter...



Micheline 14/11/2010 07:02



Vraiment original et fort bien écrit.



Philippe D 14/11/2010 05:52



Et encore un poète inconnu pour moi.


C'est vraiment une bonne idée ce blog qui permet de rencontrer les auteurs de CDL. Comment les connaitrait-on autrement?


Bon dimanche à tous.



chirstine 14/11/2010 05:36



Un poème sur Lucifer... pas commun... Bizarrement, en lisant ces vers, je vois les anciennes illustrations, je repense à Dante...