"Et si 2012 voyait la fin de l'humanité ?" texte 7

Publié le par christine brunet /aloys

ET SI 2012 VOYAIT LA FIN DE L’HUMANITE ?

 

Je range mes crayons, ma latte et ma gomme d’un côté du buvard.  De l’autre, où il me faut beaucoup plus de place, je dispose mes belles éditions illustrées qui parlent de la fin du monde.  La dernière date annoncée est le 21 décembre 2012.  Tout de même…Je ne peux m’empêcher de penser égoïstement que si c’est vrai, c’est pour ma pomme.

 

Au Moyen âge, on aimait bien faire peur aux pauvres gens en leur racontant que Satan allait surgir de l’abîme avec ses sabots pointus, sa gueule de bouc et son abominable odeur. 

Vous allez me demander « pourquoi ça ? »

Je m’y attendais.   Il y avait deux castes de gens.  Ceux qui étaient riches et ceux qui étaient pauvres.  Les riches étaient bien dodus, dormaient au chaud, s’enveloppaient de bons manteaux de laine et avaient souvent des pierres précieuses brillant à leurs doigts.  Ils étaient fiers de leurs belles femmes qui elles, aimaient surtout le confort dont elles jouissaient.

Alors, ils faisaient planer d’horribles prédictions sur les pauvres, épuisés, à moitié gelés et trop analphabètes pour penser.  Ceux-ci ne voyageaient pas, connaissaient tout au plus la ville la plus proche et le clocher de leur église.  La beauté de leurs femmes se cachait derrière une couche de crasse et de haillons.

Qui allait travailler gratuitement et remplir les greniers de bon blé ? Qui allait élever les volailles et les bovins pour les ripailles ? Qui allait faire tout ce que l’élite regardait d’un air dégouté ?

Une bonne petite menace remet tout en place, comme par miracle.  Et en fait de miracle, grâce à la complicité de quelques ecclésiastiques, la menace se répétait à l’infini.

A notre époque, on se base plutôt sur la crédulité.  Un bon marketing et le tour est joué.

De manière récurrente, un VIP ou un « Poeple » expose sa vision dans un best seller.  Evidemment, si c’est le SDF du coin de la rue qui vous en parle, soit vous êtes poli et vous l’écoutez quelques minutes en abondant dans son sens pour en être débarrassé, soit vous haussez les épaules, le traitez de pauvre poivrot et continuez votre chemin.

Pourquoi donc l’homme a-t-il tellement besoin de se faire peur ?  Ou essayer de faire peur aux autres ?

Celui qui aime se faire peur est sans doute atteint d’une pathologie psychiatrique.  On le reconnaitra parce qu’il se ronge les ongles, a toujours les mains moites et regarde de biais.

Celui qui aime faire peur aux autres cumule un irrépressible complexe de supériorité.  LUI sait quoi.  « Pas toi ou toi, pauvres ignares, seulement moi ».  Surtout ne lui demandez pas d’explications, sauf si vous avez quelques heures à perdre ou que vous avez-vous-même un complexe à assouvir : celui de la persécution.

C’est vrai que certains peintres n’y allaient pas avec le dos de la cuiller pour étoffer leur vision de l’enfer.  Jérôme Bosch est un éminent exemple et je ne crois sincèrement pas que quiconque est arrivé à le surpasser.  Des copulations anti nature en tous genres, monstre coiffé d’un chaudron se délectant d’un tronc d’homme, lapin sonnant du cor, personnages en poses subjectives enfermés dans des bulles translucides…  On n’a rien inventé.

Dante imagine l’enfer par une succession de cercles appartenant à certaines catégories de personnages.  Van Gogh aimait obsessionnellement les cercles.  Les planètes sont rondes, et on est reparti…

Si vous interrogez un auteur qui s’est magistralement planté sur la date de péremption de la terre, il vos répondra avec aplomb « Si je me suis légèrement trompé dans mon ouvrage ?   C’est à cause de X qui a prédit des nullités sur lesquelles je me suis …un peu…basé. »  « C’est aussi à cause de XX qui se réfère à tant de prédictions ancestrales qu’il est impossible d’expliquer au simple quidam l’essence de la vérité …».

Bon nombre de braves gens sont persuadés que nous serons sauvés du terrible cataclysme juste à temps par des vénusiens ou de bons aliens au regard bienveillant et communiquant par télépathie.

N’a-t-on pas envoyé un tas de messages à leur intention dans l’espace ? Même du Beatles …

 D’autres, par contre, adeptes des Mangas voient d’horribles ersatz humains, body-builders tout gonflés, luisants et bronzés, manipulant des épées laser ou au plutonium pour anéantir la planète entière.  Il reste à espérer pour eux qu’ils auront garé leurs vaisseaux assez loin de l’onde de choc.

Tout compte fait, je n’ai ouvert aucun de mes beaux livres traitant de la fin du monde du 21e siècle.

Je les range dans ma bibliothèque.  Je range mes crayons, ma latte et ma gomme dans le tiroir de mon bureau.

J’attends le prochain ouvrage.   Le 21 décembre est encore loin.

Je m’installe dans un fauteuil devant la fenêtre.  Un rayon de soleil vient de percer les nuages créant un halo de lumière bienfaisant et reposant.

Les visions d’horreur s’évanouissent.

Publié dans concours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Emma Casanove 07/04/2012 20:17


J'aime bien. La fin du monde, c'est avant tout la Bible. La punition suprême pour des humains dépravés et désobéissants, païens et pêcheurs. La peur de la fin du monde relève de croyances, de
mysticisme.

Louis 07/04/2012 19:02


Edmée semble bien sûre d'elle !


Cette série de textes a un curieux pouvoir : celui de susciter des "à la manière de" d'excellente qualité !


Ai-je écrit celui-ci ou un autre ou encore un des suivants ? Mystère... 

Jean-Michel BERNOS 07/04/2012 15:50


Ce n'est pas mon préféré, mais toujours bien écrit !

Adam Gray 07/04/2012 09:46


Un style d'écriture que j'apprécie...  Ni trop ni trop peu. Bravo à
l'auteur.

Raymonde Malengreau 07/04/2012 09:38


Plume alerte au joyeux bon sens rafraîchissant !  J'aime bien.

Edmée De Xhavée 07/04/2012 08:27


C'est Louiiiiiiiis! J'ai reconnu son foulard au vent!


Bien raisonnable, je n'ai rien lu non plus sur cette fin de l'humanité. Le 20 au soir on se dira à demain. J'ai lu hier que tout commencera par un ange qui délivrera un message à Turin... Son
message sera poisson de décembre, à mon avis...

carine-Laure Desguin 07/04/2012 05:27


Ah, original!