Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Claude Colson : poème calligraphié...

10 Avril 2014 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Poésie

 

Léna

 

 

Un petit poème calligraphié pour participer à un concours sncf et ville de Tours : Invitation au voyage poétique;  il s'agissait de s'inspirer des 18 fresques céramique de M. Simas (1898) de ladite gare. Claude Colson est parti de celle de Vic sur Cère.

 

 

calli-vic-sur-cere.jpg

 

Claude Colson

claude-colson.monsite-orange.fr

claude colson-copie-2

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jean-Louis Gillessen 12/04/2014 00:47

Bon, Claude, je ne suis pas une Lady et j'arrive tard avec un commentaire parmi tous ceux qui ont été émis. Je n'ai pas grand chose à ajouter, si ce n'est grand bravo, c'est cadencé de première, joliet tout plein ... et je prendrais bien aussi ce train pour y retrouver de charmantes dames cédéliennes (ou autres même ...)
mais

Jean-Louis Gillessen 12/04/2014 19:22

Quelles trouvailles originales tu places dans tes réparties, un vrai plaisir, tu me fais bien rire, outre tes talents d'écrivain sérieux ...

Claude Colson 12/04/2014 18:35

Bob ? Ce n'est qu'un louveteau !

Jean-Louis Gillessen 12/04/2014 18:06

Je suis plié ! OK pour la meute alors ... mais une meute restreinte à nous deux pour que la chasse soit plus profitable et le territoire plus offrant (chuuuuut, ne dis rien à Bob ! ... ) !

Claude Colson 12/04/2014 17:53

Comment, Jean-louis ? On voudrait chasser sur mes terres ? OK si tu es un loup : on chassera en meute. :)

Carine-Laure Desguin 11/04/2014 15:00

Trois femmes ont commenté cet article....Hum hum! @ MArtine, j'aime l'aventure, c'est plus fort que moi, hélas.

Edmée De Xhavée 11/04/2014 10:12

Oui, j'ai aimé le rythme aussi... J'aime beaucoup :-)

Carine-Laure Desguin 11/04/2014 07:40

Un texte bien rythmé qui nous invite au voyage. A quelle heure, monsieur, le train pour Vic?

Martine Dillies-Snaet 11/04/2014 13:13

Oui, oui, agréable sensation de dorlotement. J'entends, ressens les clac clac clac du train sur les rails, pour peu je m'endormirais...
Carine, Claude a raison quand il dit qu'il faut se méfier de l'homme à l'imper seulement là où il se trompe c'est surtout quand, contrairement à ce qu'il dit, c'est quand il ne porte pas son imper.

Micheline Boland 11/04/2014 08:43

Joli texte et très agréable présentation. Bravo Claude !

Claude Colson 11/04/2014 08:35

Méfie-toi des voyages en train avec moi ! ;) Surtout si je porte un imper.