Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

CARINE-LAURE DESGUIN: pour vous, j'ai lu EVOLUTION de Laurent Dumortier ...

27 Août 2010 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #Fiche de lecture

desguinPour vous, j'ai lu EVOLUTION de Laurent Dumortier ...


Du mystère : on parle de portes , de réincarnations interrompues ,de l'origine des origines , d'évolution, de régression ...


"Chardon malmené dans un champ de runes ", que nous dis-tu ?
Tu cherches à fixer l'espace -temps , à confondre le passé, le présent , l'avenir ?
Sommes-nous nos propres sauveurs ? Le temps glisse-t-il hors de notre égo ?
Vulvanologue, où les origines se nichent-elles ?
Dans la cité d'Equaam, tout est -il encore possible ?



"Je suis une poussière de temps
Qui s'envole avec le souffle
D'une tempête planétaire" ( évolution 8 )Evolution L.Dumortier
 



Un troisième oeil ne percevrait pas mieux que ce que tous mes neurones attentifs ont pu discerner en zoomant dans l'un et l'autre texte décalé de ce petit recueil de poésies ! Petit...mais ne vous y trompez pas ! Les mots sont grands ! Très grands même car nous prenons connaissance de notre non- connaissance et pire encore de notre a-connaissance ! Car j'aime pour commenter l'incommentable subtiliser à Laurent Dumortier son non-conformisme de la matière première !



On prend conscience en lisant et relisant les quelques textes de cette vingtaine de pages que nous ne sommes qu'une poussière d'étoile et qu'au-delà de l'infiniment grand, la matière existe encore et reste imperméable à nos interrogations ...


" L'ultime dégénérescence consiste à ne pas mourir idiot" ( Régression 6 )



Et bien moi je vous dis, dispersez- vous dans ces quelques pages et croyez-moi, vous ne mourrez pas idiot ! Et si de toute façon, nous ne mourrions jamais ? Je vous le demande ?



Ces mots -là , jetés dans la galaxie de notre concept, je les aime. Parce qu'ils me renvoyent durant quelques instants aux grandes interrogations qui m'ont habitées ; parce qu'ils se calquent à la poésie dite surréaliste; parce qu'ils déchirent les cloisons de mon imaginaire ; et parce qu'en les parcourant, je ressens les mêmes émotions que celles qui me soufflent des mots, quand je lis André Breton, Aimé césaire, Anthonin Artaud ...



Une vingtaine de pages ..Hauteur : 9 cm; largeur : 13 cm ; ( ? )
La couverture ? Une photo en noir et blanc ...Et quelle photo !



Et pourquoi mon commentaire vous paraît-il bizarre, décalé, incompréhensible, photontectonique, vertigineux, phéronomo-hormonal , dubito-mutatif ?
Je vous le demande ...



Laurent Dumortier, lauréat 2008 du prix de poésie ( en sms ) de la ville de Namur assure une poésie surprenante au milieu de laquelle surnage des interrogations intemporelles- stop- Bravo- stop- on attend la suite - stop - Merci à toi - Stop !

 



Carine-Laure Desguin

http://carinelauredesguin.over-blog.com


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

christine brunet /aloys 29/08/2010 11:19



Belle fiche de lecture, quelques vers qui me surprennent, quelques mots qui m'interpellent. A découvrir, décidément.



noann 28/08/2010 12:12



Je me souviens avoir lu de Laurent un tout petit livre dont le titre m'échappe, avec une ou deux phrases par page.


C'était percutant, vif, en quelques mots il nous fait entrer dans son délire. Je m'étais promis de l'acheter (c'est Laurent même qui me l'avait donné à feuilleter) puis j'ai négligé de le faire -
c'est le problème quand un livre n'est pas disponible en librairie... il faut commander par Internet...


 


 



Edmée 27/08/2010 12:20



Oh oui, ce livre doit en effet nous ramener dans cet infiniment petit caché dans l'infiniment immense et incompréhensible. Part du mystère mais incapable d'en voir toute l'image. De passage ...
un passage-éclair, zzzzzzzoup! Fini. Fini? Qui sait ...


 


Bravo Carine-Laure pour avoir présenté ce petit livre aux grandes questions de Laurent Dumortier!



carine-Laure Desguin 27/08/2010 06:04



Des textes décalés et inattendus; les grandes interrogations de l'humain devant l'infini ....