Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Carine-Desguin: "Sans jamais se le dire" IV et V

18 Novembre 2010 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #Poésie

desguin

SAns jamais se le dire  ( IV)

 

Dépêchons-nous d'écrire ces deux vies
Ces instants de soleil ou de vent ou de pluie
Dépêchons-nous d'écrire tous ces mots
Avant qu'ils ne s'oublient
Et finissent en sanglots

Collons - les sur les murs
Sur les portes n'importe où
Je le sais les blessures
Sonnent en coup de grisou

Collons vite ces moments de nous deux
Ces souffles courts ces instants indécis
Quand vous disiez je veux
De vous Dix minutes de sursis

Oui je voudrais monsieur les peindre sur les murs
Tous vos regards de feux je ne le savais pas
Que c'était vous le soldat sous l'armure
Celui qui maîtrisait mon corps sans le moindre faux pas ...

 

SAns jamais se le dire (  V )

Je me souviens très bien c'était un jeudi soir
A la tv le film ne me plaisait pas trop
Je lisais je rêvais toute seule dans le noir
Je me disais princesse je vous voyais héros

Le GSM sonna c'était un sms
De vous et me voilà surprise
Vous citiez mon prénom je compris la détresse
Et vous sonnai de suite que ce silence se brise

Vous étiez tracassé pour les jours à venir
Je comprenais fort bien ce que vous me disiez
J'écoutais votre voix ce ton grave ces soupirs
Ces petits mots d'émoi que vous me réclamiez

Ce que je n'oublie pas et n'oublierai jamais
Ce sont les derniers mots que nous nous sommes dits
Puis l'un et l'autre chacun comme deux étourdis
Ne voulions être le premier à vouloir raccrocher

Le silence s'installa entre nos longs désirs
De se parler encore sans jamais trop se dire ...


 

Sans jamais se le dire (VI)


Dites  entendez- vous  quand je vous  parle

Quand je cherche les mots qui vous feront sourire

Ceux-là mêmes comme on caresse un châle

Que vous soufflerez quand je serai partie

 

Je les attends savez-vous ces quelques instants

Ces journées nous les offrent les étoiles généreuses

Couronnes électriques au - dessus des amants

Se moquant des poussières des ténébres glorieuses

 

Avant de vous voir je rêvasse j'imagine

Ombres dans la brume mes pensées sont d'azur

Les vôtres  que sont-elles rouges sang opalines

Capitaine regardez - moi  respirez ces murmures

 

Je les attends savez-vous ces moments volés 

A qui à quoi ne sommes-nous pas éternels 

Et si nous étions libres les aurait-on mêlés

Ces départs censurés prisonniers et charnels ? 

 

   


Carine-Laure Desguin
http://carinelauredesguin.over-blog.com
  
  

  

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie-France Mellone 20/11/2010 20:35



Ah, les amours contrariés que tu décris avec tant de justesse et de sensibilité !



carine-LAure Desguin 19/11/2010 13:29



@ Philippe : tu sais la poésie je l'avais abandonnée depuis des lustres et des lustres ..Et puis, pour alimenter mon blog les mots se sont révélés ..Je me
suis prise au jeu ! Entre l'écriture de deux romans, c'est un bel excercice !


@ madaaaaaame : mais que c'est zentil ça de venir sur notre blog commun aloys ! Ah quelle joie de pouvoir encore aimer son instit quand on a quand on a quand
on a mon ââââge ! A bientôt , madaaaaaaaaaaaaame !


@ Marcelle Pâques : merci à toi ; je sais que ton avis est juste puisque toi -même tu jongles avec les mts de toutes les couleurs ! Merci !



Pâques 18/11/2010 23:27



SAns jamais se le dire-C'est aussi beau, comme les mots bleu, les mots qu'on dit avec les yeux...


Marcelle



madaaam' 18/11/2010 23:26



des mots que l' ont a hâte de lire et qui me font penser à un "court métrage", le "vous" me plait beaucoup!



Philippe D 18/11/2010 17:17



Une fois de plus, les mots de Carine-Laure s'envolent vers nous. J'ai toujours autant de mal avec la poésie mais je m'accroche, je lis attentivement et j'essaie d'apprécier. J'y viens, petit à
petit. Merci Carine-Laure.


J'assiste ce soir à un tournoi de slam (2ème édition), je reste donc baigné dans la magie des mots.


Bonne soirée à tous.



carine-LAure Desguin 18/11/2010 12:39



@ Hugues : avec une musique derrière pourquoi pas ...


@ Edmée : j'aime bien quand tu dis que tu aimes bien une poésie car je sais que t'es pas trop pas trop pas trop


@ Steh : tu as raison, ces non-dits et ces silences sont tellement beaux presque transparents ...


Merci à tous !



Steph 18/11/2010 12:30



Pourquoi se le dire ??? C'est si beau ainsi...


 



Edmée 18/11/2010 12:24



Ah mais... c'est qu'il faudra bien se le dire, finalement, non?


 


Bien beau poème, Carine!



Hugues Draye 18/11/2010 10:27



j'aime bien ce texte, Carine ... évidemment, j'y mets une musique derrière ... HUGUES



chirstine 18/11/2010 06:48



"Sans jamais se le dire"... une série de poésies remplies de douceurs, à la fois de retenue et de romantisme... une histoire qui pourrait être en prose, qu'on lit et relit sans se lasser. Bravo.