Alain Magerotte a lu "Le rêve de Maximilien" de Gauthier Hiernaux

Publié le par christine brunet /aloys

 

Alain

 

 

 

LE RÊVE DE MAXIMILIEN

Par Gauthier Hiernaux

 

Le personnage pris en photo pour la couverture de l’ouvrage ressemble à Louis Chédid ! Renseignement pris auprès de l’auteur : Non, il ne s’agit pas de Louis Chédid mais d’un copain ! Je ne savais que Gauthier était copain avec Louis Chédid !

Trève de plaisanteries ou de mauvaise foi, passons au roman.

A quel moment se situe l’action ? Dans un empire imaginaire, un monde futuriste où le religieux est omniprésent, étouffant, oppressant.

Empire ? Religion ? De plus, il est question de chevaliers, d’épées… ne sont-ce pas là des signes de l’époque moyenâgeuse ?... Hé non, car il est aussi question de métro, de train, de mémo-disc…

Un chevalier qui prend le métro, ça perturbe un peu, non ? Oui, au début, mais on s’y fait.

Et puis, il y a l’écriture. Une écriture classique, je dirais même classieuse (un petit côté «vieille France»). Une écriture facile (la plus difficile à réaliser), claire, limpide. Un roman passionnant, même s’il faut s’adapter à un vocabulaire assez «particulier» quant à la fonction occupée par les personnages.

Pas question de confondre un Najar avec un Iarl ou un Esdo avec un Qaeder ! Et que dire du calendrier : le cinquième jour du second mois des Tancrédiales ou le lendemain de la Kalende du premier mois des Cermales ! Faut quand même un peu s’accrocher !

Bon, O.K., vous allez me dire que c’est le «Qaeder» de vosLe Rêve de Maximilien G. Hiernaux soucis, que l’important, c’est l’histoire (vous avez mille fois raison)... en fait, nous suivons les pérégrinations de plusieurs personnages :

Saon Abner, fils de Gustavo (maître-peintre), qui a quitté la cité pour s’isoler (c’est un crime car «la dispersion des habitants empêche le contrôle des esprits») et rédiger les grands principes de sa doctrine…

Jedro Abner, frère du précédent et cadet de la famille, qui a hérité du talent artistique paternel…

Larsen, non pas Lupin mais Voltine (fils du Chevalier Uter Voltine), qui tente de sauver le patrimoine familial mis à mal par l’incroyable Ull… Sylon. Ce Najar ne mérite pas davantage que ce lamentable jeu de mots. En effet, en menaçant de confisquer les terres du vieux Voltine, il pousse Larsen à vouloir rencontrer Lord Melkin, obligeant alors ledit Larsen à courir mille dangers et à encourir les foudres du Iarl Venturini qu’il a carrément cocufié !

Jedro Abner et Larsen Voltine vont finir par se rencontrer, un peu comme dans un film choral…

Et puis, il y a le rêve de Maximilien dont il sera surtout question dans la dernière partie du roman.

L’Imperator Maximilien, le Pontifex Maximus, pris pour un minus par ses pairs et, notamment, par son frère, le dénommé Beliser, cherche un moyen pour se démarquer et faire taire ses détracteurs.

Il décide de faire construire un bâtiment gigantesque à la gloire d’Atis, un des Dieux les plus importants. Il laisserait ainsi une place indélébile dans l’histoire. Il serait loué longtemps pour cela. Seulement voilà, son grand-père, l’Imperator Sixte, a dilapidé beaucoup d’impériaux (argent) dans des constructions souvent inachevées et son père, l’Imperator Nicaise n’était pas en reste de ce côté-là…

Je ne vous en livrerai pas davantage. Par contre, voilà un beau cadeau pour Noël, pensez-y. D’autant que Gauthier Hiernaux est incontestablement un des grands talents des Editions Chloé des Lys. 

 

Alain Magerotte    

Publié dans Fiche de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gauthier H 12/02/2012 12:08


Bonjour tout le monde!


Merci pour tous ces sympathiques commentaires ! Effectivement, comme le souligne Christine, le 5ème tome paraîtra très très prochainement. Il s'agit d'un recueil de nouvelles baptisé "Nouvelles
de l'Est".
J'en profite pour souligner à celles et ceux qui seraient tentés par l'aventure que les quatre tomes déjà parus ne doivent pas être vus comme des tomes inter-dépendants. Je veux dire
qu'à part le REVE DE MAXIMILIEN et le LIVRE DE SAON qui constituent un seul et même roman, les autres tomes peuvent être lus indépendamment les uns des autres. Voilà voilà... c'était la petite
page de pub.
Merci de m'avoir écouté.


et merci aussi à Alain pour ce beau commentaire!    

christine 12/02/2012 11:47


Je l'ai lu, je l'ai lu !!! ET j'attend ses nouvelles ! Une histoire à découvrir, à suivre, à partager !

Christian Eychloma 12/02/2012 10:18


La présentation, en tout cas, réussit bien à intriguer le lecteur... Et toujours aussi teintée d'humour !

Nadine Groenecke 12/02/2012 07:48


Oui, je confirme que Gauthier a du talent. J'ai passé un excellent moment l'été dernier avec un autre de ses livres.

carine-LAure Desguin 12/02/2012 05:20


Hé oui, Gauthier Hiernaux, un auteur talentueux. Une belle écriture, au premier sens du terme. Et alors, quelle imagination !