Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Alain Delestienne a lu "Les dix petites négresses" de Bob Boutique

14 Janvier 2014 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Fiche de lecture

10 petites négresses

 

 

 

 

Après avoir passé la nuit au frais sur ma table de chevet, "Les dix petites négresses" sont encore toutes chaudes. Il y a déjà eu plusieurs excellentes notes de lecture sur le dernier livre de Bob Boutique.

Pour ma part, je vais peser mes mots pour en dévoiler le moins possible et laisser au futur lecteur tout le plaisir de la découverte.

Tout d'abord, je me suis beaucoup amusé parce qu'à chaque page, on sent que l'auteur lui-même s'amuse à écrire. Je le vois d'ici, hilare devant son clavier. C'est communicatif. J'ai retrouvé aussi la gouaille et l'humour des "Contes bizarres" et j'ai découvert plus avant l'art de la caricature de l'auteur. Et il n'y va pas avec le dos de la cuillère.

Je me suis dit qu'il devait y avoir une grande complicité, amitié, entre lui et les personnes qu'il évoque pour que ces dernières puissent encaisser ce qu'il en dit. Je m'efforce de rester sibyllin, mais je ne peux m'empêcher de vous dire que cette lecture est aussi jouissive, mutatis mutandis, que les ébats d'Elodie à la page 71. J'ai beaucoup aimé la chute qu'Edmonde m'a laissé pressentir à la page 152 parce que, entre autres, elle touche à un phénomène que j'aime en littérature ou au cinéma.

Pour vous expliquer en restant mystérieux, je m'écarte un instant du récit de Bob. Je (moi) pense que j'existe et que j'ai imaginé dans un livre le personnage d'Henri. Mais, ce matin, je me demande si je n'ai pas moi-même été imaginé par une certaine Chloé qui, elle, aurait été créée par un certain Laurent??? C'est comme Christel, je pensais vraiment qu'elle existait alors que ...

 

Vous n'avez rien compris à mon charabia, tant mieux. Raison de plus pour vous précipiter sur ce roman bizarre !

 

 

Alain Delestienne 

Par la fênetre

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 14/01/2014 20:11


Voilà encore quelqu'un qui m'incite à commander ce bouquin...

Pâques 14/01/2014 19:37


Un humour désopilant !


Je l'ai lu aussi et j'en avais les larmes aux yeux ...


Bravo Alain pour la note de lecture !!!

Alain Delestienne 14/01/2014 10:01


J'imagine un roman collectif écrit à 20 mains par lequel ces pauvres petites négresses malmenées pourraient exercer leur froide vengeance. "Les dix petits négrillons"???


"La vengeance est le plaisir des dieux ; et, s’ils se la sont réservée, comme nous le disent les prêtres, c’est parce qu’ils la regardent comme une jouissance trop
précieuse pour de simples mortels. — (Walter
Scott, Ivanhoé, Traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)"


A vos plumes, chères déesses!

silvana 14/01/2014 09:40


Bob sait que les auteures-amies-négresses qu'il met en  scène ont un grand sens de l'humour et de la dérision.Le rire plus fort que l'égo. Il a joué avec le feu, rôti une appétissante
brochette de mignonnes pâlottes, et les a servies toutes bronzées sur un lit de salades!  

christine 14/01/2014 09:02


Oui mais comme la vengeance est un plan qui se mange froid....

Edmée De Xhavée 14/01/2014 08:58


Oui, il nous roule dans la farine, l'ami Bob, et en s'en sort panées et frites!


 


Belle note de lecture, Alain...

christine 14/01/2014 07:05


Une intrigue qui tient en haleine jusqu'au bout... jusqu'à la dernière page !


très agréable à lire, un brin ironique, satirique, très visuel... j'ai adoré !

Carine-Laure Desguin 14/01/2014 06:53


Une note de lecture qui maintient bien tout le mystère...

Jean-Louis Gillessen 14/01/2014 02:46


Je ne peux qu'être d'accord avec ces mots tellement justes, pour avoir acheté le livre de Bob et en avoir savouré chaque ligne. Bien que nouvel auteur chez Chloé des Lys depuis deux mois, j'ai pu
entrevoir déjà les ressemblances non fortuites et voulues - pléonasme volontaire - que l'auteur amène si adroitement dans son livre, pour notre plus grand plaisir avare de complaisance ....