Ainsi soit-il... Un extrait du nouveau roman de Christian Eychloma

Publié le par christine brunet /aloys

 

couverture-ainsi-soit-il.jpg

 

 

 

Bill demeura longtemps hébété avant de commencer à réagir à la sonnerie désagréable qui lui vrillait de plus en plus douloureusement les tympans. Il eut du mal à soulever des paupières qu’il referma aussitôt tant il les trouva lourdes. Il sentit un fourmillement envahir ses membres engourdis et tenta avec un succès mitigé de remuer ses mains et ses pieds. Puis il ouvrit plus franchement les yeux.

Il ne prit pas immédiatement conscience de la date affichée en gros chiffres lumineux au plafond de la salle d’hibernation. Juste une image sur sa rétine. La première impression claire à s’imposer à son mental fut plutôt une pénible sensation olfactive. Une odeur fade, rance. Ecœurante. Doublée d’une certaine difficulté à respirer.

Il lui fallut fournir un effort considérable pour réussir à se tourner sur le côté. Il chercha à tâtons, du bout des doigts, le bouton destiné à mettre fin à l’alerte sonore et le pressa longuement. Puis il se redressa et, appuyé sur ses coudes, entreprit une lente exploration visuelle de son environnement.

Les couvercles transparents, parfaitement alignés, brillaient faiblement dans la pénombre. Ils étaient tous largement ouverts, en position verticale à l’arrière de leur  berceau. Des berceaux que l’on aurait pu croire vides d’occupant, personne ne levant encore la tête pour croiser son regard.

Le faible ronronnement du robot acheva de lui faire réaliser qu’il se trouvait en phase de réveil. Il commença à prendre pied pour de bon dans la réalité et entreprit de retirer avec précaution les micro-tubes pénétrant les veines de ses avant-bras. Puis il dut s’arrêter, envahi par une irrésistible nausée.

Il hoqueta bruyamment et fut tordu par un spasme violent qui lui laissa une crampe épouvantable au creux de l’estomac. Il attendit patiemment que les choses se tassent avant de se débarrasser complètement des sondes du moniteur.

Ce ne fut que lorsqu’il se trouva plus commodément assis qu’il leva à nouveau les yeux au plafond. Et lut et relut les chiffres indiquant l’année, sans parvenir à les croire. Parce que personne ne se résout spontanément à accepter l’incroyable.

Presque vingt-quatre ans… Pourquoi l’horloge du vaisseau s’était-elle détraquée ? D’après cet affichage, vingt-quatre années, à peine moins, depuis qu’il avait été endormi. Précipité dans le néant par ce même robot qui venait de progressivement l’en extraire. Pour un réveil normalement programmé deux mois après l’entrée en hibernation…

Il enjamba le bord de son berceau et, vacillant sur ses jambes flageolantes, se tint péniblement debout, appuyé contre la longue caisse métallique en forme de cercueil. Il tourna la tête dans tous les sens pour observer les gisants les plus proches et dont les corps  commençaient à s’agiter, comme pour se libérer d’un mauvais rêve. Puis il focalisa son attention sur Tatiana qui peinait à refaire surface et pensa qu’il pourrait l’aider, par sa seule présence, à reprendre plus vite connaissance.

Aider Tatiana à émerger plus vite de sa mort artificielle… Il s’avisa tout d’un coup que, contrairement à ce qui s’était systématiquement pratiqué depuis que l’on utilisait cette technique, il n’y avait personne sur place pour les assister. Strictement personne.

Il pensa, avec une soudaine boule dans la gorge, qu’il aurait dû s’en étonner plus tôt. Beaucoup plus tôt. Le doute commença à s’insinuer dans son esprit. Le cœur battant, il fixa au plafond un regard plus ferme.

 

Vingt-quatre ans ! Nom de Dieu… 

 

Christian Eychloma

futurs-incertains.over-blog.com 

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christian Eychloma 28/11/2013 10:53


Merci beaucoup, c'est très sympa !


Comme le laisse si gentiment entendre Silvana, on peut bâtir une fiction sur des réalités scientifiques très bien fondées, même si stupéfiantes... 


"Croire tout découvert est une erreur profonde,


C'est prendre l'horizon pour les bornes du monde"...


Bonne journée à toutes et à tous !


 

magerotte 28/11/2013 10:01


Bigre, Carine-Laure et Gauthier me coupent l'herbe sous le pied... j'aurais dû me lever à 6h05 pour parler de l'extrait accrocheur et à 8h06 pour évoquer cette super cover !

silvana 28/11/2013 09:26


Christian ne laisse pas son imagination vagabonder sans s'appuyer sur des réalités scientifiques. Il y a derrière chaque livre des heures de travail de recherche. Le tout saupoudré de talent.
Tous les ingrédients pour un bon roman 

Edmée De Xhavée 28/11/2013 09:03


Je dois dire que c'est super bien amené... on a vraiment envie d'aller de l'avant!

Gauthier H 28/11/2013 08:07


Sympa la cover!

Carine-Laure Desguin 28/11/2013 06:06


Et que s'est-il passé durant ces années? On se demande! Un extrait très très accrocheur!