Patrick Benoit nous propose un nouvel extrait de son ouvrage, Le Sac des Filles...

Publié le par christine brunet /aloys

Le sac de Maman

 

Il devait certainement être très grand.  Comme un sac sans fond qui peut tout transporter : mouchoirs, casse-croûte, carnet d’adresses, clefs, portefeuille épais, chéquier, parapluie portatif, vêtements de rechange et de pluie, crème solaire, désinfectant et sparadraps de toutes tailles.  Et moi, entre les deux anses.

 

Si elle était une fourmi, elle en serait la reine.  A bout de bras, cela devait être inconfortable.  Depuis, le sac à dos a fait son apparition, de sorte qu’il devient possible de transporter encore plus de choses : la petite sœur, une couverture, des tabourets pliables, des lunettes solaires et casquette contre l’insolation, spray anti-moustiques.  Le pire, c’est qu’elle oubliait toujours quelque chose !

 

Même après dix-huit ans de vie commune, je n’ai jamais su faire l’inventaire du contenu de son sac.  Sans compter qu’elle en changeait de temps en temps, ce qui provoquait des problèmes de transfert d’objets, stimulant l’ire de mon papa, qui, pour sa défense, était interdit du port de sac pouvant nuire à son image de pater familias universalis.

 

Rationnel et relationnel, il eut l’idée de vider ses poches en achetant un sac Delvaux.  Non seulement il serrait sa ceinture d’un cran lui donnant une prestance plus juvénile, mais aussi il offrait un coup de séduction à son épouse pour qu’elle devienne aussi sa maîtresse.  Pari chèrement dépensé, mais pas gagné !

 

Maman fit la moue.  « Pourquoi une telle dépense alors que je ne sais rien mettre dedans » dit-elle affectueusement.  Réponse immédiate : « Pour ne prendre que l’essentiel, et mieux te sortir. »  Pris dans le sac, Papa dut inviter Maman plus souvent à sortir pour vider son sac.

 

Echec à la Dame : l’abstinence s’installa, le sac n’étant sorti qu’une seule fois sans billet ni monnaie.  Quand on dit que l’argent ne fait pas le bonheur, inversement le bonheur ne fait pas l’argent.  Pour Maman, un sac doit être utile à transporter des choses et autres.  Mieux vaut un sac de courses qu’un sac de pouffe.

 

Père et Mère s’achetèrent un sac de couchage, d’où peut-être suis-je né ?

 

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christian Eychloma 30/01/2021 10:43

Le bric-à-brac des sacs à main... :) Je me suis souvent demandé comment mon épouse pouvait en faire l'inventaire ! :))

Philippe D 29/01/2021 21:07

Pas mal comme accroche !

Brigitte Hanappe 29/01/2021 11:37

Un extrait attrayant à lire! Du coup, cela me donne à penser qu'il est grand temps que je vide mon propre sac...

Micheline Boland 29/01/2021 09:01

Un extrait très agréable à lire. Plein de vie.