Texte 3 et dernier pour le concours de la Revue. Vous devez voter avant demain soir 17h !

Publié le par christine brunet /aloys

Les deux pieds sur la chaise

 

J'avais déjà les deux pieds sur la chaise quand on a frappé à ma porte. Au-dessus de ma tête, la corde pendouillait en attendant mon cou. Elle restait muette, mais je la devinais impatiente. Quelle corde ne l’est pas ? Ce n'était donc vraiment pas le moment d'une visite.
J'ai attendu un instant en espérant que l'imprévisible passe son chemin, sauf qu’il a frappé plus fort. Trois coups. Puis trois autres. Encore plus fort. J’ai fait comme si je n’étais pas là, mais l’imprévisible est une chose qui ne veut rien savoir. Ensuite, un visage s’est collé à ma fenêtre et a fouillé du regard un peu partout. Je n’avais donc plus le choix. Fallait que ma priorité du jour soit mise en suspens de quelques minutes.
J’ai entrouvert la porte et la factrice m‘a tendu un colis. Pas très grand. Pas très lourd. Mais surtout, elle m’a regardée comme si je descendais de Mars, alors que je descendais simplement de ma chaise un peu bancale. Il faut dire qu’on ne doit pas souvent lui ouvrir à neuf heures du matin en tenue de soirée. Mais que voulez-vous, je ne suis pas du genre à me laisser mourir comme je suis. Question de savoir-vivre.

J’ai claqué la porte. La factrice est partie avec son étonnement accroché au visage.
Ma corde avait de plus en plus hâte d’en finir.
Je suis donc remontée sur ma chaise un peu bancale, avec ma tenue de soirée, mes cinquante ans et mes idées pleines de désespoir. Parce que, voyez-vous, sans ces dernières, je ne serais pas là. Je veux dire que si tout allait bien dans mon existence, je ne serais pas debout sur ma chaise, prête à me pendre.
Tout a basculé le jour où Paul-Henri m’a quittée pour sa secrétaire. Classique, je vous l’accorde. Mais pas moins douloureux pour autant. Depuis, mon coeur bat sans savoir pour quoi, pour qui, et tout a foutu le camp. L’odeur d’après-rasage, les chaussettes en boules, la petite monnaie dans le fond des poches. Même les briquets qui pourtant traînaient partout. J’ai plus rien. Je suis plus rien.

J’en étais là de mes constatations quand soudain, l’imprévisible a refait surface. D’un coup d’un seul, comme d’habitude sans prévenir, alors que je m’apprêtais à envoyer le fichu colis valdinguer par terre, je me suis aperçue qu’il ne m’était pas destiné. Pour Joséphine Paquin, qu’il était écrit. Je n’étais ni Joséphine, ni madame Paquin. L’imprévisible faisait vraiment n’importe quoi. Nous aurions pu en rester là, mais comme plus rien ne tournait rond, je me suis mise à ouvrir le paquet.
Au milieu d’un emballage en polystyrène trônait un petit miroir. Plat, pas plus grand qu’une brosse à cheveux, avec un manche tout aussi plat. Habillé de nacre rose. Un bien bel objet. Et un mot.
Enfin, quelques mots.

 

Ma douce Joséphine,
Mon beau miroir est tout à vous.
Demandez-lui ce que bon vous semblera.


Sur le moment, je me suis dit que l’imprévisible ne manquait pas de ressources. Avec tout ça, j’étais totalement perdue. Ce miroir venait s’ajouter à ma tenue de soirée, mes cinquante ans, mes idées pleines de désespoir, ma chaise un peu bancale, ma corde et tout ce qui avait foutu le camp. C’était trop.
Fallait que je me pose. Je suis descendue et je me suis assise.
Sur le canapé.
J’ai mangé les restes de la veille, une quiche au thon, j’ai bu, sans pouvoir vous dire combien, plusieurs verres de Chardonnay et je me suis endormie jusqu’au lendemain en espérant qu’il soit moins compliqué.

Au réveil, malheureusement, ça n’allait pas fort. En plus du miroir, de ma tenue de soirée, de mes cinquante ans, de mes idées pleines de désespoir, de ma chaise un peu bancale, de ma corde, et de tout ce qui avait foutu le camp, j’avais untambour dans la caboche. Bam, badam, badam boum boum, qu’il faisait. Bam, badam,  badam boum boum. Non ! Bam, badam, badam boum boum. Bam, badam, badam boum boum. Non ! Au milieu de tout ce vacarme, des mots. Ceux de la veille. Ceux glissés dans le colis. Douce. Miroir. Ce que bon vous semblera. C’est là que je me suis mise à hurler une phrase que je n’aurais jamais cru prononcer un jour :
“miroir, mon beau miroir, débarrasse-moi de mon mal de crâne !” Eh bien, croyez-le ou pas, mais sitôt dit, sitôt fait. Oh mon Dieu ! ai-je pensé très fort. 
C’est comme ça que mes souhaits ont commencé à se réaliser. 

 

Depuis, pas mal de choses ont changé. Ma chaise n’est plus bancale, je n’ai plus vraiment cinquante ans et Pierre-Henri ne me manque vraiment plus. Personne n’est finalement irremplaçable. Dire que je pensais ne plus rien attendre de l’existence.
Pardon, mais je vais devoir vous laisser. On toque à ma porte.

Publié dans concours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christine brunet 13/11/2020 18:29

Pour l'instant, carton plein pour le texte 3 !!! Wouah !!!

Jean Louis Gillessen 13/11/2020 18:27

Comme écrit dans mon premier commentaire, je vote pour le texte 3. Bravo. Et merci à Christine pour le tout.

Chirurgie esthetique Tunisie 13/11/2020 15:18

Blog exceptionnel :)

Brigitte Hanappe 13/11/2020 13:55

J'ai apprécié les 2 premiers textes car je les ai trouvé touchants. Mais, j'ai adoré lire le texte 3 avec ses bons mots et surtout cette belle pointe d'humour.
je vote donc aussi pour le n° 3.

christine brunet 13/11/2020 09:04

Texte 3 : 1
Merci Philippe pour ton vote !

Philippe D 13/11/2020 09:00

J'ai apprécié les 3 textes, mais je trouve celui-ci plus - comment dirai-je? - plus professionnel.
Je vote donc pour le texte n° 3.

Jean Louis Gillessen 13/11/2020 01:56

J'aime bien ce texte par le style de l'écriture clair, usant de répétitions bien scandées qui appuient le rythme de la pensée de la protagoniste. Quelques justes justes et agréables touches d'humour. Une certaine autodérision également. Mon préféré jusqu'ici.