Philippe Dester nous présente en l'invité son nouvel ouvrage "Sous le champ de nuages blancs"

Publié le par christine brunet /aloys

Alex se prépare à quitter la terre. Sa mission est complètement remplie : il a aidé des dizaines de personnes à passer de vie à trépas. Des hommes, des femmes, des enfants, des jeunes, des vieux ont rejoint les nuages, le sourire aux lèvres.   

Sa mission l’a exténué ; c’était moralement très difficile. Il s’est attaché à ces gens et a beaucoup souffert de les voir partir.      

Pour accéder à un niveau supérieur sur l’échelle de la spiritualité, il devait connaître l’amour et la perte de l’être aimé. Il ne pensait pas que ça allait se passer comme ça. Il a aimé Ornella d’un amour fou. Il a passé des jours extra avec elle. Cette jeune fille qu’il ne peut oublier était atteinte de la mucoviscidose. Une greffe l’a sauvée alors qu’elle était au seuil de la mort et cette opération a signé la fin de leur histoire d’amour. Quand Ornella s’est réveillée, elle n’avait plus aucun souvenir d’Alex. Seul un coquillage rappelait leur escapade au bord de la mer.

Alex est mort depuis quelques années. Il est impossible de comptabiliser le temps qui passe quand on est un esprit. L’accident qui l’a envoyé dans le grand champ de nuages blancs date d’un certain temps déjà. Le garçon a vu sa petite sœur grandir, intégrer un groupe d’enfants chanteurs à succès. Aglaé a toujours eu une voix de diva.  Nul doute qu’elle deviendra une chanteuse célèbre.

Depuis le jour où il a été renversé par une camionnette, il n’a cessé de veiller sur la petite. Même si elle ne peut plus le voir, la gamine sait que son frère est là, qu’il l’accompagne dans sa vie, que rien de grave ne peut lui arriver grâce à lui. Elle sait maintenant qu’Alex est mort, qu’il n’a plus de corps, mais que son esprit ne la quitte pas.

Elle sait aussi grâce à Ornella qui a débarqué un jour chez elle et a raconté une histoire abracadabrante que seules les personnes proches de la mort peuvent le voir et lui parler.               

Alex est mort depuis quelques années. Il est impossible de comptabiliser le temps qui passe quand on est un esprit. L’accident qui l’a envoyé dans le grand champ de nuages blancs date d’un certain temps déjà. Le garçon a vu sa petite sœur grandir, intégrer un groupe d’enfants chanteurs à succès. Aglaé a toujours eu une voix de diva.  Nul doute qu’elle deviendra une chanteuse célèbre.

Depuis le jour où il a été renversé par une camionnette, il n’a cessé de veiller sur la petite. Même si elle ne peut plus le voir, la gamine sait que son frère est là, qu’il l’accompagne dans sa vie, que rien de grave ne peut lui arriver grâce à lui. Elle sait maintenant qu’Alex est mort, qu’il n’a plus de corps, mais que son esprit ne la quitte pas.

Elle sait aussi grâce à Ornella qui a débarqué un jour chez elle et a raconté une histoire abracadabrante que seules les personnes proches de la mort peuvent le voir et lui parler.               

Aglaé n’est plus triste. Quand elle sent une présence dans sa chambre, elle sait que son frère est là et elle lui parle ; elle lui raconte ses joies et ses peines ; elle lui dit combien il manque à tous, à elle, à ses parents, à Ludo, son meilleur ami, à Clémentine, sa petite amie.          

Evidemment, leurs conversations sont, en fait, des monologues puisque le garçon ne répond pas à sa sœur ou, du moins, elle ne l’entend pas.

Une autre personne lui manque : un petit garçon qu’elle n’oubliera jamais. Il s’appelait Amir. Mourir à six ans, ça ne devrait pas être autorisé. Laisser seule sa mère ou sa meilleure amie non plus.           

Amir est parti dans ces fameux nuages blancs que la gamine observe souvent de la fenêtre de sa chambre. Elle peut rester des heures là, assise sur le rebord de la fenêtre à scruter le ciel. Elle imagine des animaux fantastiques poussés par le vent. Chaque nuage lui fait penser à quelque chose. Parfois l’un d’eux a l’air de lui sourire. Alors, elle pense voir son frère ou son petit copain qui l’observent, assis sur cette masse cotonneuse blanche.

Ça fait quatre ans qu’Alex les a quittés – ses parents ne s’en sont toujours pas remis – et presque autant qu’Amir est parti lui aussi. Elle sait que la mère du petit est dans un état déplorable, qu’elle passe ses journées à dormir et à boire. Amir doit être très triste de voir ça.

Les gens sont tristes quand ils perdent quelqu’un. Aglaé ne l’est plus. Elle sait que les morts ne le sont pas tout à fait. Seul leur corps a disparu ; leur esprit est là, quelque part, à veiller sur leurs proches. Elle sait qu’elle peut leur parler même si sa mère lui répète dix fois par jour qu’elle doit arrêter de parler toute seule et de scruter le ciel. Alex et Amir ne reviendront pas,  mais ça, elle en a bien conscience.        

Peut-être qu’un jour, quand même, elle reverra son frère, quand elle sera gravement malade et qu’il viendra l’aider à sauter le pas, à partir avec lui dans le paradis blanc. Mais Aglaé n’est pas pressée ; elle a encore beaucoup de choses à vivre et souvent elle chante la chanson de Francis Lalanne : « On se retrouvera »…

Publié dans l'invité d'Aloys

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

C.-L.Desguin 20/10/2020 06:52

Un sujet très porteur qui pourrait aider certaines personnes qui ont perdu un être cher. Je pense à tous ces gens qui n'ont pu accompagner leur défunt.

Brigitte Hanappe 19/10/2020 13:18

Mes pensées évitent en général le sujet d'après la mort car je me dis qu'il sera toujours bien temps de le découvrir à ce moment là. La lecture de cet extrait imprime une jolie image empreinte de douceur dans ma tête: j'imagine une étendue légère et floconneuse de nuages blancs habitée par de gentils esprits. J'ai eu envie du coup de scruter discrètement le ciel. Bref, si le sujet ne m'attire pas vraiment au départ, je trouve intéressant que cela déclenche un scénario pour d'autres comme Philippe.Et finalement, je me demande quelle est la suite de cette histoire...que je lirai peut-être quand j'aurai épuisé ma réserve actuelle de livres.

Philippe D 20/10/2020 21:16

Un thème qui m'interpelle beaucoup. J'ai déjà pas mal lu de bouquins sur la vie après la mort, mais ici tout sort de mon imagination...

Philippe D 18/10/2020 20:34

Merci, Christine, pour la présentation de mon nouveau bébé.