Brigitte Hanappe a chroniqué "Toffee" d'Edmée de Xhavée

Publié le par christine brunet /aloys

 

Deux histoires dans un seul livre !

J’ai beaucoup apprécié l’élégance des phrases et des mots utilisés par l’auteure, Edmée de Xhavée: les descriptions appuyées de multiples détails dans le décor ou les personnages m’ont permis d’être spectatrice à part entière de l’intrigue. Une spectatrice anonyme et invisible, évidemment ! Mais avec l’étrange impression de m’être planquée discrètement dans les pages afin de visionner en douce chaque scène.

Deux histoires d’amour que personnellement je qualifierais de tragique. Premier amour intense pour Toffee, une jeune fille au surnom tout fondant mais tellement excessive et déterminée. Une histoire d’amour exclusif de soi-même pour l’autre qui ne pense qu’à s’approprier son propre bonheur en étant la preferida, la préférée de tous.

J’ai lu avec beaucoup de plaisir « Toffee » et j’ai adoré « la Préférida » alors que j’en ai détesté de suite l’héroïne. Cette femme me fait penser à une nouvelle espèce d’arachnide chez qui la cupidité et le bien-être personnel sont les seuls objectifs de son existence. Une araignée manipulatrice qui tisse sa toile autour de l’homme qu’elle a choisi : un homme qui se croit aimé et choyé mais qui, en fait, n’est qu’un pauvre insecte paralysé. Et dans sa toile, elle arrive même à engluer tout son entourage.

Bref, le genre de personnage qu’il vaut mieux éviter de faire rentrer dans son cercle familial.

 

Brigitte Hanappe

 

Publié dans Fiche de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 06/07/2020 20:57

Edmée fait l'unanimité !

C.-L.Desguin 06/07/2020 19:01

Lu et approuvé également. Chaque livre de cette autrice est un régal, une belle récréation mais pas que. Non non.

Edmée De Xhavée 06/07/2020 09:44

Un grand merci à Brigitte pour cette lecture et ce regard... Oui, des Preferidas, on en connaît ou on en a entendu parler et en effet, mieux vaut ne pas les rencontrer. Quant aux Toffees... elles aussi, on les croise ici ou là.