Un poème signé Laurent Dumortier dans la revue Lichen

Publié le par christine brunet /aloys

Laurent Dumortier

 
 
Organique

Une pluie d'automne
Le vent qui claque
Et mes pas qui frappent
Les pavés mouillés

Les lumières des vitrines
Halos blafards
Éclairant les passants
Trop rares

Des moments trépassés
Du passé faire table rase
Oublier la douceur du printemps
Et la douleur des absents

Pourquoi ne me regardes-tu pas dans les yeux ?
Pourquoi sur ce point, comme tant d’autres,
Sommes-nous deux ?

Carapace de plomb
Souvent j’ai connu
Ces chemins pentus
Qui m’entraînaient vers le fond

De ruelles
En impasses
Du temps qui lasse
Ou qui nous laisse

Adieu l’automne
Bientôt l’hiver
Quelques pas en arrière
Deux trois lignes
Un simple fait divers

Pourquoi ne me regardes-tu pas dans les yeux ?
Pourquoi sur ce point, comme tant d’autres,
Sommes-nous deux ?
 
 
 
 
Né en Belgique, Laurent Dumortier écrit de la poésie, des nouvelles, des romans. Ses textes sont souvent sombres. Pas mal de publications en revues. Quelques prix remportés. Présent dans les n° 5, 16 et 21 de Lichen. Ce texte est extrait de son recueil inédit Temps Zéro.

Publié dans articles, Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christian Eychloma 29/04/2020 10:17

Le temps qui passe, les souvenirs, la vie, l'amour, les regrets surtout, et si l'on pouvait tout recommencer... Au fond, toute la matière de la poésie ! Je pense à Verlaine : "Je veux, pour te tuer, ô temps qui me dévastes, Remonter jusqu’aux jours bleuis des amours chastes"...

Philippe D 28/04/2020 21:48

J'aime ce texte même si je n'ai pas l'habitude de lire des poèmes !

Salvatore Gucciardo 28/04/2020 21:21

Un plume sensible et touchante. Bravo Laurent!

C.-L.Desguin 28/04/2020 12:47

Un très beau texte de Laurent Dumortier. A lire et relire. Du rythme et de la profondeur. Musical aussi et donc amis musiciens, à vos claviers!

Micheline Boland 28/04/2020 12:04

J'aime beaucoup le rythme de ce poème.

Christina Previ(otto) 28/04/2020 11:17

Waouh ! De belles paroles pour de douloureuses questions... Un ressenti profond qui remue tout au fond... très beau !