Concours "Les petits papiers de Chloé" : texte 2

Publié le par christine brunet /aloys

Concours "Les petits papiers de Chloé" : texte 2

PAUL ET LES LARMES

 

 

 

Paul avait treize ans quand il transforma un zéro en six dans le bulletin de sa sœur, Marie. Il avait agi ainsi parce que les larmes de Marie l'avaient bouleversé. La falsification avait été découverte par un professeur et Marie avait dénoncé son frère qui avait été sévèrement puni. "Tu n'as aucune jugeote. As-tu pensé aux enfants qui avaient eu de très mauvaises notes,  mais qui avaient dû les assumer et qui les méritaient peut-être moins que Marie ?", avait insisté sa mère. 

 

Il n'est pire tourment, s'était alors dit Paul, que le souci d'étouffer ses remords. 

 

Paul avait mûri. Pourtant, il avait vingt-cinq ans quand il s'était de nouveau laissé prendre au piège des larmes. Cette fois les conséquences avaient été combien plus importantes. Plus le temps avait passé et plus la culpabilité l'avait rongé. Pas un jour sans qu'il n'ait à endurer les propos réprobateurs de sa conscience. Pourtant, Paul n'avait-il pas agi pour tenter de satisfaire Christelle et n'avait-il pas aussi visé le bonheur de Marc, l'aîné de ses cousins ?

 

Cela faisait dix ans que Marc et Christelle s'étaient mariés et qu'ils espéraient avoir un enfant.

Lorsqu'ils avaient célébré, leurs dix ans de mariage, Marc et Christelle  avaient invité parents, amis, collègues dans un restaurant. Le destin ne leur avait pas encore accordé d'enfant, mais ils n'étaient prêts à renoncer. Ils étaient encore jeunes et en bonne santé. Les médecins consultés n'avaient pas trouvé d'explication à leur échec. L'un ou l'autre avait juste évoqué la possibilité qu'ils se mettaient  trop la pression. Il leur suffisait de lâcher prise ! Ils avaient tenté de le faire. Ils avaient décidé de ne plus en parler, de vivre sans prêter une attention particulière aux jours du cycle de Christelle, de faire l'amour pour répondre simplement à leur désir.

 

C'était compter sans leur entourage. Leur couple tellement harmonieux, vivant confortablement, n'arrivant pas à avoir un bébé était souvent un des sujets de conversation lors de rencontres familiales et amicales comme ce repas festif de leurs noces d'étain. La plupart des convives avaient des enfants, pourquoi se seraient-ils privés d'en parler ? Chacun y était allé de son conseil, de son astuce, du truc infaillible : adopter la position du missionnaire, rester longtemps allongée après avoir fait l'amour, manger beaucoup de fruits, de légumes, de pâtes et de pains complets. Marc et Christelle avaient écouté sans commenter comme s'ils étaient en faute et avaient continué d'attendre leur tour.

 

Un dimanche, peu après la fête, Marc et Christelle étaient venus dîner chez les parents de Paul où celui-ci vivait encore. Marc, son oncle et sa tante faisaient un tour au jardin lorsque Christelle avait confié à Paul qu'elle souhaitait lui demander quelque chose de vraiment très spécial et de très intime, quelque chose qui ne se passerait qu'une seule fois à un moment qu'elle choisirait avec soin, quelque chose qui devrait rester à tout jamais un secret entre eux. Christelle avait formulé sa demande rapidement comme si elle ne voulait pas être interrompue et semblait l'avoir apprise par cœur. Puis elle s'était mise à pleurer…

 

Après le départ de Marc et de Christelle, Paul avait beaucoup réfléchi. Le désespoir de Christelle l'avait touché et après des jours et des jours, il lui avait téléphoné pour annoncer qu'il était d'accord. Christelle fixa la date, l'heure et le lieu du rendez-vous.

 

Quelques semaines après leur discrète rencontre, rien ni personne n'aurait pu voler le bonheur de Christelle et de Marc : ils allaient être parents. Paul leur avait offert le plus beau des cadeaux. Aussitôt, Christelle avait ébruité la bonne nouvelle. À partir de là, Paul avait dû commencer à endurer les reproches de sa conscience. C'était une telle torture ! Bien pire que celle subie lorsqu'il s'était laissé convaincre de transformer un zéro en six.

 

Il n'est pas un autre tourment épouvantable comme le désir incessant d'étouffer ses remords, se répétait Paul. 

 

Lorsque Benjamin, un bébé plutôt braillard, était né, Paul se tortura de plus belle. Pourquoi n'avait-il pas insisté pour obtenir l'accord de Marc ou pour passer par la consultation d'un médecin afin de discuter d'un don de sperme ? Que l'enfant pleure ainsi lui rappelait douloureusement sa faute ! Pourtant, il accepta d'être le parrain de Benjamin.

 

Le temps n'effaça pas les remords. Sa conscience lui soufflait : "Tu n'aurais pas dû…", "Tu as mal agi…", "Il y avait d'autres possibilités…." Paul eut beau se confesser comme sa mère le faisait encore, cela n'atténua pas sa souffrance. Il décida d'aller travailler à l'étranger. Certes cela l'éloigna de son filleul, mais sa faute restait inscrite en lui. Paul se maria et eut des jumelles. Voir ses filles au fil des jours, lui rappelait qu'ailleurs vivait Benjamin. Paul se désolait de plus belle en se rappelant cette horrible faute qu'il avait commise. Cela s'était passé si vite et avec tant de maladresse. Il lui était pourtant impossible d'en gommer le souvenir.

 

Des ruminations plus tard, Paul ne put s'empêcher de téléphoner à Marc. Marc ne décrocha pas et Paul ne laissa pas de message sur la messagerie vocale. Il ne renouvela pas cette tentative, car il crut y percevoir un signe du Ciel lui intimant de se taire plutôt que de risquer de semer la discorde.

 

Aujourd'hui encore, Paul n'a pas réitéré sa démarche pour atteindre Marc. Paul a quarante ans, il est formateur en communication et sa femme lui dit régulièrement : "Paul, tu es trop naïf ! Tu ne peux rien refuser à tes clients. Les gens profitent de toi et tu ne t'en rends même pas compte, mon chéri !".

 

Au cœur de ses nuits blanches, Paul se répète qu'il n'est pire tourment que le désir incessant  d'étouffer ses remords. 

 

Publié dans concours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-louis Gillessen 03/05/2020 20:56

Les tourments de Paul sont quand même fortement liés à la conscience de Christelle qui, je pense, peut être tenue autant responsable par ce lourd secret qu'elle a demandé à Paul de tenir. Et, de surcroît, sa conscience vis-à-vis de Marc ne devrait pas être sereine non plus. Quand justement Edmée écrit " … de ne pouvoir les déposer sur d'autres épaules pour en partager le poids …", voici des épaules (celles de Christelle) qui devraient logiquement partager ce poids tellement lourd pour Paul.

Philippe D 02/05/2020 21:46

Je vais avoir du mal de choisir, je le sens ! J'aime beaucoup ce texte aussi !

Séverine Baaziz 02/05/2020 13:27

Un sacré secret de famille... Bravo pour l'atmosphère du texte où transpire la tourmente du personnage principal.

Edmée De Xhavée 02/05/2020 09:04

Ah oui, quel dilemme, et quel poids par la suite. Le travail permanent d'étouffer ses remords, de ne pouvoir les déposer sur d'autres épaules pour en partager le poids...

C.-L.Desguin 02/05/2020 08:57

Un très bon texte également qui se lit comme on lit un thriller. L'auteur, psychologue, a fort bien mené le récit. Extra.