Brigitte Hanappe a lu "Le transfert" de Carine-Laure Desguin

Publié le par christine brunet /aloys

 

J’ai envie de dire que lire « Le Transfert » m’a transférée aussitôt… Mais dans un monde burlesque !

J’ai lu très rapidement les trois actes de cette pièce de théâtre et chacune des répliques m’a permis de bien visualiser le scénario dans ma tête : j’imaginais le décor sommaire d’une chambre d’hôpital, les mimiques drôles ou pathétiques  des personnages, leurs vêtements distinctifs.

L’auteure a une imagination très pointue mais je n’aimerais pas être un des patients hospitalisés dans la clinique inventée par son cerveau bouillonnant d’effervescence.  En effet, celui qui ne correspond pas à certains critères bien déterminés, celui dont la réaction est différente de celle pour laquelle il est, en principe programmé, est envoyé carrément dans le statut d’inexistence. Un transfert  illico presto dans un monde irréel où l’humain est invisible, transparent, sans aucun ressenti ni aucun besoin. 

Bref ! J’ai passé un excellent moment et un large sourire accompagnait régulièrement ma lecture. Mais je me suis étonnée de ne pas rire aux éclats… Pourtant, me suis-je dit, c’est rigolo puisque c’est une histoire à dormir debout ?

Et bien non, justement ! Ce n’est pas une histoire à dormir debout !

Assurément, «  Le Transfert » chatouille l’esprit en nous rappelant les dérives de relégation ou d’extermination que certains régimes politiques avaient imposées autrefois et qu’on impose encore maintenant, dans certains pays. On ne peut s’empêcher de penser aussi aux oubliés de notre système social actuel.

Bravo à Carine-Laure Desguin pour cette histoire qui allie l’absurde à la réflexion ! 

 

Brigitte Hanappe

Le flou du miroir

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 11/05/2020 21:15

Normalement, je ne lis pas de pièces de théâtre, mais quand c'est écrit par Carine-Laure, c'est différent...

Jean-Louis Gillessen 11/05/2020 14:03

Effectivement, fort justement analysé avec des mots précis qui disent et la pièce, et son auteure Carine-Laure. De surcroît, Brigitte Hanappe ajoute un plus en son dernier paragraphe qui cible parfaitement les liens que notre esprit peut réaliser avec des réalités malheureuses et/ou terrifiantes. Félicitations à Brigitte, et à Carine-Laure bien entendu.

Brigitte Hanappe 11/05/2020 14:13

Merci!

Edmée De Xhavée 11/05/2020 11:03

Bien observé, ce n'est pas une histoire à dormir debout ni à rire debout d'ailleurs... On sourit, oui, un sourire de défense : noooon, ce n'est qu'une histoire, hein? Dites, c'est bien juste une histoire???

C.-L.Desguin 11/05/2020 17:28

Il me semble que depuis cette pandémie, le texte se lit différemment. Car nous sommes presque tous devenus des inexistants. Non?

C.-L.Desguin 11/05/2020 07:16

On ouvre son PC et on lit ça, ah ben, ça fait plaisir, y'a pas à dire. On verra bientôt Brigitte Hanappe puisqu'elle a accepté une interview pour ACTUTV, ce sera dans la prochaine émission. Je remercie donc Brigitte Hanappe pour deux choses. La première, pour ce commentaire de lecture et la seconde sa patience pour l'interview. Problèmes techniques, et on recommence encore une fois, et j'en passe.

Brigitte Hanappe 11/05/2020 14:14

Merci!