Christian Eychloma nous propose un nouvel extrait de son roman à paraître "Le dilemme de Trajan"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

 

Trajan, debout sur la plus haute terrasse du palais, une simple couverture jetée par-dessus sa tunique en guise de protection contre la fraîcheur matinale, regardait distraitement le ciel rougir derrière les pentes boisées de l’Esquilin. 

Tout près, en contrebas, l’ovale parfait de l’amphitheatrum Flavium et les édifices du Forum Romanum se prolongeant jusqu’au Capitole, colline escarpée coiffée de l’imposant temple de Jupiter dont le marbre blanc virerait bientôt au rose sous les rayons du soleil levant.

Il pouvait contempler avec une satisfaction non dénuée d’inquiétude ses magnifiques thermes encore en chantier sur l’ancien site de la Domus Aurea de Néron, et le tout nouveau forum, loin d’être terminé, avec ses futurs marchés à étages qui devaient permettre d’adapter la surface disponible à l’importance toujours grandissante du commerce local.

Il dormait peu, travaillait beaucoup, et appréciait ces moments bien trop rares où il pouvait se retrouver seul avec lui-même, à réfléchir en toute tranquillité aux tâches de la journée.  

À commencer par la distribution à la plèbe de ce blé importé à grands frais d’Égypte et à laquelle il se devait d’assister de temps à autre de façon à ce qu’il soit clair pour tout le monde que l’empereur se souciait aussi des familles pauvres. 

Puis ce qui relevait des soucis habituels en Orient, comme la préparation méticuleuse de la campagne contre les Parthes afin de récupérer l’Arménie pour l’intégrer à la province de Cappadoce et, espérait-il, stabiliser ainsi définitivement la frontière de cette partie de l’empire.

Et, bien sûr, l’élaboration des mesures à prendre suite aux ahurissantes nouvelles reçues de Bithynie. 

Fabius avait de toute évidence bien fait son travail en réussissant à soudoyer discrètement quelques esclaves domestiques qui l’avaient tenu informé des moindres faits et gestes de Pline. Et le courrier qu’il avait transmis au palais via la poste impériale avait plongé Trajan dans la stupéfaction.  

Il était question d’étranges visiteurs auxquels le gouverneur manifestait une non moins étrange déférence. Des visiteurs apparemment surgis de nulle part, reçus sans protocole mais traités comme des hôtes de marque. Parlant, avec un drôle d’accent, un latin plutôt littéraire, et s’exprimant entre eux au moyen d’un langage totalement inconnu.  

Mais là n’était même pas le plus étonnant. Pline allait mieux. Beaucoup mieux. Il toussait moins et mangeait plus. On ne trouvait plus de sang dans ses mouchoirs et il paraissait bien moins fatigué. Plus dynamique, en fait, de jour en jour. Une spectaculaire amélioration à laquelle, selon les témoins, de petites choses colorées qu’il avalait régulièrement ne seraient pas étrangères.

Trajan, auparavant assez bien renseigné, savait sans l’ombre d’un doute de quelle maladie Pline souffrait jusqu’alors. Et il n’avait jamais entendu dire, par aucun des meilleurs médecins grecs de Rome, que quiconque ait pu en guérir. 

Ah, et puis… Il y avait aussi ce vieil insolant que Pline avait condamné à mort pour discours subversifs et qu’il avait pris la peine d’envoyer à Rome, solidement escorté, pour y être exécuté. Pour l’exemple, avait-il écrit. 

Un long voyage, coûteux, dont Trajan ne voyait pas vraiment la pertinence. Considérant la rébellion ouverte qui continuait de sévir en Bithynie, une exécution pour l’exemple de cet homme présenté comme un des principaux responsables des troubles aurait sans doute été plus utile à Nicomédie.

Pline sur la voie de la guérison… Inexplicablement. Mystérieusement. Ce qui remettait du même coup en question la solution que Trajan avait envisagée pour une gouvernance plus ferme de cette province.

Une décision à laquelle il lui aurait déjà été pénible de se résoudre. Et qui devenait maintenant, en raison de la longue amitié qui le liait à Pline, presque impossible à prendre.

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

C.-L.Desguin 15/12/2019 07:45

Un auteur fidèle à lui-même qui creuse son sillon dans ce genre de littérature a certainement ses lecteurs. Bravo Christian.

Christian Eychloma 15/12/2019 09:09

Merci Carine ! Oui, des lecteurs comme moi fascinés par l'Histoire ou... ce qu'elle aurait pu être ! :)) Car on ne peut s'empêcher de penser qu'il aurait parfois suffi d'un rien pour que son cours bifurque. Comme on le dit souvent : à Waterloo, on attendait Grouchy, et c'est Blücher qui est arrivé ! Ceci dit, ça n'aurait probablement fait que repousser l'échéance !

Salvatore Gucciardo 13/12/2019 22:04

J'apprécie particulièrement ta belle plume Christian! Tu as un talent particulier à écrire des histoires
captivantes. Grace à toi, Rome nous dévoile une nouvelle facette de son histoire... Bravo, l'ami!

Christian Eychloma 14/12/2019 12:31

Merci beaucoup, Salvatore ! J'aime en effet "broder" de nouvelles histoires sur l'arrière-plan de l'Histoire officielle... Rome, j'ai adoré ! Le Colisée, le Forum, les Marchés de Trajan,...
" L'Histoire est un roman qui a été, un roman est une Histoire qui aurait pu être " !

Philippe D 13/12/2019 14:06

J'aime la couverture. C'est un livre que j'ai envie de lire, mais ... toujours le manque de temps ! On voudrait lire plus, toujours plus, mais il faut bien dormir aussi !

Christian Eychloma 13/12/2019 15:37

:)) Merci Philippe ! Le temps, cette précieuse denrée... De toute façon, s'il est bien "dans le tuyau", le livre n'étant pas encore imprimé, ça te laisse un certain délai...

Jean-Louis Gillessen 13/12/2019 12:49

Comme j'apprécie ta plume et ton imaginaire, ami Christian, vraiment. Félicitations réitérées.

Christian Eychloma 13/12/2019 15:39

Mes remerciements réitérés, Jean--Louis !