Le nouveau roman de Philippe Couillaud est paru ! "L'envers du voyage"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Biographie

Après avoir longtemps vécu à Bordeaux, Philippe Couillaud vit désormais en Haute-Loire.

Travailleur social à la retraite, son écriture mêle la mémoire intime à celle de la grande Histoire. Ses deux premiers romans, « Une pluie grise et fine » et « Léonard ou les odonymes du cancer » mettent en scène des personnages enclins à vivre leurs passions dans le tourbillon de l’Histoire.

A l’affût des passions humaines semblables à celles qui animent les personnages de son troisième roman, l’auteur est attentif aux mouvements sociaux actuels.

Soucieux du devenir de l’humanité, son écriture plonge dans les mémoires individuelles et collectives afin de mieux comprendre les agissements et les errements de l’être humain.

Résumé

Passionné de sport automobile, le personnage principal décide d’effectuer un voyage au volant de sa voiture.

Il se rend dans un lieu chargé d’Histoire qui le confronte à l’univers concentrationnaire.

Une femme avec laquelle il entretient une relation intime particulière, l’accompagne.

Ce voyage, au cours duquel la nature expose sa beauté implacable et sa majestueuse indifférence, engage le narrateur dans une visite vertigineuse de son propre passé et de l’histoire collective.

          Au fil des pages, le voyage alterne les décors oniriques avec les faits historiques que viennent troubler une relation érotique et la passion du sport automobile.

Le nouveau roman de Philippe Couillaud est paru ! "L'envers du voyage"

Publié dans Présentations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie-Noëlle Fargier 30/10/2019 18:20

Comment ne pas faire un commentaire sur ce blog qui a été le point de rencontre avec "Léonard..." et son auteur ???? ? Je garde mon objectivité sur les ouvrages de Philippe.

Ce livre est bouleversant car il réveille l'émotion non dite, prohibée. Les mécanismes qui peuvent se mettre en place pour survivre dans « le dedans » de l’univers concentrationnaire et s’adapter à nouveau dans « le dehors » devenu étrange.

L'écriture de Philippe Couillaud a une singularité. Elle n'est pas une invitation à l’émotion spontanée (pleurs, rires…). Elle est pudique avec les ressentis, elle se doit d’aller plus loin. Elle est sans tabou pour décrire et partager le réel. Tous les réels. Elle se lit conformément à la vérité, se devine par de troublantes métaphores. Elle secoue l'inconscient ou la mémoire collective.

Que dire de cette rencontre avec Georges Semprún ? Si ce n'est qu'elle apporte des réponses parfois personnelles à des questionnements existentiels.

Philippe Couillaud 30/10/2019 19:35

Merci pour ces mots qui sonnent juste.
Mais qu'il est délicat de répondre à une lectrice qui a lu l'envers et l'endroit des pages écrites et réécrites.
Voilà un retournement de situation auquel je ne m'attendais pas. Cela me fait penser au tableau de Dali, "Dali de dos peignant Gala". Effet de miroir qui renvoie l'image. Effet du rétroviseur de la voiture du personnage qui regarde trop le passé...

Jean-Louis Gillessen 30/10/2019 13:29

Voilà qui rappelle dans le dessein d'écriture quelques tendances de JF Foulon, cela devrait lui plaire. Ouin voyage initiatique effectivement, par le biais duquel l'auteur peut livrer ses "messages" sous sa plume alerte.

Philippe Couillaud 30/10/2019 19:00

Merci pour ce commentaire. C'est un drôle de voyage que seule l'écriture permet de réaliser ou de rêver. Qui sait? Au lecteur, alerte lui aussi, de naviguer entre le réel et la réalité, le présent et le passé, le dedans et le dehors...

Philippe D 30/10/2019 07:38

L'extrait nous permet de nous faire une idée du style de l'auteure. C'est plutôt positif.

Philippe Couillaud 30/10/2019 19:02

Ah, le style! Une de mes préoccupations majeures! Il permet la diffusion de la musique de l'écriture. Il ne fait pas tout, bien sûr, mais je ne suis pas loin de penser qu'il est l'ADN d'un auteur...

C.-L.Desguin 30/10/2019 07:34

Une espèce de voyage initiatique si je comprends bien dans un livre dont la couverture est très originale. Une photo décentrée pour L'envers du voyage.

Philippe Couillaud 30/10/2019 19:04

Encore merci à Géraldine qui a conçu la maquette et qui a parfaitement répondu à mes attentes. Très heureux qu'elle retienne l'attention. Bon, quand même, il y a 170 pages derrière!!!