Brigitte Hanappe a lu "Silencieux tumultes" d'Edmée de Xhavée

Publié le par christine brunet /aloys

 

En terminant le livre d’Edmée de Xhavée,« Silencieux tumultes », édité par Chloé des Lys, je me suis surprise à sourire béatement, le coeur envahi de silencieuses émotions, l’esprit imprégné de délicieuses images.

Dès les premières pages de ce roman, je me suis envolée instantanément dans un théâtre pour assister mentalement à une superbe pièce en plusieurs actes : la scène est une grande demeure familiale toute imbibée des secrets, des non-dits, de l’intimité de plusieurs générations.

Je n’ai aucun effort à faire pour imaginer le décor, le mobilier, les expressions ou caractères des personnages, tellement les mots de l’auteure regorgent de détails merveilleusement décrits. Je m’évade donc dans cette majestueuse maison bourgeoise, je ne suis plus lectrice mais spectatrice de l’histoire.

Et quelle histoire ! Des morceaux de vie qui à priori peuvent sembler anodins  mais bien au contraire… riches en émotions diverses. J’apprécie et je me sens en parfaite harmonie avec le ressenti des personnages.

Bref, j’ai beaucoup aimé ce récit. Et je sais déjà à l’avance que je le relirai avec plaisir, lors de soirées plus fraîches où j’aurai envie de me réchauffer le cœur avec de beaux mots.

Brigitte Hanappe

 

 

Publié dans Fiche de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 12/07/2019 21:32

Une maison comme personnage principal, ce n'est pas si courant ! Une bonne idée avec une écriture que je sais être parfaite !

Christian Eychloma 12/07/2019 15:39

Qui n'a pas un jour rêvé de faire parler les murs d'une vieille maison ? Edmée y réussit apparemment fort bien !

Edmée De Xhavée 12/07/2019 08:31

Oh mais quelle magnifique surprise matinale! (J'ai bien fait de venir, ha ha ha!)... Je suis heureuse que le livre t'ait apporté de la rêverie, et je constate que tu as été particulièrement touchée par le décor, que j'aime en effet soigner et fouiller si le récit m'en laisse la place... Ici ça s'imposait puisque la maison est, en fin de compte, le personnage principal, et que la manière dont elle change avec ses occupants est révélatrice de leur personnalité aussi! Encore merci, Brigitte!