"LE TEMPS S'EFFILOCHE", un texte signé Micheline Boland

Publié le par christine brunet /aloys

LE TEMPS S'EFFILOCHE


 


 

Le temps s'effiloche. Je suis devenue l'oiseau qui survolait la place de la Digue. J'ai vu tour à tour celle qui n'avait pas envie d'aller à l'école, celle qui se rendait à un enterrement, celle qui allait consulter un vétérinaire avec son chat. J'ai vu aussi celui qui voulait venger la mort de sa femme et celle qui cherchait une bonne mère.

Le temps s'effiloche. J'ai amalgamé en moi les couleurs d'hommes et de femmes inconnus, j'en ai fait un puzzle vivant, une danse, un personnage neuf, une mélodie.

Dans ma vie, tous ceux que j'ai croisés place de la Digue ont pris un peu de la place laissées par les fantômes du passé… J'ai lessivé mes chagrins, mes colères, mes doutes. J'ai habité d'autres existences. J'ai récolté ci et là des saveurs. J'ai avancé à tâtons pour composer le paysage du jour.


 


 

Micheline Boland

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Micheline Boland 06/06/2019 20:54

Merci Edmée et Christian pour vos commentaires sur ce petit texte inspiré par l'observation de personnes croisées à un arrêt de bus et aussi à l'occasion par l'écoute de leurs interactions.

Christian Eychloma 06/06/2019 17:01

Intrigant... On a un peu l'impression de cette fameuse "revue de vie" rapportée par celles et ceux qui ont frôlé la mort (les NDE) !

Edmée De Xhavée 06/06/2019 08:39

J'ai beaucoup aimé. Très court mais "complet", un coup d'oeil d'oiseau en effet, la vie et son moteur : les pensées!