Carine-Laure Desguin a lu le recueil de nouvelles d'Alain Magerotte "Bizarreries en stock"

Publié le par christine brunet /aloys

Chers lecteurs,

Si vous apercevez ce livre dans les rayons d’une bibliothèque, méfiez-vous. J’ai emprunté Bizarreries en stock et n’arrive plus à m’en débarrasser. Je lâche ce livre et il me revient, comme un boomerang. Le graphique de la couverture, c’est celui de mon dernier électrocardiogramme. Et le prochain graphique sera le vôtre si et seulement si. Je vous écris donc d’un espace irréel mais qui …existe vraiment. Je vous explique les étapes vécues, elles sont dignes des douze travaux d’Hercule.

1) Les mémoires du diable 

Page 19 : …Quand ma mission sera accomplie, ou digérée, le piège, en merveilleuse mécanique dotée d’une précision extrême, m’absorbera avant de se rouvrir pour s’offrir une autre victime…

Ecrivain ou écrivaillon qui vous sucez le pouce devant une page blanche, ne tombez pas dans le panneau. Méfiez-vous de qui et de quoi ? Les précautions à prendre sont à lire dans cette première nouvelle.

2) Le vieil homme et la pluie 

Page 27 : …J’atteins l’entrée du village, toujours habité par cette complicité inexplicable, pour l’instant, me liant à l’averse…

Ce vieil homme ne sortait que lorsqu’il pleuvait. Vous trouvez ça normal, vous ? Ben moi non plus ! Quant à la tante Victorienne, je sais pas si elle a tout capté. À vous de voir.


 


 

3) Chronique d’une fin annoncée 

Page 35 : …Un peu plus de la moitié est écrit, le reste comporte des pages vierges. Cependant, toutes sont numérotées et le mot finapparaît en lettres grasses sur la dernière …

Là, c’est le sommum, un livre qui se déplace, c’est déjà pas si banal mais alors là, un livre qui résiste aux flammes c’est carrément suspect, non ?

4) Un homme sans histoire 

Page 55 :…Méticuleux à l’image d’un enquêteur, il classe les différents éléments dans son congélateur comme autant de pièces précieuses…

Achille Lépine, n’oubliez jamais ce nom. Un homme qui se dit ne pas vouloir d’histoire. Mensonge !

5) Le bureau au fond du couloir 

Page 60 : …La présence de ce salaire reste, pour les deux femmes d’ouvrage, la seule manifestation de la présence du vieil homme…

Mystère dans le local 402. Il se passe de drôles de choses dans les bâtiments ministériels. Tout le monde ne dort pas dans ces ministères, faut pas croire.

6) Le collectionneur 

Page 86 : …« Belle collection, n’est-ce pas ? »

Le professeur Dursidore, un drôle de type. Mais pointez-moi du doigt un seul type normal qui se baladerait dans ces bizarreries en stock. J’attends.


 

7) File d’attente :

Page 99 : …Peut-être est-ce dû au fait que nous partageons un identique et étrange destin…

Une file d’attente qui permet aux existants le droit de revendiquer le fait d’être existants. Vous me suivez ? Non ? Suivez alors la file et revenez m’expliquer tout ça, ça vous passera le temps.

8) Un pied dans la tombe

Page 116 : …Sans demander son reste, il quitte le cimetière à cloche-pied, ne se rendant même pas compte que le membre supplicié ne porte aucune trace de la torture infligée…

Là, le suspense est à son paroxysme. Lecteur, prenez du recul, l’heure est grave.

9) L’odeur 

Page 119 :…Mais cette puanteur revêt un caractère particulier …une senteur de putréfaction en plus, si je pousse un peu l’analyse…

Vous me direz, après une histoire de cimetière, une histoire d’odeur et de putréfaction, c’est bien normal. Eh bien non, ce n’est pas normal du tout. Là, je me suis sentie (si j’ose dire) comme aspirée dans une spirale de textes infernaux.

10) Je suis mort le …

Page 144 : …Les mots assassins ont pollué l’eau bleue et refoulé sur ma plage des centaines de poissons morts, transformant mon éden en un vaste mouroir…

Il a tout vu et tout entendu ! Pauvre homme !


 

11) Heures de pointe 

Page 153 : …Il la tient son idée qui devrait faire de lui l’animateur le plus suivi et le mieux payé de la profession…

Ce texte écrit en 2004 est aujourd’hui une réalité. Vous ne me croyez pas ? Eh bien tant pis pour vous.

12) Adelin Leroi a disparu

Page 166 : …Tapi dans la pénombre, le visage glacial, l’œil mauvais, méprisant, un affreux rictus tordant sa bouche…les signes avant-coureurs d’une nouvelle attaque se dessinent…

 

Ah il a disparu ce Leroi. Bien fait pour lui, saloperie de politicard. Je crois que c’est cette phrase qui m’a valu le coup de pied final qui m’envoya en plein milieu de ces bizarreries. On ne se moque pas impunément de la mort d’un ministre. Mais ce n’était pas une mort banale. Et si cette mort n’en était pas une, si c’était le recommencement de quelque chose ? Parce que ces éclaboussures, franchement …

 

Si quelqu’un a la solution pour me faire revenir du côté des vivants, merci d’avance. Ces nouvelles m’accablent encore et mes neurones sont toujours en surchauffe. Ce Magerotte est criminel, on ne prend pas le lecteur en otage de cette façon. Je pourrais dire que ce recueil nourri de textes fantastiques (mais pas trop, juste ce qu’il faut pour vous hérisser les poils de l’échine) captive le lecteur parce que les personnages sont ceci ou cela et patati et patata. Mais en voyant le graphique de mon électro, vous ne me croiriez pas. Je ne suis plus là. Mais là. Je veux dire ici.

Bien cordialement,

 

 

Feu Carine-Laure Desguin

Collaboratrice du Salon du Livre de Charleroi, membre de l’ADAN, de l’Areaw, de l’AEB, de Clair de Luth, des Artistes de Thudinie, chroniqueuse pour www.actu-tv.net, etc.

 

Publié dans Fiche de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alain Magerotte 18/05/2019 20:46

Je découvre à l'instant et... je te dis un tout grand merci Carine-Laure pour cet article pas piqué des vers (restons dans le ton...) !

Philippe D 17/05/2019 21:54

Un titre qui conviendrait comme une casquette...euh, je veux dire comme un gant à Carine-Laure !

Christian Eychloma 17/05/2019 15:00

Convaincante présentation, toujours avec la même savoureuse verve ! :))

CATHIE LOUVET 17/05/2019 12:10

Et bien voilà un article qui donne envie, avec de bons extraits.

Micheline Boland 17/05/2019 11:13

J'adore les bizarreries ! Le recueil d'Alain devrait donc me plaire !

Séverine Baaziz 17/05/2019 10:46

Ah, je comprends mieux le "Feu Carine-Laure Desguin" en bas de chronique ! C'est terrible, j'ai toujours l'oeil appelé vers les fins d'article, avant de remonter vers le haut… (Je peux céder cette idée de nouvelle pour pas grand chose ;-))
Sinon, c'est tout à fait le genre de recueil qui pourrait me plaire : le fantastique et le loufoque comme prétextes à des tas d'autres choses.

Jean-François Foulon 17/05/2019 09:34

Voilà du fantastique comme je l'aime : juste une petite dose pour inquiéter et faire frissonner.

Edmée De Xhavée 17/05/2019 08:28

On dirait bien qu'au secours est de mise en effet. Alain Magerotte a une bonne plume puisqu'elle ressemble à la mienne (ha haha), sans doute arrachée au même oiseau...

C.-L.Desguin 17/05/2019 06:39

Au secours!