Marion Oruezabal en invitée sur Aloys !

Publié le par christine brunet /aloys

www.hatanna-editions.fr

www.hatanna-editions.fr

« C’est la tempête. L’Ariela s’affaiblit davantage à chaque coup. Pourquoi l’océan s’en prend-il ainsi à eux ? Tom ne sait plus quoi penser, lui qui donnerait sa vie pour cette étendue d’eau. La fin est proche. C’est le naufrage. Mais l’histoire ne peut pas s’arrêter ainsi, ou ce livre ne ferait pas plus d’une cinquantaine de pages. Alors, prêt à découvrir ce qui se cache au fond des abysses ? Vous pourriez être surpris. »

Actiniaria nous plonge dans les mystères d’une cité perdue depuis bien longtemps. Les légendes et les malédictions refont surface à mesure que les pages glissent entre nos doigts friands de nouveaux mots. L’horizon nous happe peu à peu dans les profondeurs obscures de l’océan.

L’auteure signe ici son troisième roman. Et quoi de plus logique que de le présenter au sein d’une maison qui puise son pouvoir dans celui de la sirène Hatanna. Marion Oruezabal dévoile une plume souple et légère qui n’en cache pas moins une brève dénonciation des méfaits de l’Homme sur son environnement. La nature n’accepte pas toujours son sort et elle sait parfaitement reprendre ses droits.

Hô n’est plus une simple onomatopée. Il est une entité. Il est un tout que chaque instant fait vibrer. Il est le contrôle. Il est cet élément vital à tout être vivant. Il est le père, celui qui dit, celui qui ordonne. Pourtant, bien que divin, il est comme tout humain. Il garde précieusement ses secrets au creux de ses mains.

L’ouvrage est en prévente sur le site de la maison d’édition jusqu’à sa mise en vente en librairie le 16 avril 2019. Disponible également en ligne à compter de cette date.


 

Célia B.

Publié dans l'invité d'Aloys

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marion Oruezabal 15/04/2019 12:14

Merci Aloys :) ;)
J-1 avant sa sortie... ^_^

Edmée De Xhavée 06/04/2019 09:06

Le mythe des cités perdues est toujous attirant, on sait qu'il y en eut, et c'est étrange de penser que ces rues et maisons sous la mer ou sous des tonnes de poussière ont grouillé de monde et de passions...