Carine-Laure Desguin a lu "La septième porte" de Serge Guérit

Publié le par christine brunet /aloys

Paris, juin 1969. Ils sont quatre amis et entre deux soirées bien arrosées dans les caves à jazz, ces gais lurons élaborent des itinéraires pour leurs prochaines vacances. Mathieu Maimort est libraire (très qualifié puisqu’il a fait un stage chez un maître en reliure), Willy est mécanicien, Chris est l’artiste de la bande et Jeanine, elle, est éducatrice et surtout la petite amie de Mathieu. La route du soleil et des festivités estivales post-soixante-huitardes semble donc se profiler à merveille.

Sauf que…

Jeanine vient tout juste d’acquérir sur une brocante un étrange coffret contenant des figurines qui représentent des chevaliers engoncés dans des cottes de maille et à la suite d’une coïncidence (vraiment ?), elle devient aussi propriétaire d’un livre mystérieux à la couverture de cuir antique. Ces deux objets insolites intriguent Mathieu et lorsqu’il s’aperçoit que le livre est écrit en trèèèès vieux français et qu’il met en évidence des mots comme XXX et XXX (je ne peux tout révéler quand même), il veut absolument en savoir plus. Et donc, Mathieu Maimort, aidé de ses trois complices mènent les investigations en vue d’élucider des mystères vieux de plusieurs centaines d’années.

Les quatre élus (oui oui ce sont bien des élus, vous comprendrez ça à la page cent soixante-cinq) remonteront les pistes, et quelles pistes ! Citons par exemple celle de Pierre de Tilieux, un des anciens propriétaires du coffret…Pierre de Tilieux empalé sur une fourche à paille…Alors, coïncidence ? Malédiction ? Je me pince, je dois absolument me taire…

Ils traverseront la France (c’est les vacances après tout) dans une vieille auto surréaliste et raffistolée par Willy, un mécanicien aux mains d’or. À Chartres, à Bourges et à Clermont-Ferrand, nos intrépides feront l’acquisition de documents leur permettant d’élucider les secrets de ce bouquin écrit en antique français.

La septième porte, c’est un livre passionnant écrit avec pas mal d’humour, des informations historiques (ça, vous vous en doutiez) et des clins d’œil aux technologies existant dans les années soixante.

Peut-être que vous aussi vous apprendrez des choses étonnantes sur vos origines, pourquoi pas ? Car pour éveiller votre curiosité, encore une chose … Mathieu Maimort apprend qu’il s’appelle en réalité Mathias de Milmort et qu’il est le descendant d’un chevalier pas si net que ça. Alors, convaincu cher futur lecteur ?

Je vous invite à découvrir la suite de ce road-movie historique en lisant La septième porte, le premier roman de Serge Guérit. Ce thriller vous entraînera sur les pas des croisades et surtout vous découvrirez la face cachée de l’histoire ainsi que d’autres importantes révélations.

Lisez jusqu’au bout, jusqu’à ce passage au sujet de cette vieille auberge, c’est là que vous franchirez la septième porte. Alors, laissez-vous séduire par cet énigmatique chevalier qui sur la couverture de ce livre édité par les éditions Chloé des Lys semble vous narguer, vous et personne d’autre. Oui, vous. Alors, coïncidence ou simple rendez-vous avec l’histoire de vos origines ?

Carine-Laure Desguin

http://carineldesguin.canalblog.com

 

 

Publié dans Fiche de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Edmée De Xhavée 29/03/2019 22:46

Bon, c'est mon tour de ne plus recevoir les notifications d'Aloys (chacun son tour comme à la fontaine...) et donc je ne vois l'article que bien tard ce soir sur un mur FB... Mais tout ceci a bien l'air d'un régal, ce road movie dans le passé, dans les mystères, dans l'intrigue, et tout ce que Carine-Laure ne PEUT nous révéler... Mais ça met bien l'eau à la bouche, ça c'est vrai!

C.-L.Desguin 30/03/2019 12:16

Chère Edmée, une note de lecture est écrite pour appâter la meute sinon à quoi bon? Ne fais pas la fière, bientôt ton heure de gloire sonnera aussi (suis bien disposée pour le moment, on se demande pourquoi). Je me tâte.

Serge Guérit 29/03/2019 21:04

Carine-Laure,
Tu sais que c'est et que ce sera toujours un plaisir de te lire et aujourd'hui d'avantage (si c'est possible) puisqu'il s'agit de mon livre.
Cette note de lecture m'a laissé sans mots, sans mots pour te remercier, sans mots pour cette magnifique présentation.
Et cent mots ne suffiraient pas pour te dire combien j'apprécie et combien je t'apprécie.
Merci Carine-Laure

C.-L.Desguin 30/03/2019 12:14

Oh la très belle déclaration, suis émue. Je crois que c'est ta première note de lecture, je n'ai encore rien vu d'autre d'officiel. Je sais très bien que l'on est tout fou lorsqu'on lit le premier feed-back. Je te souhaite d'ores et déjà d'autres notes. C'est un bagage important lorsque tu dédicaces, tu mets un extrait d'une note en évidence, etc. A bientôt, Serge. N'oublie pas la séance de lecture de nos textes publiés dans AURA, à Mons, le mois prochain.

Séverine Baaziz 29/03/2019 11:37

Oh, qu'elle est belle cette note de lecture ! Ca sent l'histoire qui, une fois en mains, ne peu plus être lâchée ;-)

C.-L.Desguin 29/03/2019 11:52

Exact, Séverine. Le livre s'est accroché aux paumes de mes mains et j'ai dû continuer comme ça toutes mes activités jusqu'au moment où j'ai déposé le dernier mot de cette note de lecture. Un mystère de plus que vous comprendrez à la Xème page.

Micheline Boland 29/03/2019 08:36

Une magnifique couverture pour un livre dont la note de lecture est fort alléchante !

C.-L.Desguin 29/03/2019 11:49

C'est la qualité première d'une note de lecture sinon à quoi bon. La couverture est l'oeuvre de l'auteur lui-même. Merci Micheline et bises à tous les deux.

C.-L.Desguin 29/03/2019 07:48

Un livre à mettre dans sa valise et puis traverser la France. Lisez-le et vous comprendrez pourquoi. Oui, oui, je vous assure.