Texte n°7 Concours les petits papiers de Chloé

Publié le par christine brunet /aloys

 

LA PORTE FERMÉE


 

C'est une pimpante maison en pierres grises, aux châssis peints en blanc. Elle est entourée d'un grand jardin fleuri aux arbustes parfaitement taillés et aux pelouses impeccables. Pas une mauvaise herbe. Elle se trouve à deux pas du centre du village où se trouvent la fontaine, l'église et quelques tilleuls.

Dans la pièce de séjour, une table, des chaises, un vaisselier et une commode en chêne clair. On y trouve aussi un feu ouvert, des fauteuils moelleux garnis de cousins à pois et des plantes vertes. Un intérieur cossu. C'est là que vivent François, son épouse Marie et leur fils Nicolas. Une famille ordinaire, appréciée des voisins. Le père est ébéniste. La mère surveille parfois des enfants après l'école. Quant à Nicolas, il est copain avec tous les gosses du coin.

Dès les premiers beaux jours, la porte d'entrée reste souvent ouverte. C'est que François et Marie sont friands d'air frais et aiment recevoir sans façons des voisins pour bavarder autour d'une tasse de café.

Pourtant, Laurence, une fillette, qui habite juste en face et se balade régulièrement à vélo avec Nicolas, remarque que même en plein été alors que les trois bicyclettes sont appuyées contre la façade de la maison de François, il arrive que la porte reste fermée ! Une question la taraude : Mais pourquoi, pourquoi donc ?

Un jour, où elle a envie d'aller jouer avec Nicolas, elle ne peut s'empêcher d'en parler à sa mère.

"Tu as vu Maman, la porte reste fermée chez Nicolas. C'est bizarre, non ?"

"Tu sais, Laurence, Marie prépare peut-être de la pâtisserie ou du pain et elle craint que la pâte ne retombe ! Ou bien peut-être ont-ils besoin de calme parce qu'ils ont la migraine. Ou reçoivent-ils des gens que tu n'as pas vu entrer chez eux… Tout est possible."

Le temps passe. Laurence et Nicolas se marient sans que Laurence ait eu de réponse à sa question. Ils habitent eux aussi une coquette maison en pierres grises entourée d'un beau jardin. Ils mènent une vie paisible et heureuse. Ils laissent volontiers ouverte la porte d'entrée.

Vous le savez tous, les premiers temps du mariage sont souvent idylliques. Mais un jour vient la première dispute.

"Laurence, qu'as-tu besoin de dépenser tant d'argent pour des vêtements qui se démodent tellement vite ?
 

- Je suis jeune, j'aime suivre la mode. On ne va quand même pas se priver bon sang !"

C'est alors que le ton monte encore un peu que Nicolas s'empresse de fermer à clef la porte d'entrée.

"Qu'est-ce que tu fais, chou ?

- C'est la tradition chez nous. Les disputes ça se règle sans témoin. Tout conflit trouve sa solution, il suffit de s'obliger à le résoudre en s'interdisant d'y échapper. Un conflit qui s'incruste c'est comme une maladie chronique…"

C'est ainsi que Laurence a obtenu une réponse à ses interrogations…

 

Publié dans concours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 08/03/2019 22:14

Des cousins à pois, tiens tiens...
Et puis? La porte est restée fermée?

Séverine Baaziz 08/03/2019 13:02

Pour vivre heureux vivons cachés, que disait le proverbe... Hummm, j'ai un doute… A méditer ;-)))

Jean Louis Gillessen 08/03/2019 12:38

Sans issue .... de secours ? Et, sans hasard, qui a décidé de fermer la porte et de garder la clé ? Un texte qui tombe à pic en cette journée du Droit des Femmes ....

Edmée De Xhavée 08/03/2019 09:31

Oups... les disputes en privé ! :D

C.-L.Desguin 08/03/2019 07:49

Eh oui quand la porte est fermée ...