Texte N°2 concours "Derrière la porte"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Charleroi, fait divers

 

Tu sonnes et sonnes encore. Pas de réponse. Tu attends quelques secondes. Ta montre te l’indique bien, il est dix heures dix. Tu as dix minutes de retard, soit. Bien sûr, la date du rendez-vous a été fixée le mois dernier et tu te dis que la personne a relégué tout ça aux calendes grecques. C’est pas la première fois que ça arriverait. Les gens prennent des rendez-vous parce qu’ils ont besoin de renseignements précis à un certain moment et puis les problèmes se règlent d’eux-mêmes, leurs enfants prennent les choses en main ou le fisc rembourse plus tôt que prévu et le rendez-vous tombe dans l’oubli. Ton smartphone vibre, tu décroches. C’est ton frère. Il te demande ton avis pour l’anniversaire de mariage de vos parents. Quarante ans, ça se fête, non ? Alors tu souris, tu lui dis, Waouwh, quelle chouette idée que celle-là, frangin. Ok, on discute de tout ça ce soir devant un p’tit rouge. On fêtera ces quarante ans-là en grandes pompes et avec un peu de chance il fera beau, ce sera encore l’été. À ce soir alors frérot, vers dix-neuf heures si c’est pas trop tôt pour toi. Et après tout on se fera une petite bouffe au resto italien juste en bas de chez moi. Ok ? À ce soir !

Tu sonnes encore, tu commences à râler. Tu vérifies que tu es bien à la bonne adresse. Rue du Panorama, numéro vingt-deux. Tu te dis que c’est bien là, tu ne t’es donc pas trompée. Ton gps se moque parfois de toi et t’envoie te perdre sur des chemins foutraques mais là, t’en es certaine, rue du Panorama c’est ici. De plus la secrétaire te l’a inscrit en deux chiffres ultra grands et en ajoutant avec une pointe d’humour, attention v’là les flics, 22. Tu jettes un regard circulaire autour de toi. La rue est déserte, pas une âme. Dans ces villages-ci, en dehors des heures de pointe, de rentrées et de sorties des classes, c’est Waterloo morne plaine. C’est curieux car tu perçois comme une musique et puis ensuite des voix joyeuses. Tu te dis que la personne est peut-être sourde et que et que… la radio c’est ça, c’est la radio qui fonctionne et les bavardages de l’animateur couvrent le ding dong de la sonnette. Et merde de merde. Tu penses aux autres visites de cette journée dans cette banlieue de ce maudit Pays Noir que tu connais à peine. Tu pousses sur la porte car tu te rends compte qu’elle est entrouverte. Le hall d’entrée est sombre et poussiéreux. Côté gauche, un porte-manteau sur lequel sont accrochés deux imperméables beige à l’encolure dégueulasse et deux gilets mités. De couleur verte et ça, ça te fait rigoler cette couleur verte. Tu te dis que c’est le côté campagne de cette demeure et tu remarques ensuite que les deux gilets sont identiques, même couleur et aussi même taille. Ça te ramène à l’anniversaire de tes parents car eux aussi s’achètent parfois des vêtements identiques pour leurs balades en forêt ou d’autres événements mais pour ce jour-là, tu espères qu’ils ne feront pas ça, oh non, oh non !

Tu trouves ça quand même étrange, cette immobilité dans ce hall d’entrée. Et puis cette impression de vide, de non-mouvement, d’immobilité totale. À part ce porte-manteau et ces machins qui pendouillent dessus, rien. Tu aperçois un escalier tout au bout d’un couloir qui prolonge le hall. Tu cries, Y’a quelqu’un, hou hou, y’a quelqu’un ? Tu relis encore sur ton pense-bête rose fluo l’adresse et les noms. Tu n’as pas vu de boîte aux lettres et donc comment t’assurer que Robert X et Jacqueline X habitent bien ici ? Ce serait une bonne blague, tiens, que tu ne sois pas à la bonne adresse. Une aventure de plus à noter ! Tu as de l’imagination, tu aimes les films fantastiques ou à suspense et tout ça alors tu sais pas pourquoi, des scènes de Psychose d’Alfred Hitchcock traversent tes neurones. Et justement ce mois-ci TCM passe chaque soir un Hitchcock. Tu penses, Putain de merde, ce soir c’est Sueurs froides et je serai au resto italien avec le frangin. En une fraction de seconde tu vois ton doigt qui actionne la touche R de ta télécommande et tu te dis que tu as intérêt à ne pas l’oublier, cet enregistrement-là. C’est pas souvent qu’on repasse Sueurs froides à la télé. Tu cherches le nom des acteurs, tu sais pas vraiment pourquoi. C’est comment déjà les noms de ces deux acteurs tu te demandes tout en t’apercevant qu’il y a de la lumière dans cet escalier tout au bout de ce couloir au lambris grisâtre et crevassé. Ah oui oui, Kim Novak et James Stewart, ça te revient après quelques secondes d’hésitation. Tu cries de nouveau, Y’a quelqu’un ? tout en sortant ton ordinateur portable de ton sac rouge Hedgren. Tu relèves la tête et il te semble apercevoir une porte tout au bout du couloir, juste à droite de l’escalier. Tu fais quelques pas tout en continuant à crier, Y’a quelqu’un, y’a quelqu’un ? Et puis une odeur de rat crevé te prend à la gorge. Mais ce n’est pas la première fois dans ta jeune carrière d’assistante sociale que tu te retrouves les deux pieds au milieu de la crasse. Une ou deux poubelles oubliées dans la cuisine ou alors des boîtes de conserve, ça pue aussi une boîte de conserve quand elle reste ouverte durant plusieurs jours. Et puis tu repenses à Psychose, à Norman Bates, et à certaines scènes de ce film. Ah, quel stress, quel suspens, quel as cet Hitchcock ! Ça te fait presque sourire, l’image de ce vieux fauteuil à bascule et de cette femme momifiée. Mais tu zappes tout ça car cette puanteur s’intensifie de plus en plus et te soulève à présent le cœur, maintenant que tu pousses la porte tout doucement. Et que tu découvres une scène d’horreur qui te laisse sans voix.

Deux cadavres. Celui d’un homme et celui d’une femme. La femme est allongée sur un divan en cuir brun. Elle semble endormie. L’homme est recroquevillé sur le carrelage. Entre ses mains, une couverture de laine.

À la radio, on annonce pour ces prochaines heures des chutes de neige, une accumulation au sol de cinq à quinze centimètres, et blablabla et blablabla. Mais tout ça, tu ne l’entends pas. D’ailleurs, tu n’entends plus rien. Ta vue se brouille et tu mets quelques secondes avant de réagir et d’appeler les secours.

 

Cette fiction est librement inspirée d’un fait divers survenu en janvier 2019 dans la région de Charleroi. Ils s’appelaient Robert et Jacqueline, ils étaient frère et sœur. Ils vivaient tous les deux dans une petite maison, à Aiseau-Presles. Ils sont morts seuls.

 

Publié dans concours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pâques 03/03/2019 21:58

Bien ficelé, comme un film qui se déroule, j'aime beaucoup !

Philippe D 03/03/2019 21:27

J'aime bien la façon dont ce fait divers est raconté.
Je pense bien sûr aussi à C-L et pas seulement à cause de Charleroi...
Le 2e texte éclipse donc le 1er.
Si c'est comme ça tous les jours, ce sera facile : je vote pour le 11 !

Micheline Boland 03/03/2019 17:29

Très réaliste, en effet !

C.-L.Desguin 03/03/2019 16:46

En effet, quel suspens. Les deux premiers textes sont très différents, nous attendons les suivants avec impatience, hâte d'ouvrir toutes ces portes.

Jean Louis Gillessen 03/03/2019 17:56

Rires avec ton commentaire en réponse au mien ... Bon, l'auteur(e) qui a choisi comme titre la cité de Charleroi est un(e) fieffé(e) coquin(e) qui ne peut pas avoir commis ce texte sans avoir pensé à toi (je parle de la ville ... ). Bien ficelé en tout cas.

Jean Louis Gillessen 03/03/2019 12:55

Brrrr, très réaliste effectivement, et pour cause. Une écriture qui fait penser à des zooms et des fondus en gros plans, et , de surcroît, l'auteur(e) nous plonge dans Hitchcock très adroitement : bravo ! Bon, un fait divers à Charleroi ... euh, je pense à une auteure forcément, tout le monde y a pensé ... Mais il s'agit peut-être bien d'une ruse de sioux ! Aaaargh ! Et si Carine-Laure ne vient pas déposer un commentaire ... Quoique ! Elle peut être de mèche avec un(e) autre comparse ... Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

C.-L.Desguin 03/03/2019 16:47

Sacré Jean-Louis, je ne peux pas être partout quand même.

Edmée De Xhavée 03/03/2019 08:50

Finalement, c'est très réaliste tout ça, on se sent dans la peau (tremblante) de l'assistante sociale qui est sur le point de découvrir les deux malheureux, et puis les découvre après avoir un pu ralenti son stress en divergeant vers Hitchcock... Bravo!

Séverine Baaziz 03/03/2019 08:13

Ca, c'est du suspens ! Bravo à l'auteur(e) !!! Un style hyper vivant, on y est dans ce couloir poussiéreux. A la fin, je me serais bien vu cliquer sur le lien de l'article de presse pour en savoir plus ;-)