Viktoria Laurent-Skrabalova nous présente son recueil de poésie "Le berceau nommé mélancolieé

Publié le par christine brunet /aloys

Biographie

Viktoria Laurent-Skrabalova est née dans un pays qui n'existe plus, la Tchécoslovaquie. Le fait d’avoir connu un régime avant de passer à un autre a très probablement influencé son écriture. Depuis l'âge de huit ans, elle écrit des courts textes nourris de son imagination. Elle a été primée plusieurs fois dans des concours littéraires en Slovaquie et en République Tchèque. De nombreux poèmes ont été publiés dans diverses revues littéraires françaises (Ce qui reste, Florilège, 2000 Regards, ...).

Elle a publié quatre livres de genres différents (recueil de nouvelles, livre pour enfants, recueil de poésie) chez des éditeurs en Slovaquie et en France.

 

Résumé

Le Berceau Nommé Mélancolie est une plongée dans une mélancolie palpitante, vibrante d'énergie et d'espoir. Chaque mot a sa place et son importance. Les vers dansent dans un tourbillon, dévoilent les pensées de l'auteure sans trop les dénuder. Ils peuvent être remplis de mélancolie comme ils peuvent n'être qu'un calme avant la tempête. Avant que la révolte, la volonté de surmonter les difficultés de vivre, ne reprenne leur règne.

 

Extrait

La femme d’une ville morte

 

Dans des rues vides,

Sous les réverbères torturés,

Je suis ton ombre.

Je serai ta femme.

 

Sous un ciel éclairé

De lanternes éternelles,

Ton nom sera oublié.

Je serai son écho.

 

Quand l’aura des souvenirs

Pulsera comme un cœur,

De peur d’être effacée.

Je l’envelopperai dans la soie

Pour la ranger avec

D’autres mémoires.

 

Dans le sifflement du vent,

Perdu dans les restes des cheminées.

Je danserai avec la poussière,

Couverte du regard des vitres cassées.

 

Sous le poids du temps,

Je serai ton pilier.

Dans une tempête d’oubli,

Je suis l’épouse d’une ville morte.

Publié dans présentations, Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Viktoria Laurent 11/01/2019 17:17

Merci :)

Salvatore Gucciardo 06/01/2019 14:37

La plume de Viktoria est séduisante et raffinée. Son rythme musical séduit le lecteur par son lyrisme poétique et sa profondeur humaine!

Antonia Iliescu 06/01/2019 12:13

Je dis Bravo ! à Viktoria pour avoir si bien exprimé, dans cet extrait, l'inégalable mélancolie du départ. Je le comprends si bien…

Micheline Boland 06/01/2019 10:51

J'aime particulièrement la rythmique du poème. Bravo !

Edmée De Xhavée 06/01/2019 09:33

J'ai eu longtemps un ami tchécoslovaque, et il était comme entre deux eaux, un pied ici et l'autre là-bas, un peu dans une vie et un peu dans l'autre. Dans l'autre, avant les Russes, il était riche, père avocat international de renom, grand père fondateur d'une usine automobile, grosse maison, qui fut bientôt divisée en logements. Il a fui, est arrivé en Belgique, et n'a jamais su vraiment rebondir...

Ces poèmes font ombre et lumière je trouve, la destruction et le passé, et puis la force d'une promesse...