Texte 3 Concours texte photo - Vote sur ce post jusqu'au 05/12 18h. Résultats à 20h

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Vendredi 5 août 2016… Nous avons rendez-vous sur la place du village, avec le propriétaire de la cabane que nous avions louée à Saint-Charles-Garnier, pour deux nuits. Nous le suivons, avec notre voiture de location, au travers de chemins perdus au milieu de nulle part, direction le Camp « L’Evasion ». Situé en pleine forêt, dans le bas Saint-Laurent, il avait particulièrement attiré notre attention, pour son côté ancien, rudimentaire et authentique. Ici règne le « pas de » : pas de voisins, pas de wifi, pas d’eau chaude, pas d’électricité ; c’est un voyage dans le temps, loin du stress quotidien de nos villes… Régis nous fait visiter la cabane en bois, à l’image parfaite de la chanson de Line Renaud.


 

Il nous explique comment chauffer l’eau, allumer les lampes à gaz, nous montre les bougies, les érables, sa cabane où il fabrique lui-même son sirop, nous emmène faire un tour dans la forêt, où vivent buses, chouettes rayées, coyotes, orignaux, lynx et ours noirs. Il cite les divers animaux sur les photos qu’il a prises, en été comme en hiver, nous laissant sous le charme de l’endroit et des saisons. Après cet accueil plus que chaleureux, il nous laisse savourer ce lieu magique, tout droit sorti d’une autre époque, qui déjà nous appartient.


 

Nous nous installons. Je sais d’emblée que je vais m’y plaire. Je m’y sens tout de suite chez moi. Voilà un endroit rêvé pour une retraite, un temps de méditation, un atelier d’écriture, un rendez-vous avec la nature, avec l’être aimé, un retour en arrière dans le temps, qui semble ici et nulle part ailleurs s’être arrêté, et c’est bien ce qui me plait.


 

Sur la table, une bougie, une boussole, un livre ouvert, un titre en calligraphie « Un Billet de Femme ». Je reconnais tout de suite l’auteur : Marceline Desbordes-Valmore, un de mes préférés en poésie. Le recueil « Pauvres fleurs » date de 1839. Décidément, cet endroit est fait pour me plaire…


 

Je m’attarde sur les dernières strophes de ce poème, que voici :


 

« De ces tableaux dont la raison soupire,

Otons nos yeux,

Comme l’enfant qui s’oublie et respire,

La vue aux cieux !


 

Si c’est ainsi qu’une seconde vie

Peut se rouvrir,

Pour s’écouler sous une autre asservie,

Sans trop souffrir,

Par ce billet, parole de mon âme,

Qui va vers toi,

Ce soir, où veille et te rêve une femme,

Viens et prends-moi ! »

Une étrange sensation me traverse au moment où je lis ces vers, comme si elle avait laissé, en écrivant, un message que je déchiffrais aussitôt : j’étais là pour profiter de l’ici et maintenant, de la beauté qui m’entourait, de l’amour qui s’offrait à moi, et rien d’autre. Voilà ce qui me permettrait de revivre.


 

La boussole m’intrigue, elle aussi, car elle a quelque chose de particulier, les signes du zodiaque… Est-ce là aussi un signe, un guide pour m’aider à avancer sur le sentier de mon existence…? Que cela pourrait-il signifier ? Voyons… L’astrologie m’aide à définir la carte, la carte de mon ciel de naissance (« la vue aux cieux »), donc mon thème astral… Le signe astrologique est la boussole du navire de mon existence.

Lion : Né entre le 23 juillet et le 23 août, la chaleur de l'été est perceptible chez le Lion. Les personnes nées sous le signe du Lion sont volontaires, passionnées et dynamiques. Pour agir et avancer dans leurs vies, les Lions auront besoin de se donner des objectifs très rigoureux. Éternels pressés, leur rythme de vie est intense et il leur sera difficile de ne pas se faire remarquer ! De nature curieuse, ils possèdent une grande soif d’apprendre.


 

C’est décidément le plus beau voyage que je n’aie jamais fait. Quatrième jour de notre circuit en Gaspésie : les paysages défilent sous mes yeux, tandis que d’autres espaces s’ouvrent à moi, dans mon ciel intérieur… C’est un voyage à double sens, un voyage spatio-temporel, où tout s’éclaircit aux lueurs de la bougie. Ici, on savoure l’instant, alors je savoure : je me délecte de chaque seconde, comme un enfant qui découvre la vie. « Comme l’enfant qui s’oublie et respire », je pars explorer la forêt, à l’aube, à l’affût des moindres bruits, découvertes, sensations, tous mes sens en éveil ; seule avec la nature, les oiseaux, j’écoute leur chant, qui résonne et fait écho dans l’immensité du ciel. Je m’en imprègne. Je ne sais même plus pourquoi je suis venue, mais qu’importe si je ne trouve pas l’orignal que je cherche, je suis là, toute petite, infime, parmi ces arbres gigantesques, parmi cette immensité. Quelle beauté… Une ombre s’agite, un écureuil me laisse à peine le temps de l’apercevoir qu’il s’est déjà éclipsé. Je rentre, après une heure, préparer les toasts à l’ancienne, car ici, le grille-pain n’existe pas encore, je prépare les framboises que j’ai cueillies, chauffe l’eau sur le gaz pour le thé.

Quelques mois plus tard, quelle ne fut pas ma surprise en découvrant le nouvel album de Pascal Obispo « Billet de femme », au Zénith à Lille, album reprenant des poèmes de Marceline Desbordes-Valmore…

 

Publié dans concours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pâques 05/12/2018 18:41

J'aime bien les trois, mais je vote pour le 2 ( pour son originalité).

christine Brunet 05/12/2018 20:10

Désolée, Marcelle, mais ton vote arrive tardivement, après clôture. Mais pas grave ;-)

bob 05/12/2018 15:13

Texte 1 sans hésitation…

Florant 04/12/2018 19:07

Je vote pour le texte 1 aussi.
C'est celui qui m'a captivé le plus.

christine Brunet 04/12/2018 16:12

Le texte 1 est largement devant... Pour l'instant !

Micheline Boland 04/12/2018 14:47

Je vote pour le texte numéro 1.

Séverine Baaziz 04/12/2018 14:32

Les trois textes m'ont vraiment bien plu, mais puisqu'il faut choisir…
Je vote pour le texte n°1.

Bob 04/12/2018 08:46

Edmée, l'astrologie n'est pas une science... est scientifique ce qui se mesure, se quantitie, s'analyse et se reproduit jusqu'au moment où le résultat attendu ne se vérifie pas, alors on reprécise les règles et on recommence... la science est toujours imparfaite mais toujours de plus en plus juste... l'astrologie c'est une invention pure et simple basée sur de soi disant "maisons" et constellations qui n'existent pas. Mais bon...

Pâques 03/12/2018 20:42

Une parenthèse enchantée !

S. G. 03/12/2018 19:49

Je vote pour le texte n°1 "L’échelle à quatre marches"

Edmée De Xhavée 03/12/2018 09:23

Je connais - un peu - la Gaspésie et les abords du Saint Laurent, aussi j'y suis retournée grâce à ces lignes... Bob, l'astrologie est loin d'être une science exacte, mais en 1975 un ami (un peu dingo, j'en conviens) a fait mon thème astral et m'a dit une chose très précise (pas du genre vous allez rencontrer un homme qui a un passé) qui est entrée en scène il y a 5 ans. Alors que, quand il m'en a parlé, je lui ai ri au nez et dit "pas possible!" Et si! :)

Pour revenir au texte, oui, il est bien écrit, ça court dans les bois!

bob 03/12/2018 07:59

Moins surprenant mais bien écrit, on sent qu'elle y est allée. Ceci dit, l'allusion à cette connerie magistrale qu'est l'astrologie, mais bon... si ça peut aider à vivre !

Séverine Baaziz 03/12/2018 07:59

Bel hommage à Marceline Desbordes-Valmore ! Et que le promenade fut agréable, douce et ressourçante ! Merci à l'auteur(e) :-)