"Nous sommes des lâches !"' Un texte signé Marie-Noëlle Fargier

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

 

Nous sommes des lâches !

        Des lâches de notre mémoire lourde d’endoctrinements.

Différences = DANGER

Consommation = BONHEUR

Pouvoir = SUPERIORITE

Des lâches lorsque, conscients de ces conditionnements, nous baissons la tête, nous fermons les yeux et nos gueules et nous avançons dans ce cortège de pantins. Parce que…peur de la mise en isolement.

Des lâches quand on oublie les horreurs que subissent nos voisins et qu’on éloigne vite par la carte géographique pour se recentrer sur nous. Parce que…peur de la contagion.

Des lâches quand nous prônons la tolérance et que nous ne faisons que l’écrire ou la dire. Parce que…peur de l’acte.

Des lâches quand nous mettons en avant des chiffres, des statistiques. Parce que…peur des noms, de l’humanisme.

Des lâches quand nous nous camouflons derrière un groupe. Parce que…peur de l’individualisme.

Des lâches quand nous n’allons pas au bout de nos pensées, de nos actes. Parce que…peur de soi ou de l’autre.

Des lâches quand nous renions nos convictions. Parce que…peur du jugement.

Des lâches quand nous faisons croire ou espérer. Parce que... peur d’assumer.

Des lâches quand nous vivons d’utopies. Parce que…peur de la réalité.

Des lâches quand nous récitons des phrases apprises par cœur. Parce que…peur de les analyser, d’en créer.

Des lâches quand nous nous regardons dans un miroir. Parce que…peur de l’invisible.


 

Oui nous sommes des lâches avec des tonnes de prétextes. Oui je suis lâche et j’ai peur. Ou plutôt j’ai peur et je suis lâche. Je pense aux Résistants, aux Justes au sens large du terme, aux Opprimés n’avaient-ils, n’ont-ils pas peur ?

Cette peur que nous trimballons par nos gènes ; cette peur transmise, inculquée, dictée au passé, au présent et dans l’avenir.

Pourtant, nous avons tous le même destin…

Marie-Noëlle FARGIER

Publié dans Textes, l'invité d'Aloys

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie-Noëlle FARGIER 08/07/2018 22:47

Merci pour vos commentaires. Ce texte est une simple ébauche de questionnements sur les raisons qui conduisent les gens (et j'en fais partie) à fermer les yeux, ne pas réagir et agir face aux multiples et effroyables injustices, tragédies que vivent tant d'hommes, de femmes, d'enfants sur notre planète. Cette misère, cette maltraitance ici et ailleurs. Ces victimes qui, par certains, deviennent des accusés, des cibles (et combien ce sont des proies faciles !). La peur de la différence ? La peur est une protection utile comme le souligne Philippe mais elle peut être aussi une arme redoutable. Ce texte n'est pas un jugement sur l'individu, il est une vision sur une collectivité, celle des hommes.

Pâques 08/07/2018 14:36

Belle matière à réflexion...
Je crois en la dualité, le héros d'un jour peut se révéler lâche le lendemain...

Micheline 07/07/2018 21:12

Bravo pour le rythme imprimé à ce texte qui donne à réfléchir !

Philippe D 07/07/2018 21:02

Oui, nous pouvons être lâches à certains moments et la peur régit notre vie aussi. La peur existe depuis le début de l'humanité, c'est sans doute ce qui l'a sauvée. La peur fait réagir...ou s'enfuir, mais elle peut sauver. Il faut parfois vaincre ses peurs, mais elles sont normales !

Edmée De Xhavée 07/07/2018 09:03

J'aime bien ton cri mais ne suis pas d'accord avec l'idée que nous sommes des lâches. Certains le sont, d'autres pas. Certains sont hypocrites, certains sont généreux, certains connaissent leurs limites (c'est aussi un point important, ne pas suivre la clique en brandissant un drapeau ou slogan juste pour avoir l'air d'être comme les autres...), certains se révèlent des héros dans l'instant d'une réaction ou décision, d'autres sont paralysés par une peur ou des raisonnements. Certains sont égoistes, à temps plein ou par moments. Mais nous ne sommes pas des lâches dans l'ensemble. Non.

Marie-Noëlle FARGIER 07/07/2018 09:10

Je t'entends Edmée, je parle aussi des résistants et des justes. Sont-ils si nombreux ? l'histoire l'a démontré, le présent s'en charge aussi. J'assume mon texte. Amitié et bon week-end.