Réveillon, une poésie de Patrick Beaucamps extraite du recueil "En chemin jusqu'ici"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Réveillon

 

Nous décomptons les douze coups et unissons nos lèvres.

Tandis que nous buvons nos coupes de champagne,

des feux d’artifice éclatent un peu partout dans les rues.

Des chiens aboient et quelques fêtards passent en chantant.

Nous sourions en voyant notre fils qui somnole sur la table.

 

Je songe soudain à une vieille photographie de mon père

où on le voit fêter la Saint-Sylvestre avec des collègues.

En bleu de travail et chemise à carreaux, il tient d’une main

un cigarillo bon marché, et de l’autre une bouteille de bière.

Jeune ouvrier du bâtiment, c’est une force de la nature

et il semble invulnérable ainsi accoudé au bar.

Un homme audacieux qui sourit pour sa postérité.

 

À présent, c’est notre dernier réveillon qui me revient.

Alors que nous cuisons notre viande sur la pierre,

je regarde discrètement ses mains qui tremblent.

Il me sourit crânement mais ses yeux embués le trahissent.

A minuit, il me tombe dans les bras en sanglotant

et me dit que c’est dur de ne plus pouvoir subvenir

aux besoins de sa famille. Je le rassure en lui disant

que tout va s’arranger avec cette nouvelle année.

 

Papa, désolé aujourd’hui de m’être trompé.

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean Louis Gillessen 29/03/2018 16:46

Je rejoins mes trois consœurs dans leur commentaire. A nouveau chez Patrick le ressenti instantané qui le (et nous) plonge sur d'émouvants retours en arrières, comme au cinéma (le texte poétique est plus parlant et percutant) : mots justement choisis qui disent l'amour. Bravo et merci, Patrick, pour cette photographie aux couleurs littéraires tellement bien amenées, maîtrisées, développées en riche transmission de sens et de vécu, dans lequel chaque lecteur peut y retrouver quelque part ses propres images. J'en suis. Touché.

cathie 29/03/2018 09:48

Je ne suis pas très portée sur la poésie mais j'aime beaucoup ce texte poignant, certes, mais aussi très pudique. Bravo !

C.-L. Desguin 29/03/2018 07:57

Un hommage très poignant tout en finesse et sensibilité, sans tomber dans la sensiblerie.

Micheline 29/03/2018 07:05

Très touchant.