"Les deux moitiés d'un citron", un texte naïf signé Albert NIko

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

les deux moitiés d’un citron

 

Avec le soir commence devant ma fenêtre le ballet des voitures. Une maison concentre à elle seule l’ensemble des visites. Des parents ou amis. Jusqu’aux voisins qui viennent par-fois se joindre à la conversation. À leur manière de s’animer, comme à un geste répond une mimique, on devine presque ce fil qui passe entre eux. Aussi sûrement que de l’électricité.

Je mesure la distance qui nous sépare.

Comme si la fenêtre s’était abattue, en le sectionnant, sur un citron. Et la moitié tombée à l’extérieur aurait naturellement trouvé sa place.

Les chiens qui se jettent contre le grillage.

Les hommes qui marchent lentement entre voitures et jardins.

Les cris des enfants qui me parviennent en déchirant l’espace.

Et cette moitié tombée de ce côté serait sortie du jeu, inappropriée.

Mais bientôt, la pénombre renvoie ces voitures les unes après les autres, abandonnant ce sentiment derrière la fenêtre, comme je ne rencontre que mon seul visage.

 

ALBERT NIKO

 

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article