Lecture de la pièce de théâtre de Carine-Laure Desguin, Le Transfert, samedi 03 février au Centre Culturel de Frameries par le Box Théâtre

Publié le par christine brunet /aloys

 

Cette soirée au Centre Culturel de Frameries, Carine-Laure ?

Un régal. Que d’émotions pour un auteur d’entendre son texte. Je redécouvrais mes mots. Mes mots qui furent gâtés et choyés car très très bien lus par Roselyne Liénard, Vincent Jadot, Martine Courtois et Lysiane Duez.

Des textes d’Alessandra Riggio étaient insérés dans les tiens, ce n’est pas gênant pour le public ?

Je me posais justement la question. Pour moi, pas de problème, j’ai bien reconnu mes textes (…) Pour le public c’est différent, je suppose qu’il a ressenti une notion d’unité quoique l’écriture d’Alessandra Riggio soit différente de la mienne. Eric Sherkine ( Box Théâtre) avait sélectionné les extraits de l’une et de l’autre d’une façon judicieuse, tous ces textes s’imbriquaient docilement les uns dans les autres, un véritable travail de pro.

En deux mots, tu nous rappelles le pitch de cette pièce, Le Transfert ?

Dans cet hôpital, des dossiers sont perdus à jamais, engloutis dans la poubelle du monde virtuel. Et puisque le dossier médical n’existe plus, le patient ne peut donc exister, lui. Tu comprends ? C’est kafkaïen, absurdo-kafkaïen même. Il y a donc un patient, un médecin, une infirmière et parfois, un clown dialogue aussi avec le patient. Il y a aussi un second patient.

C’est de la Science-Fiction ?

J’espère que non, qu’il n’y a rien de visionnaire dans ce texte. Quoique des tas de gens disparaissent et l’on se demande parfois où ils sont passés…Peut-être ont-ils séjournés dans cet hôpital. Pourquoi pas ?

Après le spectacle, le public a échangé ses impressions avec toi ?

Oui et j’en suis très heureuse. Je me souviens particulièrement d’une dame qui m’a dit spontanément avoir apprécié le texte. Elle connaît bien la sphère médicale et tout cela l’a bien fait rire. En fait, lors de la représentation, je fus à la fois surprise et heureuse de constater que le public riait. Et moi aussi. Je n’avais jamais vu des gens rire en écoutant mes textes. C’était très émouvant.

Et ce texte, Le Transfert, que deviendra-t-il à présent ?

Il est à l’étude chez un éditeur. Le comité de lecture cogite. Le texte sera-t-il édité ou pas, j’attends. Mais depuis hier, je sais qu’il peut vivre et prendre son élan.

Après le spectacle, il y avait une séance de dédicace, j’ai vu que les gens se ruaient vers ta table.

Oh, se ruer, n’exagérons rien…Mais certains m’ont posé des questions, c’étaient de beaux échanges.

Carine-Laure, des projets ?

Oh ça ne manque pas mais une chose à la fois…

 http://carineldesguin.canalblog.com

Publié dans ANNONCES, articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Micheline 01/03/2018 08:57

Bravo Carine-Laure !

C.-L. Desguin 01/03/2018 10:07

Merci Micheline et amitié à vous deux.

Philippe D 28/02/2018 21:32

Ah ah ! c'est un texte qui n'a pas encore été édité ! Nul doute qu'il le sera bientôt ! Bravo C-L !

C.-L. Desguin 01/03/2018 10:07

Cher Philippe, en plus d'être divin tu serais donc devin. J'attends en effet l'avis d'un comité de lecture.

Séverine Baaziz 28/02/2018 20:36

Que les personnages prennent vie et voix doit être jubilatoire ! Bravo !!! Et excellente continuation, Carine-Laure !

C.-L. Desguin 01/03/2018 10:06

Merci Séverine. Comme tu dis, jubilatoire. Chapeau au Box Théâtre qui donne la vie à tous ces textes d'auteurs régionaux et peu connus du grand public.

Jean Louis Gillessen 28/02/2018 14:16

Arrrghh, oui, tu as dû vivre un moment - des moments - intenses, Carine-Laure, d'autant que c'était une première ! (Tu sais que je suis bien placé pour connaître ces émotions, comme tout auteur-comédien). Une captation vidéo a-t-elle été réalisée ? Auquel cas je m'inscris pour la voir, d'autant que le thème rejoint tout particulièrement mes intérêts (tu sais aussi, et te l'ai écrit), ... et que je n'ai pu venir assister à cette première. Mais il y en aura d'autres, j'en suis certain, ce n'est que partie remise. Et le texte sera édité, en plus, extraaaaaa. Oui, les réactions du public "pendant" ainsi que l'écho "après" sont autant de petits bonheurs jouissifs. Tu verras, maintenant que tu as touché à cette magie, tu vas y retourner, et ce sera pour le plus grand plaisir de nous toutes et tous. A bientôt alors, et cette fois, non virtuellement. Mille et un bravos à toi et reconnaissance toute particulière.

C.-L. Desguin 28/02/2018 20:19

Merci Jean-Louis pour tous ces mots. Non, cette fois, je n'ai pas de captation, il faudra qu'elle soit rejouée...

Edmée De Xhavée 28/02/2018 09:03

Mais ça mérite un bravo géant! Quelle émotion en effet ça doit être de voir l'effet de son texte sur le public, puisque tu as eu la chance (pas née d'un coup de baguette magique quand même, il faut du travail pour avoir la chance en prime! ) que ton texte soit lu, même si marié avec un autre texte. Un tango de mots, qui ont amusé, en plus... Bravooooooo

C.-L. Desguin 28/02/2018 20:18

j'avoue que le Box théâtre avait bien sélectionné les textes d'Allessandra et les extraits de ma pièce, l'ensemble est resté homogène.

Marie-Noëlle FARGIER 28/02/2018 08:22

Bravo à Carine-Laure et aux comédiens ! Quelle bonne idée d'évoquer un tel thème et sur un tel lieu ! Quel pied de nez à ce monde qui se doit d'être avant tout humain et qui se fait détrôner par le virtuel...Et surtout ce n'est pas facile de réussir à en faire rire. Pourtant c'est sûrement le meilleur moyen de passer quelques messages bien réels !

C.-L. Desguin 28/02/2018 11:38

Merci Marie-Noëlle, en effet, évoquer ce thème ne fut pas facile et d'ailleurs je ne me souviens plus de la genèse de cette histoire. Suis-je lobotomisée? Ou moi aussi suis-je déjà à moitié dans ce couloir de poubelles virtuelles. Qui sait?