"L'artiste", une nouvelle de Marie-Noëlle Fargier

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

L’artiste


 

L’artiste est un être à part, tellement à part d’ailleurs qu’il s’autorise TOUT !

Bah ! Il transforme, exagère, embellit, enlaidit avec sa plume ou ses pinceaux… la nature, les êtres quels qu’ils soient.

Alors, évidemment il s’y perd un peu ! Fiction- Réalité ?

Il y a celui qui noircit à souhait chaque tableau de la vie avec un pessimisme irréversible (en général il vit comme un reclus) ou celui au contraire qui illumine chaque fleur, chaque visage avec une croyance irraisonnée en la vie.

Bah ! des Rêveurs, quoi !

D’ailleurs souvent il ne sait pas compter, pour lui les billets de banque ne sont que du papier ! Tiens par exemple, il ne discerne pas les différences Hommes-Femmes, Jeunes-Vieux, Noblesse-Tiers Etat, Noirs-Blancs…Pour lui, chaque être est semblable !

Alors, évidemment il fait un peu n’importe quoi ! Bien-Mal ?

Il est capable d’oublier toutes les valeurs qui font de notre société une petite armée bien propre : l’Eglise… et tout ce qui va avec…La politique et tout ce qui va avec…L’éducation et tout ce qui va avec…


 

Tant et si bien qu’il se retrouve dans des situations cocasses qui font sourire ou rire. Il se fait duper le pauvre ! N’existant que dans son imaginaire, par un ciel plus bleu, par un regard plus clair, il traverse le temps en acteur de farce.

Bah ! Certaines bonnes volontés s’ingénient à le faire changer ! Mais…


 

Voilà, dressés en quelques mots les clichés de l’artiste.


 

Bah ! J’en connais un ou deux ou trois…artistes… Et je ris parce que vous m’avez crue ! Ou ceux qui me connaissent un peu ont sûrement discerné que je ne pouvais être cloisonnée dans de tels à priori bien qu’il y ait un peu de vrai (sourire).


 

L’Artiste est chacun de nous dans ce qu’il porte de plus beau, dans les émotions les plus intenses, dans les sensations les plus fortes, dans ces instants bouleversants de chaque détail découvert, vécu : une odeur, un son, une image, un regard, un sentiment qui s’engouffrent en vous et vous font palpiter.

Ces instants attrapés à la volée qui deviennent une éternité parce qu’ils se confondent avec vous- Belle alchimie-

Quant à celui qu’on appelle « artiste », il se contente de le traduire simplement en les rendant visibles.

Ne touche-t-il pas ainsi la seule Liberté ?


 

M-Noëlle Fargier

 

Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean Louis Gillessen 04/01/2018 12:35

Vrai que j'ai sursauté au premier tiers de ton texte ! Et souri quand tu rectifies ensuite. Et tu en connais un bout, sur les artistes, ils t'entourent multiples, jusque dans tes tout proches. Et la descendance est assurée par notamment ... Ambre. Clin d'œil. Bravo pour ce petit éloge. Reconnaissance. Belle et heureuse année, sœurette.

Marie-Noëlle FARGIER 04/01/2018 21:18

Merci l'Artiste ! Un petit texte gentillet pour commencer l'année. D'ailleurs j'en profite pour souhaiter à tous les Aloys une belle, sincère et douce année 2018 !

Séverine Baaziz 04/01/2018 10:20

Joli texte sur l'art de faire exister sa sensibilité au vivant. Merci Noëlle :-)

Marie-Noëlle FARGIER 04/01/2018 11:34

Merci Séverine, oui le mot "sensibilité" s'applique tellement au "vivant". Belle année à toi et tes oeuvres !

C.-L. Desguin 04/01/2018 08:28

Ah oui, derrière ce mot, il se cache mille vies et c'est très bien ainsi. Félicitation à Marie-Noëlle pour sa dernière publication.

Marie-Noëlle FARGIER 04/01/2018 11:32

Merci Carine-Laure, belle année à toi et à ta créativité