Séverine Baaziz nous propose une lettre ouverte à... La Mère Noëlle !

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Chère Mère Noëlle,

 

Comme chaque année, je me réjouis d’être la seule à vous écrire.

Mais qui sait si cela durera, l’air du temps étant à la féminisation de la langue française, on finira peut-être par démasquer le plus grand impair en la matière : le Père Noël existe, mais c’est une femme.

En attendant, je me permets d’en profiter encore un peu…

Juste avant de vous parler de mes voeux, il me tient à coeur de vous faire part d’un malentendu qui me poursuit chaque année.

Il y a trois ans, je formulais le voeu de ne jamais manquer d’essentiel. Je ne m’attendais pas à prendre, sans même m’en rendre compte, près de cinq kilos.

L’année suivante, mon souhait fut de voir adoucie une peine bien personnelle, et à nouveau, très vite, je me suis ankylosée de cinq kilos.

L’année dernière, c’est mon envie d’être plus solaire qui donna, une nouvelle fois, suite à la prise presque subite des cinq mêmes kilos.

Si bien que cette année, je préfère ne pas être le sujet de ma demande.

Serait-il possible (et ce, j’en conviens, je mise sur votre sens de l’interdisciplinarité) de, disons-le sans détour, changer l’eau potable en eau bénite ?

Assistée de Mère Nature et de Sainte Mère, je me disais que peut-être cela pouvait être une bonne idée. Plutôt que de la changer en vin, ce qui, somme toute, ajoute du malheur au monde plus qu’il n’en retire, l’eau bénite me semble opportune.

Ainsi, chaque matin, les mains seraient lavées de toute tentation à la violence ; les têtes vidées de leurs pensées néfastes ; les yeux, peut-être, finiraient par voir la beauté du monde et son risque d’éphémère.

En vous remerciant de bien vouloir réfléchir à la question, transmettez à vos lutines toute ma considération pour ce fou labeur d’assouvir les futilités consuméristes exponentielles de nos tendres chérubins.


 

PS : Si la chose est envisageable et ne vous incommode pas trop dans votre emploi du temps, j’avoue que j’aimerais beaucoup perdre ces fameux quinze kilos aussi rapidement que je les ai pris...   

 

 

Séverine Baaziz

Publié dans Textes, Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Séverine Baaziz 22/12/2017 08:48

Merci les amis pour vos commentaires :-) Et joyeux Noël !

C.-L. Desguin 21/12/2017 12:01

Tout est envisageable, l'eau potable en eau bénite, oui, bien sûr. Et de la bière à la place de l'eau chaude aussi.

Edmée De Xhavée 21/12/2017 10:12

Jean-Louis, ta lettre deviendrait trop longue et trop exigeante... Moi je trouve que le post-scriptum pourrait être pris en considération, un petit bonus :)

Micheline 21/12/2017 07:55

J'adore le post-scriptum !

Jean Louis Gillessen 21/12/2017 03:20

Comique. Je lui demanderais également de faire en sorte qu'il y ait un minimum d'abondance alimentaire pour celles et ceux qui manquent de nourriture et d'eau, et de médicaments, en tellement d'endroits de la planète.