Lorsque Bob le Belge se lâche, ça donne ça...

Publié le par christine brunet /aloys

Extrait d’une interview de l’auteur par Patrick Sel d’Arvor, parue dans la page littéraire du Monde du vendredi 30 avril 2007

Votre style fait penser à Proust ou Mauriac, vous en êtes conscient ?

Tout à fait. Certains critiques littéraires, surtout à l’étranger, parlent également de Dostoïevsky ou Hemingway… je ne cherche pourtant pas à les copier et d’ailleurs comment le ferais-je ? Je ne lis que les Martine ou de temps à autre un Delly. C’est inné.

 

Comment expliquer qu’avec un tel talent, vous n’ayez pas encore obtenu un Goncourt ou un Renaudot ?

Précisons d’ abord que j’ai quand même été nominé deux fois dans le catalogue des Trois Suisses et que le bulletin paroissial de ma commune m’a cité récemment, mais bon… mon éditeur est lui-même auteur et la jalousie… je pense qu’il n’a tout simplement pas envoyé mon livre.

 

Parlons de votre personnage Bob le Belge. Peut-on dire qu’il est un philosophe ?

Incontestablement, même si certains enlèvent le ‘testablement’. Il y a dans cet être raffiné et d’une grande culture, une vision hédonique de la vie qui interpelle, même si certains enlèvent l’’inter’. D’autant plus qu’il résume sa vision du monde avec une expression qui fait mouche et qu’on propose parfois pour les épreuves du bac…

 

« Et voila ! », sans accent sur le a ?

Tout juste.

 

Il y a t-il une raison particulière pour que cet accent soit omis ?

La syntaxe tout simplement. A l’imparfait du subjonctif, la césure de cette phrase prise dans sa globalité résiduelle aurait exigé une altercation intempestive de la continuité de la signification exhaustive de l’entité contraire. Or, nous nous trouvons ici dans un cas de figure où le conditionnel présent entraînerait une réévaluation de la construction narrative de l’exposé inverse… en bref, pour être simple, l’accent grave eut été aigu, ce qui eussé été une erreur grossière.

 

Je comprends… ou plutôt, pour être très franc avec vous, je ne comprends rien du tout.

C’est normal. Il n’y a rien à comprendre. Bob le Belge se regarde et comme il est dessiné au septième degré, c’est seulement dans une ou deux, voire trois semaines, que le déclic se fera. Vous n’en saurez d’ailleurs rien puisque à ce moment-là vous l’aurez oublié.

 

Peut-on parler de génie ?

Absolument. Rien ne m’horripile plus que les faux modestes. Ceci dit, mon QI n’est pas anormalement élevé… le Q au niveau du bassin et le I un peu plus haut, du côté du nombril.

 

Une dernière question, car je sais votre temps compté. Peut-on espérer d’autres Bob le Belge dans l’avenir ?

Il n’existe qu’un seul Bob le Belge… à moins de le cloner !

 

Je voulais dire d’autres épisodes ?

Ce n’est pas exclu. J’ai cassé la pointe de mon crayon et je ne retrouve plus le taille qui s’est taillé. Je lance un appel, il est rose fluo avec un dessin de bisounours.

 

Merci.

 

BOB LE BELGE

 

Publié dans articles, Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Silvana 24/11/2017 17:25

J'ai entendu dire qu'il a refusé plusieurs fois d'être l'invité d'honneur de La Grande Librairie. Mais vous savez, on dit tant de choses....

Philippe D 22/11/2017 20:32

Le Goncourt n'est pas suffisant pour lui. J'espère qu'un jour il aura le prix Nobel de littérature ! Il le vaut vraiment !
A quand l'entrée à l'académie française?

Pâques 22/11/2017 18:59

Bientôt au cinéma !!!
Les aventures de Bob le Belge ?

Séverine Baaziz 22/11/2017 15:00

Interview décoiffante ! Mon brushing en est tout chamboulé, zut alors...

Jean Louis Gillessen 22/11/2017 13:46

Jouissif ! A publier dans Le Monde et Le Figaro.

Alain Delestienne 22/11/2017 11:36

Très, très fort! Le prochain qui, en société, me demande si j'ai lu "La recherche", je lui rétorque "que pensez-vous de Bob le Belge?" Pour les petits nouveaux qui ne connaîtraient pas encore cette hauteur, cette interview fondatrice de la littérature du 21e siècle mériterait d'être reprise sur la page Fb de CDL.

Cathie Louvet 22/11/2017 09:37

Ahhh, quand Bob le Belge se lâche c'est tout simplement un bon moment d'humour et de dérision qui met des coups de pied dans la fourmilière..J'aime bien, dès le matin ça revigore et remet les idées en place. Merci à lui :)

Edmée De Xhavée 22/11/2017 08:40

Avril 2007 déjà. Que le tampax donc vite....