Laure Hadrien présente son recueil de nouvelles "L'Epervière et autres nouvelles"

Publié le par christine brunet /aloys

 

BIOGRAPHIE

Née à Charleroi d’une mère carolo et d’un père verviétois,  Laure Hadrien passe son enfance et sa jeunesse à Verviers avant de venir s’installer à Namur où elle réside encore.   Diplômée de psychologie et maître en traduction elle exercera ces deux métiers tour à tour.   Mariée et mère de deux enfants,  elle écrit d’abord des nouvelles qui seront publiées dans diverses revues littéraires et radiodiffusées sur la rtbf.   « Romance avec le passé » est son premier roman.  Arrive maintenant « L’Epervière et autres nouvelles »,  un recueil qui rassemble des textes plus longs et plus travaillés que ceux qui apparaissent sur son blog et qui correspondent à ceux radiodiffusés naguère.

Résumé

Un recueil de neuf nouvelles où dominent la douceur et la tristesse mais aussi l’attente et l’espoir.
Une écriture très travaillée, des personnages qui rêvent leur vie, puis qui un jour passent à l’action.
L’Epervière, texte plus long, relate un duo-duel très accrocheur. Les passes d’armes se succèdent, entrecoupées de pauses, afin que l’héroïne adapte sa stratégie. C’est en effet l’élément féminin qui, une fois n’est pas coutume, mène la danse et crée l’offensive. Le personnage masculin résiste puis contre-attaque. Lequel des deux l’emportera?

Le terme d’épervière évoque la femelle de l’épervier, mais désigne en réalité une petite fleur qui se contente de peu de terre et d’eau, et dont les sucs aiguisent la vue des éperviers selon une tradition populaire.

Parmi ces nouvelles, certaines ont été diffusées en radio dans les émissions littéraires d’Annie Rak, animatrice de la RTBF. Elles ont été choisies pour leur verve et leurs qualités sonores.

EXTRAIT

Dans son rêve, elle donnait à Chaville des airs de souvenirs d'enfance et le sourire de Louis, son grand-père, qui l'avait tant aimée autrefois. Quand elle imaginait Chaville, il lui semblait revoir son visage serein, ses yeux très bleus et ses mains qui battaient les cartes à l'ombre des rosiers grimpants. Qui l'avait aimée autant que lui?

 

Son amant allait-il l'inviter à Chaville? Elle en avait envie et le redoutait tout autant. Etait-ce le long voyage en solitaire? Elle se voyait recroquevillée au fond de l'express, craignant ses compagnons de voyage. Il viendrait l'attendre à la gare du Nord. Elle se sentait incapable de traverser seule une grande ville agressive, elle qui était fille de sourires de grand-père et d'ombre de rosiers grimpants. Elle avait besoin qu'on la prenne par la main, comme lorsqu'elle était petite, comme quand Louis l'aimait.

Publié dans présentations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pâques 17/12/2017 17:15

Je vais me laisser tenter par ce recueil !
Un bel extrait et en plus Jean-François est séduit aussi donc à découvrir...

Jean-François Foulon 17/12/2017 10:54

Je viens de lire ce recueil et ne peut que le recommander à tous. Le lecteur est emporté par le style et par l'histoire racontée. Il a des attentes amoureuses, qui se concrétisent ou pas, des couples qui se brisent, d'autres qui finalement ne se forment pas.

Jean-François Foulon 18/12/2017 00:59

ne peux (et non ne peut) :))))

Alain Delestienne 17/12/2017 10:41

Laisse-toi tenter, Edmée. Une belle langue simple et efficace. Des histoires dans lesquelles on plonge avec plaisir et qui se terminent avec l'envie d'en savoir davantage. On aimerait que chaque nouvelle soit un roman. Déjà toutes mes félicitations à Laure Hadrien même si je n'ai pas encore terminé le recueil.

Edmée De Xhavée 17/12/2017 09:20

Je compte bien l'acheter, j'attends juste un peu que ma PAL ait une hauteur acceptable, mais je suis diaboliquement tentée...

Micheline 17/12/2017 07:23

Un extrait accrocheur.

Jean Louis Gillessen 17/12/2017 06:45

... lire " apprécié ... " Distraction.

Jean Louis Gillessen 17/12/2017 06:44

Joli trajet du métier de plume : être lu sur les ondes. Une écrivaine psychologue, traductrice, fille d'un père verviétois, dont un symbole apprécier est l'épervière ... ne peut que réserver de belles surprises ...