Cathie Louvet en invité du Blog Aloys pour le premier tome de sa saga "DE GLACE ET DE FEU"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

DE GLACE ET DE FEU...

 

« De Glace et de Feu » est un roman « poupées russes ». Il raconte l'histoire d'un clan danois mené par un viking notoire, histoire imbriquée dans l'histoire du royaume danois et, d'une manière générale, dans celle de la « diaspora » des peuples scandinaves, elle-même emboîtée dans l'histoire de l'empire carolingien au moment de son délitement, après la mort de Charlemagne. Les destins des uns et des autres, hommes obscurs ou personnages historiques, s'entremêlent au gré des luttes pour le pouvoir, la gloire, la richesse, la puissance...l'amour bien sûr . Jusqu'au moment où la colère divine s'abat sur les mortels !

Thorkell, qui a rejoint l'armée du roi Godfred en guerre contre les Francs dont l'avancée inexorable vers le nord menace le territoire, meurt au combat, contraignant sa famille à s'exiler à Skye.

Tout comme l'assassinat du charismatique roi danois plonge son royaume, pour de longues années, dans l'anarchie. Qui, des trois prétendants au trône, parviendra à prendre le pouvoir sur un peuple farouchement épris de sa liberté ?

Idem chez les princes carolingiens : le remariage tardif de Louis Ier avec une jeune aristocrate et la naissance du petit Charles en 823, sonne le glas de l'équilibre instauré par l'Ordinatio Imperii en 817 . Dès lors, les passions se déchaînent, emportant sur leur passage piété filiale, amour fraternel, respect des préceptes chrétiens. Contexte particulièrement propice à tous ceux, aventuriers,ou princes ambitieux, désireux de se tailler la part du lion sur les ruines pas encore fumantes de l'empire fondé par Charlemagne ; à l'image du noble breton Nominoé, puis de son fils Erispoé qui, à force de ténacité et de courage, fondèrent le premier royaume breton.

« De Glace et de Feu » donne de la civilisation des Vikings un aperçu loin de l'imagerie traditionnelle qui les dépeint comme des Barbares sanguinaires sans foi ni loi, ce qui supposerait qu'ils sont différents des Francs qui ont fondé leur empire aux dépens des autres peuples, des Celtes envahisseurs de la Bretagne insulaire et de l'Irlande. Bien loin des clichés issus des récits des moines, le lecteur découvrira des hommes opportunistes, certes, mais intelligents, épris de liberté, capables d'aller au bout de leurs ambitions, au bout d'eux-mêmes.

« De Glace et de Feu » propose au lecteur un voyage dans le temps qui associe les ingrédients romanesques les plus divers : aventures rocambolesques, batailles, intrigues politiques, complots, meurtres, mais aussi l'amitié, l'amour, la foi, le courage, la solidarité, l'accomplissement de destins exceptionnels, qu'ils soient fictifs ou réels, la croyance que la chance sourit aux audacieux, que la renommée appartient aux meneurs, aux décideurs, plutôt qu'aux suiveurs.

 

BIOGRAPHIE DE L'AUTEUR :

 

après des études de Lettres Modernes et l'obtention d'une Licence Français Langue Étrangère, j'ai enseigné plusieurs années le français et l'histoire géographie en collège et en lycée professionnel.

Je continue à donner des cours de français particuliers à des collégiens, lycéens mais aussi à des adultes, parfois étrangers.

J'ai toujours été passionnée par la littérature et la recherche historique. Mais je ne me contente pas de la poussière des rayonnages ; j'aime également partager, transmettre un savoir et, surtout, communiquer avec les gens, échanger...Raconter des histoires réelles ou fictives, évoquer des destins extraordinaires ou romanesques.

Je vis actuellement en Bretagne.

 

 

EXTRAIT DU PREMIER TOME :

 

 

Prologue :

 

Après les invasions barbares et la chute de Rome, le chaos régnait en Europe. Mais des ruines encore fumantes d'un monde romain appartenant désormais au passé, si glorieux fut-il, émergea peu à peu un ordre nouveau : celui des peuples dits «  barbares » , des païens sans foi ni loi, vivant en tribus ou en clans, batailleurs, querelleurs et brouillons, mais animés d'une formidable énergie vitale, plus vivifiante que les miasmes putrides exhalés par les marbres et les colonnes des palais corrompus des derniers empereurs, énergie qui les poussait à aller de l'avant, encore et toujours, sans regarder derrière soi, sans s'encombrer d'inutiles principes moraux, ne croyant qu'en leurs dieux faits à leur image, ne faisant confiance qu'à leur force physique et à leurs armes, s'adonnant à la guerre avec la même fougue qu'ils mettaient à boire, manger ou faire l'amour. Ils profitaient de chaque étincelle de vie irradiant par toutes les fibres de leur être...

Les Scandinaves étaient de ceux-là, mais ils étaient nés dans des contrées au sol ingrat et chiche, exigeant beaucoup d'efforts pour peu de rendement. L'agriculture, l'élevage et la pêche permettaient tout juste de survivre dans un monde au climat rude, aux terres cernées par l'élément liquide. Les Hommes du Nord, entreprenants, courageux et très résistants comprirent alors que la mer, qui semblait être leur prison, constituait en réalité leur seul salut. Ils conçurent des bateaux très ingénieux, barques à fond plat extrêmement maniables et légères, qui pouvaient être roulées sur des rondins ou portées afin de contourner n'importe quel obstacle ou pour couvrir une petite distance séparant deux cours d'eau. Depuis de nombreuses générations, ils pratiquaient le cabotage le long de leurs côtes déchiquetées, ainsi que le long des côtes germaniques et franques. Avec de tels navires, capables d'apprivoiser les colères et les caprices de la mer, ils partirent à la découverte du monde extérieur. Fins observateurs, ils comprirent très vite que le commerce était la clef d'accès à des richesses qu'ils n'auraient jamais soupçonnées. C'est en remontant les fleuves du grand continent européen qu'ils atteignirent Constantinople. La grande cité les éblouit par l'opulence de ses palais et de ses marchés, par la diversité et l'animation de ses rues cosmopolites. Certes, ils se retrouvaient bien loin de leurs contrées brumeuses et froides mais ils étaient hardis, aventureux, pleins de courage et surtout bien organisés.

Alors, ils fondèrent des comptoirs sur les rives de la Mer Baltique mais aussi dans les lointains territoires qu'ils sillonnaient. Grâce à leurs propres itinéraires maritimes et fluviaux, ils créèrent des réseaux de correspondants qui écoulaient leurs marchandises déjà très prisées : fourrures, peaux, ivoire de morse, ambre, vadmal, tissu de bure de très grande qualité, qu'ils troquaient contre des meules à bras rhénanes, des pierres à aiguiser et surtout du vin.

A cette époque, il n'était pas rare de voir de jeunes scandinaves partir commercer pendant plusieurs années sans éprouver aucune difficulté d'adaptation, pouvant faire indifféremment escale dans des pays aussi divers que la Perse, la Grèce, l'Italie, les Gaules, la Germanie. Quelques années plus tard, ils rentraient chez eux enrichis et endurcis par le dur métier de marchand itinérant, loin d'être une occupation de tout repos. Il fallait savoir se battre pour se défendre contre d'éventuels prédateurs, savoir protéger son navire, ses marchandises et ses bénéfices, raison pour laquelle ils se groupaient souvent en « guildes » afin de partager les frais et les risques. C'est ainsi qu'ils apprirent à connaître les coutumes des cités européennes. Ils furent rapidement capables d'en appréhender les ressources matérielles et financières. Ils comprirent que ces dernières étaient généralement concentrées dans les principaux centres urbains et religieux, ces derniers souvent isolés et laissés sans moyens de défense.

C'est dans ce monde en pleine effervescence que naquirent les générations d'hommes et de femmes dont nous allons évoquer les destinées souvent extraordinaires, parfois insolites mais jamais monotones.

 

Cathie LOUVET

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

C.-L. Desguin 05/11/2017 13:47

Les romans historiques ne sont pas ma spécialité mais ceux-ci me paraissent aborder quelques angles originaux de notre passé.

cathie louvet 06/11/2017 14:14

c'est tout à fait vrai :)

Christine 05/11/2017 11:19

Cathie Louvet, une auteur, une blogueuse, une chroniqueuse, une passionnée de littérature ! Un nom que vous allez apprendre à connaître si ce n'est déjà fait !

Edmée De Xhavée 05/11/2017 08:34

Un sujet très ambitieux et en tout cas différent de qu'on écrit le plus souvent. Bravo!

cathie louvet 06/11/2017 14:13

Merci beaucoup !!