Albert Niko nous propose cinq nouvelles apparitions

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Les fourmis dévalant du quignon de pain que s’octroie le chien

 

***

 

Les klaxons incessants d’un mariage : à mon tour j’aboierais si j’étais chien

 

***

 

Passée l’averse, il commence à pleuvoir sous l’arbre

 

***

 

Le sentier qui part à l’embranchement – ce sentiment

 

***

 

Le chien me regarde quand lui regarde son chien

 

Albert Niko

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean Louis Gillessen 22/10/2017 15:45

Belles fulgurances. Place à l'imaginaire. J'aime.

Micheline 22/10/2017 09:57

Des apparitions que je trouve assez proches de haïkus.