Didier Moné nous propose un poème extrait de son recueil "A fleur de plume"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 
 

DOMINUS (extrait)


Quand il referma la porte
Lentement, elle lâcha ses cheveux
Ce soir elle n’est plus cette autre
Qui refuse de se dévoiler
Celle qui s’interdit la liberté
Courtisane, fille de joie, qu’importe
Ce soir elle est vôtre,
Et c’est tout ce qu’elle veut.


Brisez mes chaines,
De femme trop bien-pensante
Prenez les rennes,
Je veux être immorale, indécente
Soyez la bête qui hante mes rêves
Le seigneur au puissant glaive.

Elle a rangé sa virginale blouse
Et enfilé une tenue de catin
Elle ne sera plus seulement l’épouse,
Mais une authentique putain,
La gracile andalouse
Aux pieds de son souverain.

Dans votre cave humide,
Entrainez-moi, effeuillez-moi
Je ne veux plus être la timide
Mais la coquine qui plait à son roi
Regardez-moi, pétrissez-moi
Que ma fleur éclose sous vos doigts.
 
 
 
Didier Moné

 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Angeline 15/10/2017 14:52

j'aime me promener sur votre blog. un bel univers. vous pouvez visiter mon blog (cliquez sur pseudo) à bientôt.

Christina Previotto 15/10/2017 10:54

C'est dit tout en finesse...

Edmée De Xhavée 15/10/2017 09:49

L'instant intime, la femme de jour qui se retire et laisse la place à la femme de nuit...