Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Texte n°3 concours Les petits papiers de Chloé

16 Juin 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #concours

 

 

Une enveloppe blanche, non timbrée, avec au milieu un prénom, le mien.

Toute seule dans la boîte aux lettres, comme un point d’interrogation dans un paragraphe vide.

Adriana (c’est moi), sept lettres peintes en rouge… c’est la première fois que je les sens hostiles…

Hostiles ! Vraiment ! T’es bizarre tu sais, me dit la voix qui me parle et que personne n’entend.

Un voisin arrive dans mon dos pour consulter sa boîte, m’obligeant à me saisir de l’enveloppe avec naturel, la glisser dans la poche de mon pantalon de jogging, me retourner avec un sourire choisi vite fait dans la série «j’espère que vous allez bien », et me diriger vers l’ascenseur.

Je me comporte déjà comme quelqu’un qui a des choses à cacher…

Ridicule !

Je me force à entrer calmement chez moi, j’ôte ma veste que je dépose sur un cintre dans le vestiaire, je m’assieds sur la chaise posée devant mon mac et alors seulement j’autorise mon pouce droit à se glisser sous la patte collée et à déchirer plus ou moins proprement le haut de l’enveloppe.

Une fine feuille de papier blanc, pliée en quatre, attend patiemment qu’on s’y intéresse.

Je la tire entre le pouce et l’index, la déplie, passe dessus la paume de la main pour l’aplatir, et écoute mes yeux qui m’en croient pas leurs oreilles !

Quelques mots absurdes, inattendus et incohérents occupent le centre de la page :

 

Je sais qui tu es…

 

Ce ne sont pas des lettres découpées dans un journal, ni tapées à l’ordi, non non, cette petite phrase est écrite à la main, tranquillos, sans masques ni déguisements. A l’encre rouge.

 

Qu’est-ce-que je fais ? Je rigole ? Je la jette à la poubelle ?

 

J’ai envie de lui répondre : Tu as bien de la chance car moi je ne sais pas qui je suis.

Mais il (ou elle) n’a pas indiqué son adresse au dos de l’enveloppe (quand même…).

 

Je me fais un petit café serré en compagnie de Georges (what else ?) et bientôt je ne pense plus à cet incident. Le monde est plein de dérangés, c’est à dire de personnes dont les neurones ne sont pas bien rangés.

 

 

Le lendemain matin, en pyjama, avec ma tête de la nuit, je descends en catimini, par l’escalier, priant pour ne rencontrer personne. J’ouvre la boîte et je ne sais pas si j’espère qu’elle soit vide ou pas.

Elle ne l’est pas.

Une enveloppe jumelle de celle d’hier me nargue.

Je la saisis sans ménagement, la glisse dans la poche de mon pantalon et remonte les marches quatre à quatre, plutôt deux par deux car j’ai des petites jambes.

J’ouvre la porte de chez moi, déchire sans attendre l’enveloppe, arrache la fine feuille blanche, la déplie et aspire par tous mes sens le message :

 

Dépose 100 000 euros en coupures de 50 dans ta boîte

Je viendrai chercher le paquet cette nuit

 

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai peur.

C’est un fou, un malade, un échappé de l’asile, un maniaque, un terroriste… il rôde dans les couloirs de mon immeuble, peut-être même est-ce un voisin…

Je passe en revue les locataires, les anciens, les nouveaux, les hommes, les femmes, les « louches »…

Cent mille euros ! Rien que ça ! Et sans même donner une explication ?

Qu’ai-je fait de si terrible pour que je sois prête à payer cette somme ? Car « il » a l’air sûr de lui.

La sonnerie du smartphone fait exploser tous les signaux d’alerte de mon cerveau.

Mes yeux fixent l’écran : numéro privé.

C’est lui ! Je le sens !

Pendant que je réfléchis avec des circuits endommagés, la sonnerie cesse brusquement et on frappe deux coups secs sur la porte d’entrée.

Arrêt sur image. Décharge d’adrénaline. Apnée.

Deux coups secs qui me paraissent plus secs que les premiers.

Et puis une voix forte :

- Ouvrez ! C’est la police.

Bin tiens, à d’autres. C’est LUI !

J’ouvre la fenêtre, j’habite au premier étage, je pourrais sauter ?

C’est en inspectant le trottoir que je vois la voiture de police stationnée devant chez moi.

Jamais je n’ai été aussi heureuse de voir des flics !

 

Je cours ouvrir la porte et tombe en sanglotant dans les bras d’un officier.

Ils sont deux. Sa collègue se dirige vers la table, se saisit des deux feuilles de papier blanc de ses mains gantées, les dépose dans un sachet en plastique et sort en lançant à son équipier :

- C’est bien lui, même écriture, même papier.

 

Je me tourne vers mon sauveur, éperdue, pleine d’interrogations.

- Suivez-moi au commissariat mademoiselle, nous aurons besoin de votre déposition.

- En pyjama ?

- Habillez-vous mais faites vite.

 

Au commissariat, j’aperçois tous les locataires de mon petit immeuble. Ils ont l’air aussi incrédules que moi. A mon entrée, ma voisine de palier s’écrie: - Vous aussi !

Après quelques heures de reconstitution, il s’avère que l’auteur des lettres occupait l’appartement du dernier étage depuis un mois. Il était suivi pour des troubles sévères de la personnalité et allait être reconduit à l’hôpital psychiatrique dès qu’on l’aurait retrouvé car il avait disparu.

 

Un frisson me parcourt… j’aurais pu sauter par la fenêtre…

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pâques 17/06/2017 20:26

Angoissant !!!

Micheline 17/06/2017 18:45

Effrayante histoire !

Séverine Baaziz 17/06/2017 12:55

Ne le dites à personne, mais moi, un truc comme ça, j'en dors plus la nuit...

Christina Previotto 17/06/2017 12:53

J'aime beaucoup celui-ci !

Christine 17/06/2017 12:42

Mea culpa... il reste un texte et pas des moindres ! !!!

C.-L. Desguin 17/06/2017 09:20

Bonjour Christine, je lis trois textes mais tu m'avais parlé de quatre textes. Bizarre.

Christine 17/06/2017 12:43

Tu as raison

christine Brunet 17/06/2017 08:13

Ce texte est le dernier... Eh oui, peu de concurrents pour ce sujet... Vous pouvez voter dès aujourd'hui sur ce post et ce jusqu'à lundi soir.
Le ou les gagnants auront donc comme d'habitude leur nouvelle publiée dans la revue à paraître en septembre.

Philippe D 17/06/2017 06:57

Un texte qui aurait pu être plus élaboré, je trouve...

Edmée De Xhavée 17/06/2017 06:45

Eh bien... il avait trouvé un drôle de passe-temps, le nouveau voisin :)