Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Texte n°1 Concours "Les petits papiers"

14 Juin 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #concours

Texte n°1 Concours "Les petits papiers"

La cité des enfants oubliés

 

De tout temps, de tout pays, les gens ont craint pour leurs enfants.

Que le malheur les emporte au détour d’une rue, d’un instant, d’une rencontre.

De tout temps, de tout pays, les petits d’hommes grandissent au sifflet de la même recommandation : « Il ne faut jamais parler aux inconnus ! »

Les mères et les pères s’inquiètent. Les enfants, bien souvent, trop peu.

 

C’est ainsi que l’imprévisible surgit dans la vie du petit Sully.

Par un jour de printemps, doux et clair, au souffle léger parfumé de pollen, on aperçut un étranger aux quatre coins du village de l’enfant.

Assis sur un banc de jardin public. Aux portes d’une cour de récréation.

Marchant, d’un pas lent, les mains croisées dans le dos.

Peut-être serait-il passé inaperçu s’il n’avait pas eu cette étrange apparence. Sans âge, imberbe, tout de gris vêtu. Sur son visage, accroché un sourire, presque figé, comme un collier de perles au cou d’une jeune fille.

Sully était un garçon réservé. C’est sur lui que l’homme jeta son dévolu.

 

La fin des cours retentit.

Tour à tour, les écoliers traversèrent pour retrouver les bras ouverts de leurs parents. L’enfant d’une dizaine d’année se retrouva rapidement seul sur les marches de l’entrée principale. Dans son dos, la porte se ferma à double tour. La directrice ébouriffa ses cheveux et d’un simple « tes parents ne vont probablement pas tarder, Sully », elle disparut à son tour.

Sully resta seul un long moment, seul sous un ciel coloré d’oiseaux, plus nombreux et bien plus proches que de coutume.

En ce jour de printemps, doux et clair, au souffle léger parfumé de pollen, leurs chants semblaient vouloir égayer le silence.

L’étranger tout de gris vêtu arriva aux pieds de l’enfant, il s’accroupit et le regarda comme jamais personne ne l’avait regardé.

« Sully, tu veux bien venir avec moi ? »

Le lendemain, aux premiers rayons du soleil, une lettre attendait d’être lue.

 

Les parents de Sully étaient loin d’être fortunés : ce ne fut donc pas une demande de rançon. Et, ils n’avaient aucun ennemi connu : ce ne fut donc pas un aveu de vengeance.

Par contre, le ciel en était témoin, coupables ils étaient tout deux de bien des méfaits. De ceux qui restent gravés dans les murs et les cœurs des enfants.

Voici ce que contenait ladite lettre :

Chaque enfant mérite protection.

Ce que Sully subit, chaque jour, devrait être lourdement puni mais en rien, ceci ne réparerait les blessures qu’il porte en lui. Alors, s’il vous reste une once de raison, acceptez ma proposition : renoncez à votre tutelle parentale en signant en bas de cette lettre, ou, en l’espace de quelques battements d’ailes, vous serez arrêtés. Jugés et écroués, assurément, pour les coups et sévices innommables dont je connais et peux prouver chacune des horreurs.

Six bourses de pièces d’or accompagnaient l’écrit.

Hébétés, mère et père se jaugèrent un instant. Puis, apposèrent leur signature. Juste en dessous de la mention Grand bien sera fait à votre enfant.

Dès la pointe du crayon retirée du papier, sous des yeux ahuris, le feuillet s’émietta jusqu’à ne plus être que poussière luisante. Elle se propagea, évanescente, avant de totalement disparaître. Quelques fines particules imprégnèrent l’esprit des signataires, puis celui de chacun des villageois, effaçant le souvenir de l’enfant.

Sitôt, Sully devint un enfant oublié.

 

 

Main dans la main, l’étranger tout de gris vêtu emmena Sully à travers villes et campagnes. Une marche de six jours et six nuits.

Aux pieds de l’école, quand les deux regards s’étaient croisés, instantanément, comme par le fait de la grâce, ils avaient su lire l’un en l’autre. Sully n’avait pas su dissimuler les brisures de son âme et l’étranger, ou plus justement le moine-chanteur, lui avait offert le miracle des cieux, des saisons et des lumières.

 

Durant leur voyage, ils se nourrirent de graines de courges, d’anis et de nigelles et burent de l’eau de gourde inépuisable.

Plus les jours passaient, plus leurs compagnons de route à plumes se multipliaient. Merles, passereaux, hérons et rossignols. Chouettes, pélicans et mouettes. Le cortège aux mille couleurs semblait ouvrir le chemin. Ou était-ce le contraire ?

A mi-parcours, le moine-chanteur et l’enfant firent une halte dans un village de pierres blanches. Une protection était à offrir à nouveau. La même lettre, la même mention Grand bien sera fait à votre enfant, suivie de deux paraphes coupables. Clara, aux grands yeux verts, serra plus fort encore la main du moine-chanteur tout au long du chemin.

Chaque soir, à la tombée de la nuit, souvent en lisière de clairière, toujours à l’abri d’un mont ou d’une simple roche, ils s’allongeaient tous les trois à même le sol, blottis les uns contre les autres tels deux oursons dans la fourrure d’une ourse aimante.

 

Puis vint le dernier jour de marche. Le jour de l’équinoxe de printemps.

Précisément à la seconde où les deux hémisphères de la Terre se retrouvent éclairés de la même façon, le moine-chanteur posa sa main à la surface d’une immensité rocheuse. Finement rugueuse et striée à l’image d’une peau de pachyderme. Si les enfants avaient fait de même, ils auraient ressenti les incroyables battements de vie de la roche-animale.

Une ouverture offrit un passage aux pèlerins.

Ce qui se révéla à eux fut infini de beautés. Une forteresse à ciel ouvert.

Nichée dans la roche, la cité des enfants oubliés regorgeait de merveilles. Luxuriante était la végétation. Enchanteresse, la pierre. Energisante, les sources d’eau. Fantasmagorique, les arbres fruitiers et parterres de comestibles. Des fleurs et oiseaux par milliers.

Un groupe d’enfants, de tout âge, accompagnés de moine-chanteurs, vinrent à leur rencontre. « Soyez les bienvenus, les enfants ! ».

Les premières nuits furent les pires, entièrement hantées par les souvenirs passés. Il fallut quelques semaines pour enfin profiter d’heures de sommeil continu.

 

Tandis que les matinées prodiguaient les enseignements, les après-midis appelaient à l’oisiveté. Lettres, Mathématiques, Sciences et Histoire. Sans oublier, loin s’en faut, la médecine par les plantes et l’observation du ciel et de ses constellations. Mais, par-dessus tout, ce qui ravissait le plus les enfants de la cité n’était autre que l’apprentissage des chants d’oiseaux. Ah, les oiseaux ! La compagnie de ces derniers ne manquait d’ailleurs pas de vertus : au bout de quelques mois seulement, Sully riait en découvrant l’escalade à l’envers de la sitelle torchepot ; Clara, elle, se prenait de tendresse pour les si petits roitelets. Et que de fééries ! Dans les bassins d’eau douce, poussaient en leur fond les pièces d’or qui servaient aux moine-chanteurs. Dans leur chute, se métamorphosaient la pluie et la neige en graines, ensemencées aussitôt par une terre d’une douce tiédeur.

Petit à petit, les esprits s’apaisaient.

Petit à petit, chacun réapprenait à vivre et, sans crier gare, tout redevenait possible. Rire, chanter, danser, aimer, rêver. Comme n’importe quel enfant.

Les amitiés naissaient ; les premières amours se chuchotaient.

En grandissant, tout comme le regard posé sur les jeunes filles, celui envers les oiseaux se mettait à changer. L’envie au-delà de la tendresse. Celle de voyager et de vivre le monde…

L’heure de prendre son envol pointait le bout de son nez.

 

C’est dans la vingtième année qu’il était de coutume de quitter le nid.

Tout comme l’équinoxe était le moment de l’arrivée, le solstice d’été était celui du départ. La veille au soir, on festoyait à foison : tous dansaient, chantaient, riaient autour d’un immense feu de joie aux poussières luisantes qui s’envolaient écrire sur les registres l’existence retrouvée des anciens oubliés.

Au matin, plus nuageuse était l’heure des adieux.

Les poches ankylosées de pièces d’or mais le cœur serré, dans les bras de son moine-chanteur, l’adulte en devenir gémissait, intérieurement, s’évertuait à ne pas pleurer jusqu’à ce que d’une phrase, le moine-chanteur l’y autorisa :

« Pleure, mon enfant, il n’y a pas plus belles larmes que celles qui noient le chagrin dans la joie.»

Ainsi, commençait leur chant de liberté…

 

Si un jour, votre chemin croise celui d’un ancien enfant oublié, peut-être saurez-vous déceler dans son regard, l’infime brisure d’âme dissimulée sous une incroyable force de vie.

Quelques fois, ils plongent leurs yeux dans les cieux pour mieux décrypter le chant des oiseaux.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Silvana 18/06/2017 07:41

Coup de coeur pour cet auteur dont j'ai hâte de découvrir le nom. Je vote pour ce texte.

Philippe D 16/06/2017 21:22

Un superbe texte, une écriture spéciale qui accroche le lecteur, une histoire originale qui semble sortir d'un conte des mille et une nuits. J'ai vraiment beaucoup aimé ! Les autres textes devront être forts pour dépasser celui-ci. Bravo à l'auteur inconnu. Vu les noms ci-dessous, on peut en éliminer quelques-uns. Qui? Qui? J'ai hâte...

Pâques 16/06/2017 16:00

Un très beau conte, poétique et philosophique !

Silvana 15/06/2017 12:05

Ca démarre fort ! Bravo à l'auteur(e)

L'auteur 15/06/2017 11:02

Merci beaucoup mesdames !!! (mais où sont les messieurs ?)

Hâte de découvrir les autres propositions...

Christine 15/06/2017 09:27

Un super texte, en effet. Vote lundi soir maxi en commentaire du dernier texte en lice. Malheureusement, peu d'auteurs se sont frottés à l'exercice...

Micheline 15/06/2017 09:24

Magnifique texte ! Bravo à l'auteur.

Edmée De Xhavée 15/06/2017 07:52

Quel beau texte en effet, je m'y suis plongée avec un grand plaisir, au début j'ai eu peur d'une fin atroce, et puis heureusement, ouf ouf ouf... Un régal, ce premier texte!

C.-L. Desguin 15/06/2017 07:36

Si les autres textes sont à la hauteur de celui-ci, les votes seront difficiles.

Christine, tu peux rappeler quel jour on vote? Merci à toi.