Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Didier Moné nous présente son recueil poétique "A fleur de plume"

8 Juillet 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Poésie, #présentations

 

Quelques mots sur l’auteur :


Didier Moné est né au Cameroun où il a grandi et étudié, avant de s’installer en Belgique.

Diplômé des Facultés de Droit de l'Université de Yaoundé II et de l'Université Libre de Bruxelles (ULB), il a entamé depuis quelques années déjà une carrière de juriste d'Entreprise.

 

Après son premier roman « Sous une pluie de pierres », publié en mars 2015, ce passionné de sport et de littérature propose à ses lecteurs une poésie spontanée, variée et sans tabou, des textes riches en émotions et pleins de légèreté.

 

 

 

Phrase d’accroche :

Ces poèmes portent l’empreinte de leur auteur : un équilibre instable entre clair et obscur, mais toujours le souci du mot juste, et une grosse dose de spontanéité.                            

L’amour, la douleur, le plaisir ou l’absence ; en un mot, la vie célébrée à fleur de plume…

Quelques Extraits :

 

  1. ET SI L’ON PARTAIT

 

Et si l’on partait,

Par-delà les montagnes, contempler la lagune

Qui dessine à l’aurore sous un manteau de brume

L’ombre des murs aux charmes éternels

Masques et costumes, patrimoine universel

Façades défraîchies par le temps qui s’étire

Cachots oubliés qui se noient pour mourir.

La valse des barques et Vaporetto

Emportant dans leurs pas au fil de l’eau

Sourires et paysages à jamais immortalisés

Sous les yeux d’amoureux aux promesses d’éternité…

 

 

 

 

  1. DOMINUS

 

Quand il referma la porte

Lentement, elle lâcha ses cheveux

Ce soir elle n’est plus cette autre

Qui refuse de se dévoiler

Celle qui s’interdit la liberté

Courtisane, fille de joie, qu’importe

Ce soir elle est vôtre,

Et c’est tout ce qu’elle veut.

 

Brisez mes chaines,

De femme trop bien-pensante

Prenez les rennes,

Je veux être immorale, indécente

Soyez la bête qui hante mes rêves

Le seigneur au puissant glaive.

 

 

  1. A LA FRONTIERE DES DEUX MONDES

 

III- Lampedusa…

 

Aux plages de sable blanc, tachées de sang noir

Mer cristalline, mirage aux allures de mouroir

Cimetière où reposent pour l’éternité

Les âmes des nôtres, tombés sans dignité.

Que deviennent les prières de ceux qui sont restés ?

Perdues dans les abîmes de l’indifférence…

Dans le silence complice de ceux qui sont bien nés

Le mépris de l’aide empreinte de condescendance.

Tes côtes luisantes au parfum de majesté

Camouflent tragédies en Méditerranée.

Et dans la nuit de la prochaine traversée,

Isola bella, ne perds pas ton humanité.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pâques 09/07/2017 14:50

J'aime beaucoup les façades défraîchies par le temps qui s'étire...

Micheline 09/07/2017 10:19

J'ai particulièrement été touchée par Lampedusa.

Edmée De Xhavée 09/07/2017 09:06

J'aime beaucoup, c'est imagé, coloré, libre et très évocateur...