Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Anne-Sophie Malice nous présente " Lettres ouvertes à Pierre"

5 Juin 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #présentations

 

Biographie


Anne-Sophie Malice...j'aurais choisi Malice en pseudo et viré l'Anne et la Sophie en optant pour Juliette.

Née le 31 décembre en terre montoise... mais l'arrière de la coccinelle bleue ciel des parents aurait été plus rock n'roll.

J'ai marché tard, fait mes dents tard. Pourtant j'ai avancé, en me cassant la figure, pour mieux me relever.

 

Les Beaux-Arts, leurs portes ouvertes à la communication et le non jugement, les autres portes, blindées. Une licence en dessin, je ne touche quasiment plus un feutre.

 

L'écriture, la photo numérique en parfaite amateur, j'aime.

Des bouts de rien, des virées en moto et faire mouche en tir sportif font mon bonheur au quotidien .

 

Je gribouille, avec des traits, des mots et des instants dérobés.


Résumé
 

J'ai écrit, durant quelques mois, après le suicide de Pierre et « ma » thrombose, en 2015.
C'est ce que j'ai écrit de plus personnel jusqu'à présent.

Même si je parle souvent de ce qui me touche, je détourne, tergiverse, fais de l'humour.
Ici, même avec la dérision, je dis les choses.

 


Extrait

 

 

- Lundi 11 mai 2015.

Nietzsche a écrit : "La pensée du suicide est une consolation puissante, elle aide à passer plus d’une mauvaise nuit."
Ça ne s'invente pas, ça se vit.
Je suis la preuve vivante que cette citation n'est que vérité.
J'ai passé des nuits plus paisibles en me disant que je pouvais mourir quand je l'aurais décidé.
Jusqu'au jour où j'ai essayé de mourir et que j'ai lamentablement échoué.
Quand on se réveille,
on se liquéfie.

Surtout en constatant qu'on a rempli sa petite culotte.
J'avais 20ans, j'étais jeune et presqu'innocente.
Moralité: j'ai encore de belles nuits devant moi.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Edmée De Xhavée 06/06/2017 07:51

La pensée qu'il y a un vitre que l'on peut briser en cas d'urgence avec le joli marteau rouge, oui... Mais souvent l'urgence est moins urgente qu'il n'y paraît, et le marteau se transforme en serpentin.

Courageuse et malicieuse demoiselle, vulnérable mais de mille résurrections...