Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Hélène Van Caneghem nous présente son recueil de nouvelles "La douleur du fétiche à clous"

9 Janvier 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #présentations

 

BIOGRAPHIE

 

HÉLÈNE VAN CANEGHEM

LA DOULEUR DU FÉTICHE À CLOUS

 

Bruxelles, le 5 décembre 1953

 

Mille et une vies, mille et une passions.

Voilà ce qui me colle à la peau.

L'enfant ? Ne décide à parler qu'à 4 ans, mais de manière fluide.

L'adolescente ? révolutionnaire et indépendante.  Aventurière solitaire et intrépide en Angleterre, au Danemark...Études classiques agrémentées de cours divers comme théâtre, langues, dessin, musique…

La carrière ?Différents jobs avant de se stabiliser dans les bureaux de la grande distribution.   Démotivée par l'entreprise qui a racheté l'ancienne, malgré l'achat d'une maison, jette l'éponge. Hélicicultrice, secrétaire de golden boys puis assistante vétérinaire, de gros ennuis de santé m'obligent à jeter le gant.

La femme ? Mère de deux enfants, laxiste pour l'indépendance, sévère pour l'éducation.

L'épouse ? Indépendante et assez dominante.  Survit à plusieurs années de vie commune avec un psychopathe.  Divorce éprouvant. Remariage.

Le mot que j'aime : fusion.

Le mot que je déteste : abandon.

 

Après avoir écrit quatre livres pour enfants et plusieurs nouvelles lauréates de concours, je tente la délicate intervention d'exorciser ma mémoire, au risque de revivre mentalement certaines scènes jusqu'alors enfouies dans mon subconscient.

 

 

Quatorze années partagées avec un psychopathe marquent la vie au fer rouge.

L'emprise hypnotique s'étend jour après jour.

La logique ne trouve plus sa place.

La main du prédateur étouffe toute rébellion.

 

Un jour, un jeune docteur déclenche le réveil en prononçant ces quelques mots: « Il va finir par vous tuer ! »

 

La domination s'est fissurée puis écroulée.

Entraînant avec elle le chaos, l'oppression laisse toutefois des cicatrices invisibles, stigmates d'une autre vie.

 

La liberté, l'amour et la confiance sont retrouvés.

Ne vous croyez jamais perdu.

 

COURT EXTRAIT DE LA NOUVELLE « BRITNEY »

 

 

« Frapper l’a mis hors d’haleine.

Il regarde son poing rougi de sang.

Je fuis dans la nuit.

Je n'ai plus qu'une chaussure que je perds rapidement.

Le jardin, la clôture, un bout de champ de blé, des orties, hautes, très hautes.

Je me bouche le nez pour réduire le bruit de ma respiration.

Mon cœur s’emballe.

J’avale du sang.

Les orties me brûlent le corps.

Il y a un temps fou que je suis là.

Il a cessé de chercher.

Enfin, je crois.

Il doit être rentré.

J’attends encore.

Je me dis de compter jusqu'à 100 avant de bouger.

A 100, je me dis que j'ai compté trop vite et je recommence.

J’ai très peur. »

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 09/01/2017 21:29

Très tenté... surtout par l'extrait ! Dans une prochaine commande si je n'oublie pas !

marie noelle fargier 09/01/2017 18:30

C'est fort par une indiscutable sincérité et une "solidartité" entre la biographie de l'auteure et cet extrait qui accélère le coeur du lecteur. Une biographie non seulement dans le faire mais essentiellement dans l'être. Bravo !

Séverine Baaziz 09/01/2017 10:48

Glaçant... Les mots sont durs et forts, mais je retiens aussi cette phrase poignante d'optimisme : "Ne vous croyez jamais perdu."
Bravo et merci à Hélène.

Hélène van caneghem 09/01/2017 12:07

Tant que l'on voit une lueur d'espoir, rien n'est perdu. Merci beaucoup pour votre commentaire.

Micheline 09/01/2017 09:38

Un style d'écriture qui colle parfaitement au propos. Un sujet qui interpelle. Je souhaite beaucoup de succès à Hélène.

Hélène van caneghem 09/01/2017 12:05

Merci pour votre soutien !