Baroque, un poème signé Brune SAPIN

Publié le par christine brunet /aloys

Baroque

 

 

Il y a un pâle soleil qui verdoie le verglas sec.

Cassements osseux et vibratoires entre ces corps qui se craquellent.

La marelle est dépoussiérée des décombres aux semblants humains.

Un hiver sur l’hémisphère vous rappelle les poupées de chiffons.

Couche après couche les souvenirs perspicaces transpercent les fibres de ce que d’autres disent réalité.

Doutez encore braves fous, de la complexité de votre existence !

Non, rien n’a été vrai.

Nous aurait-on trompés ?

Bonheurs, douleurs, bleus au cœur, âme en transe, sens en délire, délices indécents, amours, obsessions, visages, allures physiques…

Non, rien n’a été vrai.

Nombre de générations est passé sans que nul ne soit accompli, exorcisé, alphabétisé.

Drolatique errance entre croyance et espérance, cloués au pied du mur à regarder le froid.

La solitude exacte est semblable au sablier écoulé qui sable encore de glace la buée béate qui s’exhale de notre bouche expirant les mauvaises humeurs de notre sang trop noir.

 

Brune Sapin

 

 

 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pâques 30/03/2017 22:20

J'aime beaucoup ce grain de folie qui sème le doute ?
Non, rien n'a été vrai ...

Jean Destrée 30/03/2017 09:00

Digne descendante de Paul Éluard. Adepte de Desproges. J'aime bien.

Edmée De Xhavée 30/03/2017 08:16

Ca semble un peu illustrer une grande illusions collective... Des réalités abandonnées sur le bord d'une route qui finit dans le brouillard...