Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Ces petits, un poème de Marie-Thérèse Carlier

4 Octobre 2016 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Poésie

Ces petits, un poème de Marie-Thérèse Carlier

CES PETITS

Tous ces petits

A la vie mal affermie,

Trop tôt anéantis,

Pourtant sans dédits

Ni sans vils compromis

Qu'ont-ils fait, honnis

En leur courte vie?

Est-ce un oubli

Venu de l'infini

Qui les a trahis ?

Ou peut-être maudits ?

En quelle envie

Du mal se sont ils-mis ?

Hors de leurs nids,

Innocence bannie

Ils n'ont pas menti

Ils n'ont pas gémi

Juste des non-dits

Comme du vin la lie

Ils connaissent le mépris

Pourquoi sont ils-affadis

Au fond de leur lit

Ces petits génies

Qui n'auront jamais grandi

De quels puissants la déontologie

*

De la normalité les a bannis ?

Quel crime ont-ils commis

Pour être de la sorte punis ?

Aux jours où les enfants rient

Ceux-ci sont sans amis

A quelles règles sont-ils soumis

Réfugiés dans leurs replis?

Ils n'ont pourtant jamais rugi

Ni se sont enhardis

A pousser de rage leurs cris

Ce ne sont que des petits bandits

Aux joues pâlies,

Aux silences d'une violence inouïe,

Aux regards nus où se lit

Toute l'indifférence qu'ils reçoivent à l'envi

Ils sont à peine nés qu'ils entrent en agonie,

Ces petits à un destin fatal déjà soumis.

Pour eux, jamais on ne prie,

Ils ne connaîtront que l'oubli

D'une vie non accomplie

D'eux aucun ouvrage ne se publie

Ils disparaîtront sans amis,

Dans un de ces hôpitaux de la non-vie,

Derrière les portes de l'oubli

Où ils gisent dans leur imposé dédit,

Même les anges ne voient d'aussi petits,

Dans leur souffrance induits.

*

Pour ces anges, l'enfer vite s'oublie

Ils s'envolent vers d'autres êtres sans félonie,

Leurs tombes ne seront bénies,

Pas de place pour eux au Paradis

A moins qu'un être de lumière d’amour pétri

Leur offrent un coin d'amour hardi

Leurs âmes seront peut-être sauvées de tout ennemi

Un carré de fleurs par leurs cendres sera enrichi,

Sublimé par cette quintessence amie

Celle de l'aube du monde, quand le bonheur n'était interdit...

Bon vent, petits amis !

Marie-Thérèse Carlier

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

experienced writing company 07/11/2016 16:03

Those animals looks different. That is a thing because which I like most of the Discovery series.

http://skywritingservice.com/ 05/10/2016 17:34

This novel is so beautiful, you're doing a really great job. If to be honest I have some interesting works of mine, if you want to read them, follow the link.

Jean-François Foulon 05/10/2016 11:25

Existences éphémères...

Edmée De Xhavée 05/10/2016 08:33

Etrange destin que de s'allumer pour s'éteindre avant d'avoir éclairé le monde... Oui ils sont sans doute oubliés ici bas, mais si nous croyons en un après, ils y seront arrivés si vite peut-être pour y être protégés...

Carine-Laure Desguin 05/10/2016 08:23

Des sonorités musicales dans ce texte.

M-Noëlle Fargier 05/10/2016 07:01

Poème très fort, très émouvant.