Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Le peuple, un texte de Marie-Noëlle FARGIER

8 Septembre 2016 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Textes

Le peuple, un texte de Marie-Noëlle FARGIER

Le peuple

Je commence ce texte (non exhaustif) par une définition pour ce mot, ce mot auquel nous appartenons. Le mot "peuple".

Peuple : "Le peuple est, avec le territoire et l'organisation politique, l'un des trois éléments constitutifs de l'État."

"...l'un des trois éléments constitutifs de l'état" Je crois rêver, ou ai-je bien lu ? Serait-ce une définition erronée ? Une erreur de frappe ?

"constitutifs" ne devrait-il pas être remplacé par "accessoires". Intuitivement, ce dernier terme me paraît plus approprié, plus proche de la réalité. Mais parce que j'ai aussi un esprit rationnel, je vérifie sur le dictionnaire et je trouve plusieurs définitions pour ce terme "accessoire" :

1ère définition :"Ce qui n'est pas l'essentiel ; chose secondaire : Laissons l'accessoire de côté".

Je ne sais pas pourquoi, mais intuitivement je vois des gens sans logement, des gens au chômage, des gens qui mendient. Je vois des gens handicapés sans que rien ne soit adapté pour eux, pour leurs gestes quotidiens, leurs déplacements (les villes fleurissent sur des trottoirs inaccessibles...mais les fleurs sont si belles et puis quel honneur que porter le label des villes fleuries !). Je vois des enfants, des adultes attendre des structures adaptées par manque de moyens financiers...

2ème définition : "Objet, instrument, appareil destiné à compléter un élément principal ou à aider au fonctionnement d'un appareil dans les diverses circonstances de son utilisation".

Je ne sais pas pourquoi, mais intuitivement je vois des gens qui travaillent, qui s'usent pour le bon fonctionnement d'une entreprise et qui s'adaptent aux changements de postes, aux mutations imposées, à leurs salaires de plus en plus bas, et parfois même utiliser leur voiture comme logement. Je vois des gens à la retraite, qui doivent travailler pour vivre, alors que des jeunes cherchent un travail. Je vois des petits artisans, se tuer au travail pour payer leurs impôts. Je vois...

3ème définition :"Élément variable qui complète la toilette (foulard, ceinture, sac, etc.)".

Je ne sais pas pourquoi, mais intuitivement je vois des gens qui possèdent des gadgets comme jets privés, palaces, voitures de luxe... et en même temps, intuitivement, je vois des gens qui, pour s'offrir un peu de rêve, s'achèteront à crédit une belle télévision, achat reproché par les gens sus- cités ("comme ils sont dépensiers!"). Mais pour eux, ils ne sont qu'un élément variable qui complète leur toilette, un vulgaire sac ou plutôt une ceinture qu'ils s'emploient à serrer.

4ème définition :"Objet complétant le décor d'un spectacle ou servant aux acteurs (meuble, arme, ustensile quelconque)".

Je ne sais pas pourquoi, mais intuitivement je vois notre société comme une scène de théâtre où effectivement le peuple est un accessoire, un ustensile quelconque, manipulé par les plus grands acteurs, quelques acteurs, toujours les mêmes, toujours plus puissants. Alors que les vrais artistes (nos petites fourmis qui s'ingénient à ouvrir notre esprit) et les professionnels qui les entourent, voient leur statut d'intermittent ("Enseignant de la Culture du plus petit au plus grand") bafoué, les aides de l'état attribuées au bon vouloir du politique, s'éparpillent sur certains chemins étroitement balisés. Et de ce fait des écoles , des lieux de spectacles POPULAIRES, bien que dynamiques, doivent fermer leurs portes. Je ne sais pas pourquoi, mais intuitivement je vois notre société amputée de culture, de connaissance. Mais après avoir serré notre ceinture abdominale, pourquoi ne pas comprimer notre cerveau pour sevrer son appétit de savoir, de se questionner, de discerner ?

Ce mot "intuitivement" peut surprendre. Il est adressé à ceux qui croient encore que la vie n'est pas si difficile, et qu'il est préférable de se taire encore, et surtout ne rien faire pour préserver les quelques miettes qu'il reste encore à ceux qui n'ont pas encore tout perdu.

Je choisis de rester debout. Et je rappelle : Le peuple est, avec le territoire et l'organisation politique, l'un des trois éléments constitutifs de l'État.

Marie-Noëlle FARGIER

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe Couillaud 10/09/2016 13:30

Il y a la forme, sèche et efficace: rappel des définitions dont la mise en perspective avec la réalité des faits dénonce les détournements. Pas de cynisme. Juste une énonciation blanche et tranquille. Voilà, à mon sens, une des forces de ce texte qui évite le caractère bon teint de la dénonciation et donne aux phrases qui le charpentent, la cinglante évidence d'une imposture devenue familière à nos yeux et nos oreilles submergés par le clapotis médiatique. Merci à toi, Marie-Noëlle...

M-Noëlle Fargier 10/09/2016 16:32

Merci Philippe.

M-Noëlle Fargier 10/09/2016 09:10

Merci sincèrement de vos commentaires sur ces constats, ces quelques messages. Il faut déjà oser voir, oser en parler, partager dans ce monde où tout est fait pour nous isoler. Eprouver, et prouver de l'empathie, pour, je l'espère, transmettre à ceux qui viennent après, une mentalité autre.

Christina Previ 09/09/2016 17:45

La plaidoirie est excellente, et la présentation originale ! Si ce texte pouvait produire des effets à la hauteur de sa qualité et de sa clarté, je pense que l'on serait déjà sur la bonne voie pour corriger le tir. Malheureusement que peut-on faire d'autre qu'appuyer chaque raisonnement de ce genre ?

Edmée De Xhavée 09/09/2016 17:28

Oui, tu as raison... c'est sinistrement vrai. Je ne dirais pas "que faire?" car il y a à faire, c'est fait, fut fait, continue de se faire et sera sans cesse à refaire. La roue tourne parfois, pendant quelques années ceux d'en haut sont en bas et vice-versa et... ça ne change jamais vraiment la moelle des choses qui est toujours réglée, finalement, par l'avidité, la générosité, l'opportunisme, l'éthique, la passion, la cruauté...

Séverine Baaziz 09/09/2016 09:27

Un texte fort, merci.
Indignez-vous ! disait Stéphane Hessel... Qu'il est difficile de ne pouvoir guère plus...

Micheline 09/09/2016 09:13

Un texte qui donne à réfléchir...

Eychloma 09/09/2016 07:54

Bravo pour ce "coup de gueule" ! :-)