Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Le blog "Plaisir de lire" a chroniqué "Obscurité" le roman de Jean-François Foulon

23 Septembre 2016 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Fiche de lecture

http://lireestunplaisir.skynetblogs.be/archive/2016/08/15/descente-aux-enfers-dans-un-jardin-d-eden-8639362.html

http://lireestunplaisir.skynetblogs.be/archive/2016/08/15/descente-aux-enfers-dans-un-jardin-d-eden-8639362.html

Le blog "Plaisir de lire" a chroniqué "Obscurité" le roman de Jean-François Foulon
Descente aux enfers dans un jardin d’Éden…

Le premier roman de Jean-François Foulon, Obscurité, paru chez Chloé des Lys à Barry, décrit avec beaucoup de finesse la randonnée tragique en Peugeot 206 d’une femme qui, fuyant la violence conjugale avec ses enfants, en vient à parcourir l’Hexagone à la recherche de quelqu’un qui n’est autre qu’elle-même (les personnages ne sont pas nommés, sauf sa fillette), dans une sorte d’obscure déréliction en spirale.

En voici le pitch :

« Une femme de 38 ans décide subitement de quitter son compagnon, avec qui la vie commune n’est plus possible. Accompagnée de son fils de 12 ans et de sa fille de 8 ans, elle part donc au hasard sur les routes de France, avec le vague espoir de se réfugier chez une ancienne amie, dans le Massif central.

Malheureusement, elle ne trouve là-bas qu’une maison vide. Complètement dépassée par les événements, c’est son fils qui, petit à petit, prendra les choses en main. Ses nouvelles responsabilités le rendent plus mûr et il s’éveille à l’amour auprès d’une adolescente de la région.

Mais il faut de nouveau partir et le trio erre au hasard, passant successivement par la Dordogne, la côte atlantique, les Pyrénées et le Languedoc, pour se retrouver finalement dans les Cévennes. À chaque endroit, les aventures se multiplient, mais ce qui ressemblait au début à des vacances s’est petit à petit transformé en une véritable fuite en avant.

Cette errance géographique renvoie au cheminement intérieur de la mère et à son désarroi. On peut y voir aussi une métaphore de l’existence en général. L’histoire finira tragiquement, car la vie, cruelle, ne fait pas de cadeau à ceux qui tentent malgré tout d’échapper à leur destin. »

Un Easy rider des bleus à l’âme, ma foi très réussi…

Bernard DELCORD

NB :

Outre la publication sur le site de Brice Depasse (critique littéraire sur radio-Nostalgie), l'article est également paru sur le site Homelit, partenaire de radio Nostalgie, ainsi que dans la version en ligne de la revue satirique belge "Satiricon".

En outre, il sera inséré dans la newsletter d’août 2016 des guides gastronomiques belges DELTA puis mis en ligne sur leur site (www.deltaweb.be). Il s'agit certes d'une revue gastronomique, mais l'avantage c'est qu'elle est distribuée à quatre-vingt-dix mille exemplaires.

http://lireestunplaisir.skynetblogs.be/archive/2016/08/15/descente-aux-enfers-dans-un-jardin-d-eden-8639362.html

http://homelit.skynetblogs.be/archive/2016/08/15/descente-aux-enfers-dans-un-jardin-d-eden-8639363.html

http://www.satiricon.be/?p=12376

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-François Foulon 25/09/2016 00:02

Oui, cette formule ("Descente aux enfers dans un jardin d’Éden") est bien trouvée, en effet et correspond bien au thème du roman. Les personnages voyagent à travers la France dans une ambiance qui au début ressemble à celle des vacances, mais qui petit à petit devient tout autre chose.Une sorte de fuite en avant désespérée où chacun essaie de savoir qui il est, existentiellement parlant.

Séverine Baaziz 24/09/2016 11:03

Fiche de lecture poignante témoignant habilement de l'ancrage dans le réel. Émotionnel. Géographique.
"Descente aux enfers dans un jardin d’Éden…", "Un Easy rider des bleus à l’âme, ma foi très réussi…" : de biens belles formulations !
Bravo à Jean-François Foulon et à Bernard Delcord !

Edmée De Xhavée 24/09/2016 08:38

Un thème qui en effet permet un long voyage intérieur, qui nous dit-on finit mal en plus :( ... Vrai que c'est un quitte ou double...