Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Le blog de Philippe Desterbecq, D'un livre à l'autre, a chroniqué "Les promesses de demain" d'Edmée de Xhavée

16 Septembre 2016 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Fiche de lecture

http://phildes.canalblog.com/

http://phildes.canalblog.com/

Le blog de Philippe Desterbecq, D'un livre à l'autre, a chroniqué "Les promesses de demain" d'Edmée de Xhavée

27 juillet 2016

Les promesses de demain d'Edmée de Xhavée

Il est toujours difficile de parler d'un recueil de nouvelles, tant les textes peuvent être différents. Toutefois, l'écriture d'Edmée est toujours la même, belle, fluide, accrocheuse,...

La couverture attire le regard (elle me plait beaucoup) et le titre éveille la curiosité.

"Revanches des mal-aimés" signale la 4e de couverture. "Le soleil luit sur le reflet des larmes. Le temps choisit son moment pour organiser ses plans". J'ajouterais : "La vengeance est un plat qui peut se manger froid !"

Ce recueil contient des nouvelles de couleurs différentes dans lesquelles l'amour à sa place, mais les blessures aussi.

Le premier texte qui donne son titre au recueil "Les promesses de demain" raconte l'histoire d'une femme qui essaye de caser son fils. Ils rencontrent celle qui pourrait convenir, meurtrie par un amour disparu...

Le deuxième "Une invitation chez le marquis de Montbuzard" raconte la vengeance d'un vieil homme qui a finalement attendu ça toute sa vie. Le hasard de la vie lui permet d'atteindre son dessein.

La troisième histoire a un titre un peu bizarre "Tchoupy et les Stiloboutchgo djies". Tchoupy est un chien et les Stiloboutchgo djies des êtres merveilleux. Avec cette nouvelle, Edmée a gagné le prix Fénélon à Colfontaine en 2008.

Il neige sur le lac Majeur m'a immédiatement fait penser à une chanson de Mort Shuman raconte un mensonge qui a changé une vie.

Dans "Le grand pardon", Edmée nous parle du chantage qu'un homme peut exercer sur sa femme...

Asie et Marguerite sont l'une la femme, l'autre la maitresse de Léon, Léon qui se suicide, faisant d'Asie une veuve à 48 ans. C'est après sa mort, qu'elle apprend l'existence de Marguerite...

Ce lui et cette elle jamais perdus mais retrouvés : un drôle de titre pour des souvenirs amoureux...

Galeries royales, Ostende nous raconte une rencontre dont le souvenir a marqué deux vies.

Les chinoiseries de Thérèse-Adèle Paulus : Un amour exotique.

Dans Un couvre-lit de vigogne, Edmée relate un amour caché de longue date.

Et enfin avec Les yeux d'Isotta, nous voilà plongés dans une réunion familiale en Italie où des secrets semblent bien gardés.

Le lien entre toutes ces nouvelles? L'amour, l'amour perdu, l'amour interdit, l'amour caché, ... Et toujours l'écriture impeccable d'Edmée !

A lire si vous êtes amateurs de nouvelles !

Philippe Desterbecq

http://phildes.canalblog.com/archives/2016/07/27/33944312.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=phildes

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marcelle Dumont 20/09/2016 11:23

J'aime, moi aussi, la belle écriture d'Edmée et la profondeur de ses analyses.

Philippe D 17/09/2016 20:58

C'est toujours un plaisir de lire les écrits d'Edmée...

Micheline 17/09/2016 13:20

Ah l'écriture d'Edmée "fluide, accrocheuse" ! Et ses histoires qui nous touchent tant, qui parlent si bien de nos non-dit !

Edmée De Xhavée 17/09/2016 08:42

Merci à Jean-François pour son commentaire très enthousiaste, merci à Lady Casquette qui, je ne le savais pas, a mon livre (elle qui a tant à lire et faire...) et merci à Philippe qui, comme le dit Lady Casquette, m'épate par son travail incroyable de blogs; lecture, chroniques et métier!!!

Carine-Laure Desguinc 17/09/2016 07:40

Lu Les promesses de demain mais pas encore eu le temps de chroniquer. Admirative devant Philippe qui gère plusieurs blogs, qui lit et qui commente.

Jean-François Foulon 17/09/2016 01:37

Décidément elle est partout et on ne parle que d'elle, notre amie Edmée :))) Ce n'est sans doute pas un hasard. Je persiste et signe : je n'ai lu qu'un seul de ses livres, mais il était admirable.