Carine-Laure Desguin dans revue "Bleu d'encre"

Publié le par christine brunet /aloys

Carine-Laure Desguin dans revue "Bleu d'encre"

— Carine-Laure, des textes dans Bleu d’Encre, je ne connaissais pas cette revue. Tu nous en dis quelques mots ?

— Bonjour Christine Brunet http://www.christine-brunet.com/ , tu ne connaissais pas Bleu d’Encre ?

— Oh, Carine-Laure, ne commence pas avec ton humour à deux balles. Et mets-moi de côté ton petit sourire narquois. Tu me parles de Bleu d’Encre afin que l’on puisse diffuser tout ça sur www.aloys.me. Point.

— Ok, t’emballe pas, t’emballe pas…Bleu d’Encre, c’est une revue qui paraît deux fois pas an. Une cinquantaine de pages. De belles voix poétiques. Son éditeur, Claude Donnay, est l’auteur de plusieurs recueils de poésie et c’est au Marché de Poésie de Namur, en octobre dernier que nous avons échangé quelques mots. Sur le stand des éditions Le Coudrier.

— Dis, Carine-Laure, pas trop de blabla, tout le monde sait que tu as un livre édité aux éditions Le Coudrier. Des lames et des lumières, un recueil d’une trentaine de poésies. Toutes les infos ici :

http://carineldesguin.canalblog.com/pages/des-lames-et-des-lumieres--editions-le-coudrier--2015/32978245.html

— Tu me parais un peu nerveuse ce soir, Christine. Un meurtre que tu ne parviens pas à élucider ou alors c’est l’assassin qui nous file et tu ne veux pas m’effrayer…Je continue…Donc Bleu d’Encre paraît deux fois par an. Tu vois, dans ce N°35, des noms connus, d’autres moins. Caroline Coppe, Pierre Warrant, Roland Counard, Géraldine-Andrée Muller…Bleu d’Encre, c’est aussi des commentaires de lecture, etc etc etc…

— Je lis aussi que Bleu d’Encre, c’est une maison d’édition de poésie ?

— Oui, les recueils sont imprimés sur les presses de la Maison de la Poésie d’Amay. Toute l’actualité des éditions Bleu d’Encre se lit ici sur cette page FB https://www.facebook.com/donnay.claude/

Pour d’autres infos : c_donnay@live.be

— Et dans cette revue Bleu d’Encre N°35, Carine-Laure Desguin nous propose trois textes. Les poésies sont des donjons, Tous les vents traînent leurs savates et Les libertés se pâment. Carine-Laure, tu ne nous offrirais pas un de ces textes ?

— Non, je n’aime pas trop diffuser les poésies qui sont éditées en revues. Mais j’accepte volontiers d’offrir une mise en bouche…

Les poésies sont des donjons

Les poésies ne fanent pas

Elles moissonnent

Elles triturent et évaporent

Les essentiels des festivals

Les poésies ne fanent

Jamais sous les lanternes

Les poésies simulent

Derrière les hublots….


Tous les vents traînent leurs savates

……

Les paillassons de laine

Et les oiseaux détricotent

Entre les corolles de moëlle

Les mielleuses nuits mironton

…….


Les libertés se pâment

….

Les lacets se délassent

Sous l’œil réverbère

De la Grande Ourse

— Merci Carine-Laure pour ces poésies estivales. On dirait que tes neurones sont toujours à la fête…

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le parcours littéraire de cette aventurière des mots (quelles routes !), voici son press book

http://carineldesguin.canalblog.com/pages/press-book/32061526.html

Carine-Laure, ton actu ?

— Oh, Christine…Ecrire pour les revues Lichen, Aura, Le Spantole, Le Capital des Mots et à présent Bleu d’Encre…C’est déjà un beau programme. Il y a la promo qui continue pour Des lames et des lumières. C’est un livre que je désire porter au mieux. J’attends aussi le référencement de ce petit A6 que tu connais bien puisque tu as lancé le premier commentaire de lecture

http://www.aloys.me/2016/07/christine-brunet-a-lu-album-number-one-cinema-magique-de-carie-laure-desguin.html

J’aimerais le distribuer puisque ce sont des textes qui cherchent des musiques.

Et puis je prépare des textes pour d’autres partenariats et d’autres romans. Qui sait ? Il y a du mystère, dans les écritures.

— Ben oui, qui sait ? Avec toi, la vie est une surprise perpétuelle.

Publié dans articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Carine-Laure Desguin 16/09/2016 23:00

@ Philippe D: voyeur!

@ Christina: Merci beaucoup pour l'intéret que tu portes à mes activités. En fait, je suis une hyperactive et mes parents ne m'ont jamais soignée.

Philippe D 16/09/2016 21:41

J'aime bien m'immiscer dans vos conversations, les filles...

Christina Previ 16/09/2016 13:22

Cette Carine-Laure, c'est du vent dans le vent, de l'espace et du temps, car elle est partout en même temps !!
Moi, pour réussir à la suivre, il me faudrait un nouvel engin du genre électrique et même hybride ou même trihybride... Et même avec ça...
Toutefois, bravo et encore bravo pour ces morceaux de choix !

Carine-Laure Desguin 16/09/2016 09:45

Christine, merci de nous maintenir Aloys en bon état. J'espère que tu as assez de nourriture pour quelques semaines?

Carine-Laure Desguin 16/09/2016 09:44

Ah ah ah, la casquette est d'ailleurs vissée et comme je n'ai pas le temps de me laver, c'est la crasse des chaussettes qui maintient les godasses à la mousse des pieds. Ben oui, je l'ai déjà dit, Edméé de Xhavée =D

Edmée De Xhavée 16/09/2016 08:02

Je commence à mieux comprendre la nécessité de la casquette: tout décoiffe dans la poésie de Carine-Laure, et ne parlons pas de sa vie à la vitesse " v v prime". Moi il me faudrait un casque et un protège-dents si j'étais dans ses petites chaussures :)